Malcolm X dans une salle de classe de Harlem en aout 1963.
Malcolm X dans une salle de classe de Harlem en aout 1963.
Malcolm X dans une salle de classe de Harlem en aout 1963.  ©Getty - 	Richard Saunders
Malcolm X dans une salle de classe de Harlem en aout 1963. ©Getty - Richard Saunders
Malcolm X dans une salle de classe de Harlem en aout 1963. ©Getty - Richard Saunders
Publicité
Résumé

Enfant pauvre du Michigan, issu d'une famille modeste martyrisée par le Ku Klux Klan, jeune délinquant emprisonné plusieurs années puis icône de la libération des Noirs, Malcolm X a eu plusieurs noms, plusieurs vies, et ses prises de parole rageuses continuent de provoquer de vifs débats.

avec :

Nicole Bacharan (Historienne, politologue, spécialiste des Etats-Unis.), Mohamed Rouabhi (comédien, dramaturge, metteur en scène, auteur d'une pièce sur Malcolm X.), Romuald Fonkoua (universitaire, rédacteur en chef de " Présence Africaine".), Caroline Rolland-Diamond (Professeure d'histoire des Etats-Unis à l'Université Paris Nanterre), Sarah Fila-Bakabadio (Maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.).

En savoir plus

Enfant pauvre dans le Michigan, issu d'une famille modeste qui subit les violences du Ku Klux Klan, Malcolm Little connut la misère, les deuils, la peur, les humiliations.

Après l'assassinat de son père et l'internement en institution psychiatrique de sa mère, Malcolm fut happé par les dérives nocturnes des ghettos. Petite main de la pègre, il fut condamné à dix ans de prison. Pendant son incarcération il se convertit à l'Islam et lut avec avidité.

Publicité

Archive INA : diffusion le 13/06/1975 : France Culture : L’écrivain américain James Baldwin évoque ses deux amis assassinés Martin Luther King et Malcolm X

5 min

L'enfance de Malcolm X a été marquée à la fois par l'assassinat de proches, le harcèlement du Ku Klux Klan, qui lui a fait vivre des scènes d'horreur quand il était petit, et même la maison où habitait ses frères et soeurs a été brûlée sans que la police n'intervienne." Nicole Bacharan

A sa libération, il devint le porte-parole hautement charismatique de la Nation de l'Islam, organisation religieuse, minoritaire au sein de la communauté noire, qui prônait un séparatisme radical et pourfendait "les démons blancs" en annonçant l'Apocalypse.

Malcolm X à une conférence de Nation of Islam, à laquelle assiste son leader Elijah Muhammad (derrière lui, au centre), en février 1961
Malcolm X à une conférence de Nation of Islam, à laquelle assiste son leader Elijah Muhammad (derrière lui, au centre), en février 1961
© Getty

Après son pèlerinage à la Mecque et son adhésion à un Islam plus orthodoxe, Malcolm X rompit avec la Nation de l'Islam pour un militantisme plus actif politiquement. De meetings en meetings où son verbe enflammait l'auditoire, il affina ses prises de position.

L'Afrique était au cœur de sa pensée, l'Afrique terre des origines, espace géographique mais aussi entité culturelle et spirituelle, l'Afrique comme ciment d'une identité et d'une fierté à restaurer.

Archive INA : Inter actualités de 13H : Le problème Noir et les troubles raciaux », date d’enregistrement et de diffusion 27/03/1965 : Alain Husson, trace un portrait du Klu Klux Klan

5 min

Il y avait une grande musicalité quand il parlait, ces circonvolutions, ces crescendo, où l'on va accélérer, ces formes de répétition, où l'on va hausser le ton [...] il y a à l'intérieur une vraie dramaturgie, on en est captif." Mohamed Rouabhi

Malcolm X l'imprécateur n'était pas l'homme des compromis. Ses discours rageurs pourfendaient aussi bien les Blancs que les Noirs intégrationnistes qui luttaient pour le Mouvement des Droits Civiques, sous l'égide de Martin Luther King, son grand ennemi politique qualifié par lui d'Oncle Tom.

Portrait de Malcolm X à Rochester, New York, 1965
Portrait de Malcolm X à Rochester, New York, 1965
© Getty

Ses voyages multiples l'amenèrent à rencontrer les leaders des pays décolonisés. Il inscrivit alors son combat dans l'optique d'une révolution mondiale anti-impérialiste des peuples opprimés par la colonisation.

On le considère comme le précurseur du panafricanisme. Sa pensée politique qui devenait plus concrète et s'ouvrait vers le monde fut arrêtée net par les balles de ses assassins le 21 février 1965.

Je ne pouvais découvrir, à un certain moment de son existence, quand il est jeune, aucune raison de principe pour ne point devenir un criminel." James Baldwin, La prochaine fois, le feu, 1963

Avec les voix de Malcolm X et Nelson Mandela et des extraits du film de Spike Lee, Malcolm X (1992)

Un documentaire de Françoise Estèbe, réalisé par Lionel Quantin. Attachée d'émission : Claire Poinsignon. Prise de son : Fabien Gosset, Yves Le Hors. Archive : INA : Viviane Lefevre. Documentation : Annelise Signoret. Collaboration : Juliette Dronne. (1ère diffusion : 8 octobre 2016)

Pour aller plus loin

Caroline Hourdy, "Malcolm X et la lettre : de la révélation à l'instrumentalisation", Lettres de cinéma : de la missive au film-lettre, Presses universitaires de Rennes, 2007

Françoise Clary, "L’islam afro-américain aux États-Unis : entre universalisme musulman et nationalisme noir", Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°75, 2004

"Assassinat de Malcolm X", extrait du JT de 20H, 22 février 1965. Avec une interview en français du réalisateur Melvin Van Peebles.

Le site officiel consacré à Malcolm X

Le site brothermalcolm.net, avec des écrits, des discours, des lettres

"The Malcolm X project at Columbia University", avec une biographie détaillée, des discours de Malcolm X, des documents, des vidéos, des tribunes

Orlando Bagwell, Malcolm X, Make it Plain, documentaire Arte. A voir sur YouTube

Références

L'équipe

Claire Poinsignon
Collaboration