Paul Otchakovsky-Laurens devant l'entrée de sa maison d'éditions, 33 rue Saint-André des Arts, Paris 6ème (10.09.2001) ©AFP - ERIC FEFERBERG / AFP
Paul Otchakovsky-Laurens devant l'entrée de sa maison d'éditions, 33 rue Saint-André des Arts, Paris 6ème (10.09.2001) ©AFP - ERIC FEFERBERG / AFP
Paul Otchakovsky-Laurens devant l'entrée de sa maison d'éditions, 33 rue Saint-André des Arts, Paris 6ème (10.09.2001) ©AFP - ERIC FEFERBERG / AFP
Publicité
Résumé

Paul Otchakovsky-Laurens, fondateur des éditions P.O.L, édita Duras et Perec, découvrit Marie Darrieussecq, Emmanuel Carrère, Guillaume Dustan... Il a également réalisé deux films autobiographiques. C’était plus qu’un éditeur, un artiste.

En savoir plus

Très tôt orphelin de père, il est élevé par une mère adoptive (Berthe Laurens) qui lui donne son nom – bien que sa mère soit vivante et habite avec son frère dans la même ville que lui, à Sablé-sur-Sarthe.

Au début des années soixante, Paul Otchakovsky-Laurens monte à Paris et cherche sa voie. Attiré par le monde de l’édition, il devient lecteur pour Christian Bourgois puis crée la collection Textes chez Flammarion. Il veut éditer des livres différents et attire Georges Perec dont il publie les célèbres La Vie mode d’emploi et Je me souviens.

Publicité

En 1983, il fonde une maison à ses initiales : P.O.L. Il invente ce logo célèbre : quatre pastilles noires et trois blanches figurant le kō (ou "éternité") au jeu de go.

Malgré l’inévitable précarité financière, consubstantielle au secteur, la maison trouve son essor : La Douleur de Marguerite Duras y paraît en 1985, Emmanuel Carrère y publie son deuxième roman et lui restera fidèle toute sa vie. Marie Darrieussecq arrive en 1996 avec Truismes, un succès mondial. Paul Otchakovsky-Laurens est un découvreur de talents et lance Charles Juliet (auteur d’un vaste journal), Martin Winckler (La Maladie de Sachs), Camille Laurens, Mathieu Lindon, Guillaume Dustan, Atiq Rahimi (prix Goncourt en 2008 pour Syngué Sabour, pierre de patience)... et tant d’autres !

Paul Otchakovsky-Laurens disait ne publier "que de la poésie", c’est-à-dire des livres dont la forme elle-même avait toujours quelque chose de poétique, même s’il s’agissait de romans, récits, autofictions, etc. Bien sûr, il publiait aussi de la poésie proprement dite (les poètes Emmanuel Hocquard, Bernard Noël, Olivier Cadiot, Pierre Alferi, etc.)

Autour de sa maison, de ses auteurs et de ses autrices, il organisait souvent des fêtes pour que la vie du livre rayonne au-delà des pages, pour que les écrivains et écrivaines se rencontrent, dans un esprit à la fois bon enfant et élitiste, pendant plus de trente ans.

P.O.L était une maison d’édition désirable et Paul Otchakovsky-Laurens un éditeur passionné, qui découvrait chaque matin les manuscrits arrivés par la Poste.

Un temps président de l’avance sur recettes du CNC, également président du FID (Festival international du documentaire de Marseille), il a réalisé deux films : l’un sur son enfance à Sablé, où il fut victime d’un pédophile, Sablé-sur-Sarthe, Sarthe (2007), l’autre sur sa vocation d’éditeur, Éditeur (2017).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il est disparu tragiquement le 2 janvier 2018 lors d’un accident de voiture sur l’île de Marie-Galante, aux Antilles.

Pour en parler

Textes lus : extraits de Marie-Galante d’Emmelene Landon lus par elle-même

Films : extraits de Sablé-sur-Sarthe, Sarthe (2007) et Éditeur (2017), deux films réalisés par Paul Otchakovsky-Laurens

Bibliographie

  • Marie Darrieussecq parle des éditions P.O.L (Presses universitaire de Paris-Ouest, collection un auteur, un éditeur, 2006)
  • Emmelene Landon, Marie-Galante (Gallimard, collection Blanche, 2018)

Archives Ina : Le Texte et la Marge (France Culture, 18.02.1972) - Démarches (France Culture, 26.02.1983) - Du jour au lendemain (France Culture, 06.05.1995) - Tam-Tam, etc (France Inter, 07.05.2003)

"Le bon plaisir" (France Culture, 10.09.1988) : l'éditeur Christian Bourgois raconte sa rencontre avec P.O.L lorsqu'il avait 18 ans

1 min

Musique

Choral, extrait de l'album Hôtel Robinson d'Olivier Cadiot et Rodolphe Burger (Wagram music, 2002)

Générique

Un documentaire de Julien Thèves, réalisé par Marie-Laure Ciboulet. Prise de son, Yves Le Hors, Clément Vuillet et  Régis Nicolas. Mixage, Manuel Couturier. Archives Ina, Delphine André. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France. Page web, Sylvia Favre.

Actualité

Concert Good P.O.L à la Maison de la Poésie le jeudi 02 juin à 20h00 : une soirée en forme d’hommage libre et artistique qui explore une parcelle du territoire littéraire de la maison P.O.L en son point de jonction avec la musique. Pour ce moment de haute musicalité, Rodolphe Burger, dont la sensibilité littéraire et les collaborations ont beaucoup à voir avec les auteurs P.O.L (Olivier Cadiot, Pierre Alferi, Anne Portugal…) partagera la scène avec Bertrand Belin (édité chez P.O.L). Ils seront accompagnés par le percussionniste Mahut et recevront différents invités.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour aller plus loin

59 min
Références

L'équipe

Anaïs Kien
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Production
Julien Thèves
Production déléguée
Sylvia Favre
Collaboration