Rendu numérique d'une hélice d'ADN en gros plan avec une faible profondeur de champ et un fond bleu.
Rendu numérique d'une hélice d'ADN en gros plan avec une faible profondeur de champ et un fond bleu. ©Getty -  OsakaWayne Studios
Rendu numérique d'une hélice d'ADN en gros plan avec une faible profondeur de champ et un fond bleu. ©Getty - OsakaWayne Studios
Rendu numérique d'une hélice d'ADN en gros plan avec une faible profondeur de champ et un fond bleu. ©Getty - OsakaWayne Studios
Publicité

Premier temps de cette série de 2006 sur l'histoire de la biologie. Avec François Jacob, prix Nobel de médecine et physiologie en 1965 et Pierre Sonigo, directeur du laboratoire de génétique des virus à l'Institut Cochin de Paris, le thème d'aujourd'hui est la découverte de la structure de l'ADN.

Avec
  • Pierre Sonigo Docteur en médecine et en biologie, ancien directeur de recherches à l' Inserm, directeur du développement du laboratoire Bio-Rad
  • François Jacob Biologiste, prix Nobel de biologie 1965

Le XXe siècle a été celui des biologistes. A tel point qu'ils ont pu entretenir un instant l'illusion d'être parvenus à percer le mystère de la vie.

Ce XXe siècle a débuté avec la découverte de l'existence des gènes, s'est achevée avec le spectaculaire séquençage du génome de l'espèce humaine à mi-chemin dans les années 1950. Les biologistes ont découvert la structure en double hélice de l'ADN, la molécule support de l'hérédité.

Publicité

Cette plongée dans l'intimité du vivant, la décomposition de plus en plus fine de ses mécanismes fondamentaux, ont permis de créer des organismes génétiquement modifiés végétaux ou animaux. Elle a aussi nourri de nouveaux espoirs médicaux. Fort de ces nouvelles connaissances, de ces nouveaux outils, le biologiste allait pouvoir corriger les erreurs de la nature, inventer de nouveaux vaccins, soigner les maladies génétiques, guérir les affections cancéreuses. Peut-être parviendra-t-il, même, en associant les performances des machines moléculaire et cellulaire, à lutter avec succès contre les mécanismes du vieillissement ?

Aujourd'hui, toutes ces promesses ne sont pas, loin s'en faut, réalisées. Néanmoins, les formidables progrès accomplis au XXe siècle donnent à la biologie, en ce début du XXIe siècle, le pouvoir d'agir pour la première fois sur l'évolution de l'espèce humaine. Le pouvoir de modifier sa destinée.

Pour aborder ces questions fondamentales, France Culture réunit François Jacob, prix Nobel de médecine, et Pierre Sonigo, directeur du laboratoire de génétique des virus à l'Institut Cochin de Paris. Cette rencontre entre l'un des plus grands noms de la biologie du XXe siècle et l'un des pionniers de la recherche sur le sida permet de témoigner des progrès considérables accomplis dans la compréhension du vivant mais également des difficultés auxquelles sont confrontés les généticiens et les biologistes d'aujourd'hui. François Jacob et Pierre Sonigo abordent l'avenir des sciences qui ont d'ores et déjà bouleversé l'image que l'homme se fait du vivant et de lui-même.