"Girlie Show" un tableau de 1941 ©Reuters - J. Schultz
"Girlie Show" un tableau de 1941 ©Reuters - J. Schultz
"Girlie Show" un tableau de 1941 ©Reuters - J. Schultz
Publicité
Résumé

Ce matin, Karin Müller commente "Girlie Show", tableau de 1941 qui met en perspective la relation d'Edward Hopper avec sa propre femme et modèle, Jo.

avec :

Karin Müller (écrivain, biographe), Marie-Aimée Lebreton (écrivaine).

En savoir plus

1941, Hopper a 59 ans et son épouse Jo 58 ans. C'est elle qui figure sur la toile. Depuis un moment, elle n'est plus que son seul modèle, préférant ainsi tenir éloigné son mari de la tentation... Ne voulant plus qu'il y ait d'autres femmes, elle s'est imposée. "Tu me demandes ce que tu veux et je t'aide dans les mises en scène". Mettant en avant qu'elle avait pris des cours de théâtre lorsqu'elle était plus jeune, c'est donc Jo qui pose nue, en talons, alors qu'elle portait généralement des chaussures plates. 

C'est un tableau vivant, en mouvement. Elle porte ce voile, ce châle léger qui vole derrière elle. Elle est rousse, ce qui prouve bien que c'est Jo (qui elle-même était rousse). Le prénom de sa femme Joséphine lui faisait penser à un de ses peintres de prédilection, Gustave Courbet, dont la muse, la maîtresse est peut-être le modèle de L'origine du monde. Karin Müller

Publicité

L'invitée culturelle :

Sélection subjective des premiers romans de la rentrée

Marie-Aimée Lebreton pour "107 ans" (Buchet Chastel)

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Catherine Parent
Collaboration
Thomas Dutter
Réalisation