Les Shadoks
Les Shadoks - Jacques Rouxel - aaa production
Les Shadoks - Jacques Rouxel - aaa production
Les Shadoks - Jacques Rouxel - aaa production
Publicité

Sébastien Denis dresse l'inventaire des influences culturelles qui ont nourri "Les Shadoks", cette série d'animation unique créée par Jacques Rouxel et apparue en 1968 sur nos petits écrans. Comprenons cette série grâce aux sources visuelles. En deuxième partie, traversons Paris avec Eric Hazan.

Avec
  • Eric Hazan éditeur et auteur
  • Sébastien Denis Historien du cinéma d'animation, dirige l'Unité de formation et de recherche des Arts à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens

Les Shadoks, analyse d'un phénomène télévisuel unique

Épisode 2 : Les sources visuelles

Jacques Rouxel, inventeur des Shadoks, voyait dans cette création une manière de revenir à l'essence même du "comics" par la succession de scénettes. À partir d'une esthétique très simple, l'objectif était de réaliser une bande dessinée animée, avec pour but - et du fait de l'animographe - d'arriver à la simplification maximale des formes. De fait, les Shadoks sont représentés par des ronds, avec pour seules pattes deux traits. Jacques Rouxel y voyait une manière de rendre hommage au dessinateur Saul Steinberg, grand cartooniste américain.

Publicité

Pour en parler, Sébastien Denis professeur en études cinématographiques à l’Université de Picardie Jules Verne, agrégé d’arts plastiques et docteur en histoire du cinéma, il est notamment spécialiste de la propagande pendant la guerre d’Algérie ainsi que du cinéma d’animation. Il est l'auteur de Les Shadoks : histoire, esthétique et pataphysique (INA, 2016).

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Du 18 juin au  novembre 2016, le MIAM de Sète consacrait une exposition aux Shadoks : "SHADOKS ! Ga Bu Zo MIAM" :

Une exposition consacrée aux Shadoks au MIAM de Sète en 2016.
Une exposition consacrée aux Shadoks au MIAM de Sète en 2016.
- PASCAL GUYOT / AFP

L'invité culturel du jour

Éric Hazan, retrace Paris du nord au sud et réveille des souvenirs dans son livre Une traversée de Paris, paru aux éditions du Seuil (2016).

"Mon trajet est plutôt diurne et va d’Ivry à Saint-Denis, il suit à peu près la ligne de partage entre l’est et l’ouest parisiens ou, si l’on veut, le méridien de Paris. Cet itinéraire, je l’ai choisi sans réfléchir mais dans un deuxième temps il m’a sauté aux yeux que ce n’était pas un hasard, que ce tracé suivait les méandres d’une existence commencée près du jardin du Luxembourg, menée pendant longtemps face à l’Observatoire et poursuivie au moment où j’écris plus à l’est, à Belleville, mais avec de longues étapes entre-temps à Barbès et sur le versant nord de la butte Montmartre. Et de fait, sous l’effet de cet incomparable exercice mental qu’est la marche, des souvenirs sont remontés à la surface au fil des rues, jusqu’à des fragments de passé très lointains, à la frontière de l’oubli." Éric Hazan

Page 18, Barrière d’Italie
Page 18, Barrière d’Italie
- Eric Hazan / Editions Seuil

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.