Extrait du film "The Social Network", de David Fincher, sorti en salles en 2010
Extrait du film "The Social Network", de David Fincher, sorti en salles en 2010
Extrait du film "The Social Network", de David Fincher, sorti en salles en 2010 ©AFP - Archives du 7eme Art / Photo12
Extrait du film "The Social Network", de David Fincher, sorti en salles en 2010 ©AFP - Archives du 7eme Art / Photo12
Extrait du film "The Social Network", de David Fincher, sorti en salles en 2010 ©AFP - Archives du 7eme Art / Photo12
Publicité
Résumé

Internet représente tout un vocabulaire, à l'instar du terme "communauté", encore aujourd'hui très utilisé. Mais ce mot cache une longue histoire, un récit qui commence à San Francisco, avec Stewart Brand, et qui nous conduit jusqu'à … Mark Zuckerberg.

avec :

Dominique Cardon (Sociologue et directeur scientifique du Médialab de Sciences Po), Olivier Ertzscheid (Maître de conférences et chercheur en Sciences de l'information et de la communication à l’Université de Nantes, auteur du blog Affordance.info).

En savoir plus

Quand on fait un peu d’archéologie dans les méandres des réseaux, on comprend que bon nombre des désillusions remontent à quelques années. On peut commencer cette histoire par un personnage : Stewart Brand. Il est celui qui va créer et populariser la notion de “communauté”.

Stewart Brand est l’archétype du "community organizer" (organisateur de groupe). Présent partout au plus fort des années 1970, il a vu l'ordinateur arriver et, très rapidement, il créé un catalogue de contre-culture, devenu légendaire : le Whole Earth Catalog, publié entre 1969 et le milieu des années 1970. Il s'agit d'une sorte de proto-internet qui réunit des clubs d'amateurs et de bidouilleurs, avec l'idée sous-jacente de s'extraire de la tyrannie des grandes machines pour les entreprises, et de penser aux besoins des individus.  Quelques années plus tard, il va développer une des premières communautés en ligne, le WELL (Whole Earth 'Lectronic Link). L'anonymat, plébiscité dans ces premières communautés, est censé résoudre les inégalités.

Publicité

De l'utopie communautaire à la suprématie du "like"

Cette histoire-là, faites de belles idées, de nobles intentions mais aussi de perspectives tronquées, nous poursuit… Le passage à l’échelle du Net, d’un club restreint d’amateurs à un monde global, ne va pas sans inconvénient ni dommage collatéraux. La création du web et des navigateurs ont permis une explosion du nombre d’internautes, et une perpétuelle éclosion de sites et de blogs, mais deux inventions vont venir TOUT bouleverser.

L'un est né en 1990 dans la Silicon Valley, le second est fondé en 2004 par le célèbre Mark Zuckerberg. Le premier a réussi à créer le meilleur index du web occidental, un avantage compétitif qui le rend quasi intouchable tandis que le second a fondé une communauté, une mécanique algorithmique qui capte nos esprits pour mieux nous enfermer dans nos convictions. Ces réseaux sociaux ont des effets d’amplifications et de distorsions qui nous éblouissent sans cesse, pour le meilleur, comme pour le pire.

Avec Dominique Cardon, sociologue, directeur scientifique du Medialab de Sciences Po, et Olivier Ertzscheid, maître de conférences à l'Université de Nantes et blogueur sur affordance.info.

Une série en 8 épisodes produite par Julien Le Bot, réalisée par Clotilde Pivin. Mixage : Claude Niort

À lire aussi : Presse : qui peut résister à Google et Facebook ?

Références

L'équipe

Julien Le Bot
Production
Pascaline Bonnet
Collaboration
Clotilde Pivin
Réalisation
Camille Renard
Coordination
Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Coordination