Thierry Tilly, l’escroc et gourou présumé, lors d’un de ses nombreux déménagements à Oxford, en Angleterre.
Thierry Tilly, l’escroc et gourou présumé, lors d’un de ses nombreux déménagements à Oxford, en Angleterre.
Thierry Tilly, l’escroc et gourou présumé, lors d’un de ses nombreux déménagements à Oxford, en Angleterre. ©Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST/ Fabien Cottereau
Thierry Tilly, l’escroc et gourou présumé, lors d’un de ses nombreux déménagements à Oxford, en Angleterre. ©Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST/ Fabien Cottereau
Thierry Tilly, l’escroc et gourou présumé, lors d’un de ses nombreux déménagements à Oxford, en Angleterre. ©Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST/ Fabien Cottereau
Publicité
Résumé

Début 2008, les Védrines rejoignent leur "maître" installé en Angleterre. Confinés dans une maison délabrée à Oxford, ils ont à peine de quoi vivre. Certains doivent exercer de petits boulots dont ils reversent le salaire à Thierry Tilly en échange de sa protection.

En savoir plus

En mars 2009, Christine de Védrines (la belle-sœur de Ghislaine) parvient à s’échapper. L’instruction, engagée par Jean Marchand, peut enfin avancer. L’escroc est arrêté le 21 octobre 2009 alors qu’il tente d’entrer en Suisse. Mais persuadés que leur mentor est victime d’une machination, les Védrines persistent à refuser tout contact avec l’extérieur. Jean Marchand et l’avocat Maître Daniel Picotin, montent plusieurs opérations d’exfiltration avant de parvenir à faire sortir les reclus de leur aveuglement.

Il est rare de voir onze personnes retirées du monde, retirées du champ social. Il faut comprendre que ceux qui travaillaient, ne travaillaient plus. Charles-Henri de Védrines avait dévissé sa plaque de médecin, on ne payait plus les impôts, on ne faisait plus rien. Donc c’était étonnant puisque c’était des personnes qui étaient des personnalités de la région… Donc on ne comprenait pas, il y avait un mystère. Et moi, j’avais exposé au procureur de la République que soit ces gens étaient drogués, soit ils étaient manipulés… Il y avait un truc psychologique, ce n’était pas possible autrement. Maître Picotin, avocat d’une partie de la famille de Védrines.

Publicité

Épisode 2 : Chute d'un manipulateur

Trois ans plus tard, sur les bancs du tribunal de Bordeaux, les Védrines assisteront à la chute de l’illusionniste Tilly condamné à dix ans de prison ferme pour "escroquerie, séquestration accompagnée d’actes de barbarie et de torture, extorsion de fonds et abus de faiblesse". Selon le psychiatre Daniel Zagury, mandaté pour analyser le profil de Tilly, ce dernier a fait "du cousu-main", adaptant son emprise à chacun des membres de la famille, jusqu’à "mettre leur intelligence en jachère". La famille ressort pulvérisée. La réclusion, les traumatismes et les souvenirs sélectifs ont scindé le clan des Védrines. Thierry Tilly, lui, est sorti de prison en 2018.

Le présumé "gourou", Thierry Tilly, à sa sortie du palais de justice pour l’ouverture du procès dit "des reclus de Monflanquin" ou "Affaire Védrines" (Bordeaux, 27.09.2012)
Le présumé "gourou", Thierry Tilly, à sa sortie du palais de justice pour l’ouverture du procès dit "des reclus de Monflanquin" ou "Affaire Védrines" (Bordeaux, 27.09.2012)
© Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST/Cottereau Fabien

Intervenants

"Une histoire particulière", second épisode de "L’emprise" intitulé "Au-delà des grilles", la thérapeute Maude Julien, au micro de Lénora Krief, parle de la persistance de l’emprise (France Culture, 11.03.2018)

2 min

Un documentaire de Mélanie Déchalotte, réalisé par François Teste. Archives INA, Véronique Jolivet. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France.

Bordeaux, tribunal correctionnel, le 01 octobre 2012 : Au procès de Thierry Tilly, Jacques Gonzales qui aurait entretenu une relation de subordination avec l’accusé.
Bordeaux, tribunal correctionnel, le 01 octobre 2012 : Au procès de Thierry Tilly, Jacques Gonzales qui aurait entretenu une relation de subordination avec l’accusé.
© Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST/Cottereau Fabien

Il y a une loi qui est apparue en juin 2001, qui s’appelle loi About-Picard sur l’abus de faiblesse, qui est là contre les gourous, mais il n’y avait aucune jurisprudence à l’époque, c’était une loi toute neuve. Et le procureur de la République a dit "moi, je n’accepterai d’entamer des poursuites pour abus de faiblesse que le jour où, une des personnes de la famille, sortira de l’emprise et ira porter plainte lui-même. Tant que ce sont des gens extérieurs, je ne bougerai pas." Je ne vous cache pas que la jurisprudence a ensuite évolué mais c’était ça à l’époque. Maître Picotin, avocat d’une partie de la famille de Védrines.

Bibliographie

Archives INA : "1er jour du procès des reclus de Monflanquin" (Le 6/7, France Inter, 25.09.2012) - "Correspondance : Bordeaux, procès en appel des reclus de Montflanquin" (Inter soir 19h00, France Inter, 22.04.2013).

Archive INA : "Une histoire particulière", dans le premier épisode de "L’emprise", "L'enfant derrière la grille", la thérapeute Maude Julien, au micro de Lénora Krief, parle du doute (France Culture, 11.03.2018)

2 min

Pour aller plus loin

À réécouter : La découverte

Références

L'équipe

François Teste
Réalisation
Christine Bernard
Coordination
Mélanie Déchalotte
Production déléguée
Sylvia Favre
Collaboration