Elisabeth Auerbacher, avocate
Elisabeth Auerbacher, avocate
Elisabeth Auerbacher, avocate - Barreau de Bobigny
Elisabeth Auerbacher, avocate - Barreau de Bobigny
Elisabeth Auerbacher, avocate - Barreau de Bobigny
Publicité
Résumé

C'est à l'université qu'Elisabeth Auerbacher découvre la misère psychique des handicapés, coupés par quelques marches de la convivialité.

En savoir plus

Les handicapés… ils sont gentils, on ne les entend pas trop, on n’a pas trop envie de les voir non plus. Pourtant, comme toute minorité, comme toute réalité subjective, ils ont des espoirs, des revendications, des combats, des droits. Elisabeth Auerbacher leur a consacré une grande partie de sa vie. 

Longtemps, en France, les handicapés ne sont pas sortis de leur environnement familial ou étaient confiés à des institutions religieuses où ils vivaient en milieu fermé, loin de toute vie sociale. Au handicap, vécu alors comme une fatalité, la seule réponse demeurait la charité. Et puis, la déferlante de contestation de Mai 68 a favorisé la prise de parole de catégories de la population qui ne l’avaient pas ou si peu : les femmes, les homosexuels, les psychiatrisés, les prisonniers et… les handicapés. Elisabeth Auerbacher, handicapée de naissance fut la fondatrice du premier collectif de réflexion et d’action sur le handicap. Minoritaire, ce groupe fit pourtant connaître avec force ses revendications qui s’avérèrent plus tard des pistes de travail des gouvernements et associations. Bien des choix et étapes de la vie d’Elisabeth Auerbacher furent dictés par cet engagement premier. Ce portrait est l’occasion de retracer son parcours et de mesurer le chemin parcouru. 

Publicité

1er épisode : dépasser le handicap

Atteinte d’un spina bifida, paralysée des jambes, Elisabeth Auerbacher n’a pas réellement connu l’enfermement familial et institutionnel que subissent les handicapés dans les années 50 et 60. Elle a eu la chance d’être issue d’une famille suffisamment à l’aise financièrement et de bénéficier d’une scolarité au milieu des enfants valides. Mais c’est bien dans une France où le handicap est caché, honteux, suscite la charité et les regards condescendants, qu’elle a grandi. 

Elisabeth Auerbacher, pris lors de l'Université d'été du PS, le 30 août 2003 La Rochelle
Elisabeth Auerbacher, pris lors de l'Université d'été du PS, le 30 août 2003 La Rochelle
© AFP - JEAN-PIERRE MULLER

L'infantilisation, c'est quand on vous empêche de faire ce que vous avez à faire ; pour vous garder comme un bébé. vous êtes toujours le petit, le bon petit handicapé. La notion de honte ne vient pas de l'école, ça vient complètement des proches dans la famille. (Elisabeth Auerbacher)

Un regard qui marque, suscite la frustration, le désarroi puis la colère. C’est aussi cette rage qui lui permet de s’affirmer et de se construire, à partir de son handicap mais également de le dépasser. Quelques décennies sont passées, les handicapés sont un peu plus considérés aujourd’hui comme partie prenante de la société. 

Est-ce que le handicap, vraiment c'est une souffrance ? La souffrance, elle est par les autres qui vous renvoient à quelque chose. 

Mais au-delà du manque d’ambition des pouvoirs publics et de la servilité des grandes associations, est prise toute la mesure du chemin qu’il reste à parcourir pour gagner la bataille d’un véritable droit à la vie. 

Avec Elisabeth Auerbacher et Nicolas Houguet.

Un documentaire de Philippe Roizès, réalisé par Assia Khalid. Prises de son Olivia Branger. Mixage Marie Lepeintre. Archives INA Marine Decaens, Sandra Escamez, Linda Simhon et Marie Chauveau. Avec la collaboration d'Adèle Cailleteau.

Archive INA : témoignage de Manuela, jeune femme handicapée "Là-bas si j'y suis" France Inter 22/10/2003

7 min

Bibliographie :

Louis-Albert Serrut, Commentaire sur ceux qui ne marchent pas à l'usage des marchants, Editions de la rose, 2015

Charlotte de Vilmorin, Ne dites pas à ma mère que je suis handicapée, elle me croit trapéziste dans un cirque, Grasset, 2015

Cara Zina, Handi-Gang, Libertalia, 2017

Pascal Jacob, Liberté Egalité Autonomie, Dunod, 2018

Filmographie : 

Andrés Di Tella, 327 Cuadernos, Gema Films et Lupe Films, 2015

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Philippe Roizès
Production
Assia Khalid
Réalisation
Christine Bernard
Coordination