Illustration de L'emprise ©Radio France - Christophe Abramowitz
Illustration de L'emprise ©Radio France - Christophe Abramowitz
Illustration de L'emprise ©Radio France - Christophe Abramowitz
Publicité
Résumé

Dans le monde de Maude, on ne pleure pas, on ne sourit pas, on ne parle que si c’est nécessaire.

En savoir plus

L’enfance de Maude Julien ressemble à un des contes les plus sombres des frères Grimm. Adorable petite fille blonde aux yeux clairs, elle a grandi cloîtré et séquestré par ses parents dans une sorte de château entre Lille et Dunkerque. Son père, Louis Didier, celui qu’elle appelle l’ogre, voulait faire d’elle un «être supérieur», « l’élue » qui serait appelée à un moment donné à «relever l’humanité». Comme un gourou, un maitre de secte, son père instaura une terreur du monde extérieur. Maude devra attendre des années après avoir dépassé la grille de chez elle pour sortir de cette emprise psychologique et parvenir à une sécurité intérieure. Et cet affranchissement passera par le soin, l’écriture d’un ouvrage. Mère de famille et thérapeute depuis une vingtaine d’années à Paris, elle s’est spécialisée dans ce qu’elle connait le mieux : les mécanismes d’emprise. Avec sa voix douce et pleine de vie, Maude Julien incarne l’espoir, la résilience, et nous raconte :  l’emprise. 

Le problème de l'emprise, c'est qu"il y a plein de questions que vous ne vous posez pas. C'est comme être dans un entonnoir dans lequel on glisse. Tant qu'on est dans la partie étroite de l'entonnoir, malheureusement, on ne se pose pas de question. Un des objectifs est de remonter sur la partie haute pour regarder le monde. 

Publicité

1er épisode :  L’enfant derrière la grille.

Ce projet d’enfermement remonte bien avant la naissance de Maude Julien. Cet ex-chef d’entreprise et franc-maçon fasciné par l'occultisme,  avait 34 ans lorsqu’il propose à une famille de mineurs sans le sou de lui confier sa dernière-née, Jeanine, et de lui offrir une vie confortable. Louis Didier tient sa promesse, Jeanine mise en pension recevra une excellente éducation. Jeanine devenue femme, Louis Didier lui révèle son projet : lui donner une enfant, aussi blonde qu’elle puisse, et en assurer l’éducation. Lui se chargerait de l’entrainer physiquement et mentalement. Vingt-deux ans après avoir pris possession de Jeanine, Louis Didier, alors âgé de 58 ans, décide que le moment est venu pour elle de mettre au monde sa fille et que cette naissance aurait lieu le 23 novembre 1957. 

Illustration de l'emprise
Illustration de l'emprise
© Radio France - Christophe Abramowitz

Jusqu’à l’âge de 19 ans, Maude vit isolée du monde extérieur « à l’abri des impuretés, de la pollution des autres ». 

Mon père disait m'enfermer parce que le monde, dehors, était l'enfer. Ma mère disait que j'étais enfermée parce que j'étais une malade mentale. ... J'ai passé toutes ces années en étant juste une boule de terreur.

Dans l’univers délirant de son père, il y a d’un côté l’esprit et de l’autre la matière. Il fallait sauver l’esprit de la matière, et pour cela, l’astreindre à un terrible entrainement physique et psychique fait de volonté et d’ascétisme. Sa mère, chargée de transmettre le savoir, lui inflige des devoirs sans proportions et son père lui fait endurer des épreuves dignes d’un entrainement militaire : nager dans une piscine d’eau sombre et glacée, rester imperturbable lors « d’exercices d’impassibilité», rester seule et méditer sur la mort en pleine nuit dans la cave où courent les rats, réussir à marcher droit sur une ligne blanche après avoir bu, forcée, de l’alcool… Dans le monde de Maude, on ne pleure pas, on ne sourit pas, on ne parle que si c’est nécessaire. 

Avec Maude Julien, thérapeute et Ursula Gauthier, journaliste et écrivaine, auteures de "Derrière la grille" aux Editions Stock

Un documentaire de Lenora Krief, réalisé par François Teste. Archives INA : Linda Simhon

Extrait Archive INA : Le livre de chevet France Culture 05/10/1967 : François Truffaut lisant le 1er épisode de « La séquestrée de Poitiers » d’André Gide

13 min

Références

L'équipe

Lénora Krief
Production
François Teste
Réalisation
Christine Bernard
Christine Bernard
Christine Bernard
Coordination