Illustration du péché capital : La Paresse
Illustration du péché capital : La Paresse ©Radio France -  Christophe Abramowitz
Illustration du péché capital : La Paresse ©Radio France - Christophe Abramowitz
Illustration du péché capital : La Paresse ©Radio France - Christophe Abramowitz
Publicité

La paresse est peut-être le péché capital le mieux toléré, le moins « grave » en quelque sorte…

La paresse a toujours eu un  aspect polymorphe, elle est à la fois vice et vertu : elle permet à certains la réappropriation de son temps, de sa vie et sinon de  s’extraire mais de prendre de la distance face aux diktats sociaux.  Aujourd’hui, dans un monde où l’injonction au travail et à l’ascension  sociale est particulièrement prégnante, elle permet d’opérer le refus  d’une vie déjà toute tracée. C’est le cas d’adolescents qui, d’abord au  Japon, et dans beaucoup de pays européens désormais, s’extraient de la  course sociale et décident de ne rien faire, au sens propre. Alors, la  paresse serait-elle l’avenir ? C’est ce que pensent certains chefs  d’entreprise, s’appuyant sur des recherches scientifiques récentes…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gaston Lagaffe
Gaston Lagaffe
© AFP - JEAN-PIERRE MULLER

1er épisode : Les Hikikomori, se retirer pour ne rien faire

Le phénomène touche aujourd’hui au Japon près d’un adolescent sur  cent. Les hikikomori décident soudain de se couper du monde pour une  durée indéterminée, et de se murer dans leur chambre, avec l’objectif de  suivre le modèle d’une vie idéale, passée à ne rien faire : aucune  ambition, aucune préoccupation vis-à-vis de l’avenir, un désintérêt  total pour le monde réel les caractérisent. Ce phénomène apparu au début  des années 90 au Japon tend à s’étendre aux États-Unis et à l’Europe à  travers le nombre grandissant de NEET, ces jeunes de 16 à 18 ans qui  préfèrent devenir SDF plutôt que de s’insérer socialement. Ces jeunes ne  refusent-ils pas l’abîme que peuvent constituer ce que l’on appelle  burn-out en Europe et « kiroshi » (mort par excès de travail qui  concerne un actif sur cinq…) au Japon ? 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Archive INA : Lieux de mémoire - 1936, l'embellie des congés payés - France Culture 30/07/1998

3 min

2nd épisode : « Cherchons F/H paresseux pour un poste de directeur »

C’est le combat que mène la psychologue du travail Gwenaëlle Hamelin,  spécialiste du stress au travail et du burn out, que nous suivrons tout  au long de ce 2nd épisode : « faire moins est une stratégie gagnante »  !  Bill Gates, précurseur ici comme dans bien d’autres domaines, le  disait : « Je choisis une personne paresseuse pour un travail difficile,  car une personne paresseuse va trouver un moyen facile de le faire ».  La paresse pourrait-elle devenir une qualité recherchée par les  recruteurs ? C’est ce que semblent prôner diverses études parues  récemment comme celle de la Florida Gulf Coast University stipulant que  les personnes ayant un QI élevé sont plus paresseuses que les autres, ou  encore celle menée par le professeur Eisuke Hasegawa qui montre que les  éléments considérés comme paresseux sont les seuls à être réactifs aux  situations d’urgence…

Gwenaëlle Hamelin : psychologue du travail
Gwenaëlle Hamelin : psychologue du travail
© Radio France - Delphine Chaume

Avec : Marie-Jeanne Guedj, psychiatre et Natacha Vellut, psychanalyste et sociologue ; Lisa, médecin du travail ; Bruno, salarié paresseux ; Gwenaëlle Hamelin, psychologue du travail 

Archive INA : La lutte contre la paresse - Chronique de la voix de l'espérance RTF 13/03/1955

5 min

Un documentaire de Delphine Chaume, réalisé par Thomas Beau.  Prises de son : Olivia Branger, Lectures de textes, Vincent Schmitt,  Mixage, Eric Boisset. Archives INA : Isabelle Fort-Rendu

Film

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Bibliographie 

« La cravate » de Milena Michiko Flasar 

Les albums de Gaston Lagaffe de Franquin

Votre prochaine Histoire particulière de l'ETE 2018...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

... à redécouvrir le dimanche 19 août à 17h sur France Culture

L'équipe

Delphine Chaume
Production
Thomas Beau
Réalisation
Christine Bernard
Christine Bernard
Christine Bernard
Coordination