Photo de Marthe Robin  - Creative Commons CC0 1.0 - Wikimedia Commons - Les foyers de Charité
Photo de Marthe Robin - Creative Commons CC0 1.0 - Wikimedia Commons - Les foyers de Charité
Photo de Marthe Robin - Creative Commons CC0 1.0 - Wikimedia Commons - Les foyers de Charité
Publicité
Résumé

Déclarée "vénérable" en 2014, Marthe Robin (1902–1981) semblait destinée à rejoindre sans difficulté les saints de l’Église catholique. C’était sans compter un moine belge qui, au terme d’une minutieuse enquête, semble révéler une extraordinaire supercherie qui a duré plus d'un demi-siècle.

En savoir plus

Une histoire de sainte presque parfaite, mais où le mensonge n’exclut pas la bonne foi.

Épisode1 : Le bon dieu sans confession ?  

Le 6 février 1981, s’éteignait Marthe Robin, âgée de 78 ans, dans la petite chambre de la ferme familiale de Châteauneuf-de-Galaure (Drôme), au terme d’une vie extraordinaire : paralysée, quasi-aveugle, elle connaît ses premières visions mystiques en 1921 et, à partir de 1930, ne se nourrit plus que d’une hostie par semaine. De ces expériences, elle tire des écrits mystiques, dictés dans la pénombre de sa chambre à plusieurs secrétaires. Un peu plus tard, elle reçoit même les stigmates – les blessures reçues par le Christ lors de la Passion.

Publicité
Capture d'écran : Chaque vendredi, Marthe Robin revit la Passion et pleure des larmes de sang
Capture d'écran : Chaque vendredi, Marthe Robin revit la Passion et pleure des larmes de sang
- YouTube

Jusqu’à sa mort, plus de 100 000 fidèles lui rendront visite pour partager ses prières ou recueillir ses conseils. Le petit village est transformé : une école sort de terre et fait concurrence à l’école communale.

Châteauneuf-de-Galaure dans la Drôme
Châteauneuf-de-Galaure dans la Drôme
- CC BY-SA 3.0 - Wikimedia Commons - Gachepi

Marthe sera aussi à l’origine des Foyers de Charité, qui réunissent laïcs et religieux le temps d’une retraite, une création dans l’esprit d’ouverture prôné par Vatican II. En 2014, le pape François la déclare vénérable. Un premier pas vers la béatification… 

Mais on sait que le diable se niche dans les détails. Pourquoi a-t-on retrouvé le cadavre de Marthe hors de son lit, chaussé de pantoufles – de surcroît usées de manière bien étonnante…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Intervenants

Le prêtre valentinois, père Pierre Vignon (21.08.2018) alors qu’il réclamait la démission du cardinal Barbarin
Le prêtre valentinois, père Pierre Vignon (21.08.2018) alors qu’il réclamait la démission du cardinal Barbarin
© Maxppp - PHOTOPQR/LE DAUPHINE/HEBRARD Fabrice

Un documentaire d'Alexis Charniguet, réalisé par François Teste. Archives INA, Hervé Évanno. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France.

Dans la maison de Marthe Robin
Dans la maison de Marthe Robin
© Radio France - François Teste

Bibliographie

Archives INA : 

  • Jean Guitton, dans La Tribune de l’Histoire, (France Inter, 29.06.1991)
  • Entretien de Jacques Chancel avec le philosophe Jean Guitton à propos de Marthe Robin (05.11.1985).
  • L’Énigme de Marthe Robin, extraits de La Tribune de l’Histoire (France Inter, 11.06.1991)
La cuisine dans la maison de Marthe Robin
La cuisine dans la maison de Marthe Robin
© Radio France - François Teste

Extrait également diffusé : Homélie du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine (06.02.1991)

Pour aller plus loin

14 min

Demain, épisode 2 : La vérité sans concession ?

Références

L'équipe

François Teste
Réalisation
Christine Bernard
Christine Bernard
Christine Bernard
Coordination
Sylvia Favre
Collaboration
Alexis Charniguet
Production déléguée