Talaat Pasha (1874-1921)
Talaat Pasha (1874-1921)
Talaat Pasha (1874-1921) - Wikimedia Commons - Domaine public - Neue Photographische Gesellschaft Berlin and Bain News Service, publisher
Talaat Pasha (1874-1921) - Wikimedia Commons - Domaine public - Neue Photographische Gesellschaft Berlin and Bain News Service, publisher
Talaat Pasha (1874-1921) - Wikimedia Commons - Domaine public - Neue Photographische Gesellschaft Berlin and Bain News Service, publisher
Publicité
Résumé

Au cours de ce procès éclair, les personnages et les rôles ne cessent de s’inverser. Qui est l’assassin, qui est la victime ? Pourquoi ce procès se tient-il si peu de temps après les faits et dure-t-il un jour et demi seulement ?

En savoir plus

Le procès a changé de visage : est-ce Soghomon Tehlirian que l’on juge pour avoir assassiné un homme ou bien la victime, Talaat Pacha, et sa responsabilité accablante dans la destruction du peuple arménien ? Et quid des autorités allemandes alliées de l’Empire ottoman qui auraient pu intervenir ? Les rôles au sein du tribunal semblent sens dessus dessous, on ne sait plus si l’on doit écouter les experts qui défilent à la barre pour se prononcer sur l’état psychique de l’accusé afin de statuer sur la préméditation.

Acquitté par le jury à l’unanimité -un verdict qui stupéfie la presse- Tehlirian retournera à son existence discrète, accompagné de ses fantômes, sans évoquer les coulisses de cette histoire : s’il a bien perdu une partie des siens au cours du génocide, il ne pouvait dire au procès que son geste était bel et bien prémédité, minutieusement préparé sous le nom "opération Némésis", opération qui visait une liste de responsables Jeunes-Turcs condamnés à mort par contumace en 1919 par un tribunal de l’Empire ottoman pour leurs crimes de guerre.

Publicité

Dans l’assistance berlinoise particulièrement troublée, on aperçoit le jeune avocat Robert Kempner, que l’on retrouvera après-guerre comme substitut du procureur général américain au procès de Nuremberg ; depuis Lviv où il étudie le droit, Le jeune Raphael Lemkin suit lui aussi attentivement le procès.

Ce procès fondateur pour la conceptualisation du crime de génocide devait marquer l’histoire mondiale du droit.

Pour en parler

  • Armen Terzibaschian, fils de Christine Terzibaschian qui témoigna au procès en 1921
  • Tessa Hofmann, historienne, spécialiste de l’Empire ottoman
  • Houry Varjabédian, traductrice, directrice de la collection Diasporales des éditions Parenthèses
  • Stefan Ihrig, historien, qui s’est penché sur la relation germano-ottomane
  • Philippe Sands, auteur et avocat spécialisé dans la défense des droits humains et la pénalisation des crimes de masse et des crimes de génocide

Merci à Ara Sarafian, historien et directeur du Gomidas Institute à Londres

Traduction, Marie Chartron et Houry Varjabédian
Textes lus par Andrea Schieffer et Laurent Lederer. Extraits de : Mémoires de Soghomon Tehlirian en langue arménienne, Soghomon Tehlirian: Réminiscences - l'Exécution de Talaat (Imprimerie Houssaper, Le Caire, 1956) - Minutes du procès Tehlirian : Tehlirian Justicier du génocide arménien (Diasporas, 1981)

Jean Lebrun et Annette Becker à propos de Raphael Lemkin et le procès Tehlirian (14.02.2018)

3 min

Bibliographie sélective

Xavier Mauduit et Taner Akcam (France Culture, Le cours de l'histoire, 14.02.2020)

3 min

Générique

Un documentaire de Marie Chartron, réalisé par Franck Lilin. Prise de son, Christophe Papon et Dhofar Guerid. Mixage, Benjamin Vignal. Documentaliste Ina, Marie-Sophie Guillet de la Brosse. Page web, Sylvia Favre.

Musique

Quelques extraits de : Crystal Palace de Ernst Reijseger (Winter & Winter, 2014) - Éliane Radigue et Frédéric Blondy pour Occam XXV (2022).

Pour en savoir plus

3 min
Références

L'équipe

Christine Bernard
Coordination
Marie Chartron
Production déléguée
Sylvia Favre
Collaboration
Franck Lilin
Réalisation