Plan du quartier de Whitechapel à Londres (Grande Bretagne) ©Radio France - François Teste
Plan du quartier de Whitechapel à Londres (Grande Bretagne) ©Radio France - François Teste
Plan du quartier de Whitechapel à Londres (Grande Bretagne) ©Radio France - François Teste
Publicité
Résumé

Un dédale de ruelles malfamées et surpeuplées. Alcoolisme, vols, violence... Voici le décor du district de Whitechapel dans l’East End londonien en 1888

En savoir plus

Rediffusion des samedi 09 et dimanche 10 février 2019 

Whitechapel fait partie du quartier londonien de Tower Hamlets. Il est situé à 5,5 kilomètres à l’est de Charing Cross. Il est, en gros, limité par Bishopsgate à l’ouest, Hanbury Street au nord, Brady Street et Cavell Street à l’est et Commercial Road au sud.  

Publicité

Le cœur de Whitechapel est la Whitechapel Road même, qui tire son nom d’une petite chapelle de proximité, consacrée à Sainte Marie.

Épisode 1 : Retour à Whitechapel

Whitechapel : Y cohabitent des réfugiés russes, Juifs réchappés des pogroms d’Europe de l’Est , des immigrants irlandais et la classe ouvrière londonienne. Alcoolisme, vols, violence sont le quotidien de ce sous-prolétariat qui se révolte, notamment en novembre 1887. Un an plus tard, entre août et novembre 1888, cinq meurtres ensanglantent le quartier. Les victimes sont des femmes.

Aujourd’hui, plus de 130 ans après les faits, le quartier de Whitechapel s’est transformé : Pubs, restaurants et boutiques à la mode ont remplacé les taudis du passé. Mais les touristes, de plus en plus nombreux, parcourent les rues à la recherche du fantôme d’un tueur jamais identifié ou d’un passé complètement révolu.

Lettre, prétendument écrite par Jack l'éventreur, envoyée à une agence de presse londonienne (25.09.1888). Exposition au Museum in Docklands (Londres, 2008)
Lettre, prétendument écrite par Jack l'éventreur, envoyée à une agence de presse londonienne (25.09.1888). Exposition au Museum in Docklands (Londres, 2008)
© AFP - AFP PHOTO / Carl de Souza

Intervenants

Un documentaire de Michel Pomarède, réalisé par François Teste. Archives INA, Annie Lauzzana et Sabine Dahuron. Avec la collaboration d'Annelise Signoret, de la Bibliothèque de Radio France. Nouvelle page web, Sylvia Favre

Bibliographie

Capture d'écran de la page d'accueil du site "Jack the ripper museum" , 12 Cabble street à Londres
Capture d'écran de la page d'accueil du site "Jack the ripper museum" , 12 Cabble street à Londres
- Jack the ripper museum

Pour aller plus loin

Demain, retrouvez l'épisode 2 : Gros plan sur les victimes

Références

L'équipe

François Teste
Réalisation
Christine Bernard
Christine Bernard
Christine Bernard
Coordination
Michel Pomarède
Michel Pomarède
Michel Pomarède
Production déléguée
Sylvia Favre
Collaboration