Nains de jardin à Alençon ©Radio France - François Teste
Nains de jardin à Alençon ©Radio France - François Teste
Nains de jardin à Alençon ©Radio France - François Teste
Publicité
Résumé

En 1996, à Alençon, un fait divers, sans mort et sans blessé, défraie la chronique : des nains de jardins sont volés par dizaines dans des propriétés privées puis regroupés dans la forêt. Le FLNJ, “Front de libération des nains de jardin” était né.

En savoir plus

Dans la ville d'Alençon, 30 000 habitants, préfecture de l'Orne, Basse-Normandie, dans les années 1990, on s'ennuie ferme quand on a 17, 18 , 19, 20 ans. Il y a bien un théâtre, un cinéma, une salle de concert. Sinon, il y a l'attente d'en partir enfin, et puis la forêt et les champs autour.

Mais en 1996, à Alençon, un fait divers sans mort et sans blessé défraie la chronique et se fait une place jusque dans les journaux et les télévisions nationales : des nains de jardins sont volés par dizaines dans des propriétés privées, des terrains pavillonnaires la plupart du temps, puis regroupés dans la forêt. Le FLNJ, “Front de libération des nains de jardins” était né.

Publicité

L'année suivante, des actions similaires ont lieu ailleurs en France.

ARCHIVES INA : France Culture : La matinée des autres : A la recherche des Lutins, 17/09/1996

2 min

Pourquoi ce canular potache dans une petite ville de Normandie a tant intéressé les médias nationaux? Pourquoi a-t-il essaimé ? N'était-ce vraiment qu'un canular, ou bien aussi un geste dada, un happening, une rébellion joyeuse mais néanmoins politique contre l'ennui qui assomme la jeunesse dans les provinces françaises ?

Deux membres du FLNJ (Front de libération des nains de jardin) posant avec leurs "prises" après un raid dans un quartier résidentiel d'Alençon.
Deux membres du FLNJ (Front de libération des nains de jardin) posant avec leurs "prises" après un raid dans un quartier résidentiel d'Alençon.
© AFP - COR/AFP

Épisode 1 : Sur les traces du Front de libération des nains de jardin, canal historique

Nous sommes au milieu des années 1990 dans une petite ville de Normandie. Les premiers cas de nains de jardin volés retrouvés dans la forêts sont signalés. Des photos de jeunes hommes et femmes cagoulées posant autour apparaissent aussi. Simple canular ? Petite délinquance ? La presse locale est sur l'affaire. Puis la presse nationale et internationale. Et bientôt, il y aura des FLNJ un peu partout à travers le pays.

D’abord, il fallait repérer les proies. Donc, on profitait de n’importe quelles sorties, supermarché avec les parents, balades en villes, pour repérer les petits bonnets rouges, en général dans les jardins. On faisait une liste pour repérer les nains qui nous paraissaient faciles à prendre et puis un soir, on se réunissait en général avec deux amis et on attendait une heure ou deux du matin qu’il n’y ait plus personne dans les rues pour aller faire ça et on revenait les cacher dans les garages en général. Peggy, originaire d’Alençon, membre du Front de Libération des Nains de Jardin

Un documentaire de Rachel Knaebel, réalisé par François Teste. Archives INA : Viviane Lefèvre. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France. Nouvelle page web, Sylvia Favre.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Bibliographie

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un soir où je dinais dans mon jardin, j’ai vu des ombres passer, habillées en collants avec des masques et je me suis dit "qu’est-ce-que c’est que ce truc-là ?" Ils sont allés directement dans mon garage, comme s’ils connaissaient bien les lieux. Donc je me suis levée, je suis allée les voir et puis ma fille baisse le masque et me dit "Maman, t’inquiète pas. On a monté un truc qui s’appelle le FLNJ." Je lui dis c’est quoi ça le FLNJ ? Elle me dit "c’est le Front de Libération des Nains de Jardin". Donc, ça se passait chez moi mais je ne m’en étais pas aperçue. Michelle de Villard, journaliste à Ouest France

Pour aller plus loin

À réécouter : Un jardin pour deux
27 min

Rediffusion du 27 janvier 2018

Demain, épisode deux : Pourquoi les nains ?

Références

L'équipe

François Teste
Réalisation
Christine Bernard
Christine Bernard
Christine Bernard
Coordination
Sylvia Favre
Collaboration
Rachel Knaebel
Production déléguée