Cha Gonzalez
Cha Gonzalez
Cha Gonzalez
Cha Gonzalez
Publicité

Alice Ripoll, chorégraphe brésilienne, réinvente dans la pièce "aCORdo", les liens de confiance et de pouvoir. Cha Gonzalez, photographe franco-libanaise, capte les corps la nuit dans les fêtes pour sa série "Abandons". Ibrahim Maalouf prépare une tournée d'été et un album pour septembre.

Avec
  • Ibrahim Maalouf Trompettiste, musicien, compositeur, arrangeur, producteur, professeur de trompette et d'improvisation
  • Cha Gonzalez Photographe
  • Alice Ripoll chorégraphe brésilienne

Il est 23h et on passe tous la douane du regard. Cette frontière invisible qui nous fait marcher différemment, nous tenir à carreaux, qui traverse la colonne vertébrale et lui impose la ligne droite. Quand Alice Ripoll, chorégraphe, parle des contrôles au Brésil, ils sont bien visibles, ils sont policiers, ils séparent les quartiers et le « check » utilisé pour vous fouiller, intimide et décourage. Les corps alors, s’en tiennent à un périmètre limité. On ne sort pas comme ça des favelas. On peut même se retrouver à terre si on ne ressemble pas assez à ce que l’on connaît. Alice Ripoll dans la pièce aCORdo, renverse les rôles. Les quatre danseurs en bleu de travail s’éveillent, se portent, et puis s’approchent pour vous prendre ce que vous avez entre les mains, un sac ou un téléphone. Doucement. Vous devrez plus tard, aller reprendre ce qui vous a été pris. Et mettre un nom sur cette nouvelle relation. Alice Ripoll rend aux corps qu’elle regarde, la liberté de réinventer des liens en dehors de ceux qui sont imposés ou violents. Cha Gonzalez elle, est repartie dans le Beyrouth où elle a grandi. Elle voulait être reporter de guerre et puis finalement, elle voit que la lutte est intérieure et muette. Les premières photos, elle les prend la nuit – sa série s’appelle Abandons – peau contre peau, des visages qui justement, enfin, ne se sentent plus regardés. Souvent les yeux fermés. Des corps à l’abri. Qui n’ont pas besoin de montrer patte blanche pour exister. Désirer. Alice Ripoll et Cha Gonzalez réinventent des façons de regarder qui ne sont pas des passages obligés. Des regards qui ne scannent personne et acceptent la beauté et l’opacité

Alice Ripoll, chorégraphe brésilienne. Ses propos seront traduits en simultané depuis l’anglais par Hélène Joguet-Legent. Ses pièces aCORdo et Cria sont respectivement présentées du 22 au 23 mai à La Dynamo de Banlieues Bleues (Pantin) et du 15 au 16 juin à L’Embarcadère (Aubervilliers) dans le cadre des Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis. 

Publicité

Cha Gonzalez, photographe franco-libanaise. Son travail est exposé au sein de l’exposition " C'est Beyrouth" à l'Institut des Cultures d'Islam (Paris) jusqu’au 28 juillet. Elle s’intéresse à Beyrouth la nuit, dans l’abandon et le relâchement des corps. 

LIVE, au piano en studio : Ibrahim Maalouf. Le musicien interprète deux titres seul, au piano du studio 109. Pour sa tournée d'été, le trompettiste franco-libanais invite Haïdouti Orkerstar : depuis dix ans il côtoie le groupe, dont les mélodies voguent entre les Balkans et l’Orient. La composition de la bande originale du film La Vache de Mohamed Hamidi et le concert de la cérémonie de remise de la Palme d’or au Festival de Cannes en 2016 ont notamment fait partie de leurs projets communs, qu’ils célèbrent ensemble dans une tournée du 29 juin au 03 août, dans toute la France. 

L'équipe

Aurélie Charon
Aurélie Charon
Aurélie Charon
Production
Inès Dupeyron
Collaboration
Delphine Lemer
Réalisation
Lionel Quantin
Réalisation