Aya Cissoko
Aya Cissoko - Jean-Baptiste Pellerin
Aya Cissoko - Jean-Baptiste Pellerin
Aya Cissoko - Jean-Baptiste Pellerin
Publicité

Elle a plusieurs vies en une : championne du monde de boxe anglaise, enfant de Ménilmontant, de parents arrivés du Mali. En 1986 un incendie lui prend son père et sa soeur. Aya Cissoko rend hommage à sa mère dans N'ba, qui s'est émancipée du clan pour gagner sa liberté et la lui transmettre.

Il est 23h et chacun son émancipation. Sa façon de dire : je suis libre. C’est étrange de penser que la sienne est l’unique. Il y aurait des émancipations standard, ok, validées, reconnues ; pour les autres certains s’autoriseraient à dire : non là ce n’est pas la bonne façon de se libérer, on ne s’affranchit pas comme ça. Même notre façon d’être libre devrait être calibrée. Mais les émancipations ne se ressemblent pas, et même de mère en fille. Il y a une génération de différence et parfois un pays. Aya Cissoko a compris plus tard que sa mère Massiré Dansira était une femme libre. Elle dira : ses victoires sont lentes mais sans appel. La vie de Massiré a commencé par être écrite par les autres, ce n’est pas elle qui avait réservé ce vol Air France en 1975 quand elle a 15 ans, de Bamako pour Paris. Mais elle parle Bambara et ça veut dire : ceux qui ont refusé de se soumettre. En France un incendie a pris son mari et son fils, la maladie un autre enfant. Le clan revient comme si elle était affaiblie, mais elle dit non aux hommes, non je ne rentrerai pas au Mali. A partir de ce moment là elle a choisi. Sa fille Aya Cissoko est une tête dure, indisciplinée et désobéissante. Elle répond à sa mère. Elle veut faire de la boxe. Elle entre dans le combat. Elle ne sera pas ce que son genre ou son origine lui prédit. Elle sait que la vie est violente, au moins sur un ring, les coups ils sont annoncés. Elle en veut à sa mère d’accueillir chez elle ceux qui l’ont rejetée, le clan. Elle n’a pas encore compris que c’est sa façon à elle de reprendre sa place. Celle qui est à la tête d’une maison, qui peut recevoir, celle qui est à la tête de sa vie. Chacun son émancipation. Aya monte sur le ring et Massiré dit : Le monde ne s’est pas fait en un jour, façon de dire : soit patiente. A la mort de sa mère, Aya est vigilante : tout est à l’inverse d’une vie au moment de sa mort. Soudain le clan revient et dit comment il faut faire et ce qu’il faut dire. Mais sa vie écrite par les autres l’est enfin par sa fille dans un livre. Aya a écrit : N’ba. C’est l’émancipation d’une femme et c’est l’histoire de notre pays. La vraie histoire. Après le vol Air France pas choisi, Massiré Dansira a décidé de rester et de devenir libre ici, d’une victoire lente et sans appel, à sa façon parce qu’elle savait que la France ne serait plus la France si on pouvait calibrer et juger une liberté.

Aya Cissoko, championne du monde de boxe anglaise en 2006, auteur de Danbé et N'ba aux Editions Calmann-Lévy.

Publicité
Aya Cissoko et son entraîneur Jeannot
Aya Cissoko et son entraîneur Jeannot
- Jean-Baptiste Pellerin

Ses amis : Aurélien Buraud et Jane Birmant.

LIVE : CORALIE VABE chante Cocoa avec Martin Manfredi à la guitare et Betty Rojas aux percussions

Un autre morceau en studio : AMI

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe

Aurélie Charon
Aurélie Charon
Aurélie Charon
Production
Delphine Lemer
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration
Lionel Quantin
Réalisation