Staying alive
Staying alive
Staying alive - Gérard Béringer
Staying alive - Gérard Béringer
Staying alive - Gérard Béringer
Publicité
Résumé

Mark Tompkins a réalisé un solo autobiographique "Staying alive" et présente ses "Hommages" au CND de Pantin. Phia Ménard présente "Les os noirs" au Théâtre Monfort - Théâtre de la Ville, autour de l'acte du suicide. L a intitulé son nouvel album "Chansons".

avec :

Phia Ménard (Artiste, performeuse et metteuse en scène.).

En savoir plus

Il est 23h et le corps serait le seul lieu qu’on ne quitte jamais. Le corps c’est une chose qui a peu évolué depuis un moment. On a le même que ceux qui nous ont précédés, à peu près. C’est notre tour en ce moment de l’habiter et on ne quitte pas son corps, dans la vie -  ça c’est vrai mais ce n’est pas forcément qu’un lieu imposé. A un moment on peut le quitter pour le choisir. Y réinjecter de la vie, quel que soit l’âge qu’il a. La pièce de Mark Tompkins s’appelle Staying alive. On a tous l’air dans la tête à juste prononcer ces mots : Staying alive. Le morceau des Bee Gees remonte sans cesse à la surface, alors que pourtant le grand corps nu de Mark Tompkins nous fixe et nous parle de la mort, de la maladie, de corps disparus. D’absences. Mais alors Gloria Gaynor ou les Beatles reviennent aussi. Le corps est rattrapé par tout ce qui l’a fait danser. Par tout ce qu’il a aimé : c’est un lieu à plusieurs entrées. Dans Staying alive il y a une file d’attente – comme un passage d’aéroport, une douane. On est entre deux mondes. On attend, sûrs de rien. A la fin de sa pièce Les Os noirs, Phia Ménard monte sur scène pour dire : maintenant, on dédramatise. On va au bar. On est vivants. On vient d’assister à trois passages à l’acte qu’elle met en images, dans le vent, les cendres, des corps qui se laissent partir, engloutir. Des êtres qui quittent leurs corps. Elle cite le poème de Césare Pavese : « la mort viendra et elle aura tes yeux » et elle rêve qu’on ne soit pas sûrs d’avoir entendu la mort ou l’amour. Que ça se confonde. Alors on dédramatise parce qu’on est entre les deux et que ce n’est pas si opposé que ça, qu’on peut gagner un peu d’éternité en mêlant l’amour et la mort et en faisant remonter quelques airs à la surface – le corps est rattrapé par tout ce qui l’a fait danser 

Phia Ménard, danseuse, jongleuse, performeuse. Depuis plus de vingt ans, l’artiste travaille entre les disciplines ; avec sa compagnie Non Nova fondée en 1998, elle explore des formes entre la danse, le cirque, la performance. Sa dernière création, Les os noirs, est présentée au Monfort (Paris) jusqu’au 14 avril avant de poursuivre sa tournée : du 19 au 21 avril au Quai (Angers) ; le 26 avril au théâtre Les Treize Arches (Brive-la-Gaillarde) ; le 24 mai au Théâtre d’Orléans (Orléans) : une pièce pour une interprète (Chloée Sanchez), sur le vent – un élément qui permet de questionner en creux l’acte du suicide…

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Mark Tompkins, chorégraphe, danseur, chanteur. Le Centre National de la Danse (Pantin) présentait en mars sa dernière création Stayin Alive, solo dans lequel Mark Tompkins fait l’autoportrait de l’artiste en vieil homme, racontant son histoire au fil des tubes disco ou des chansons de cabaret qu’il adresse au public. S’entourant sur scène d’accessoires et de déguisements chers et familiers, qui l’ont accompagné dans sa carrière depuis qu’il a quitté les USA pour vivre et travailler à Paris avec sa compagnie I.D.A qu’il fonde en 1983, il convoque des bribes du passé pour appréhender cette petite musique de la vieillesse et de la mort, prises à bras-le-corps comme dans une danse douce et macabre… Le CND présentera les 13 et 14 avril quatre courtes pièces plus anciennes : ses Hommages, créés entre 1989 et 1998, célèbrent des figures de la danse qui l’ont marqué : Joséphine Baker, Valeska Gert, Vaslav Nijinsky et Harry Sheppard ont inspiré à l’artiste des danses joyeuses, (auto)portraits où l’on retrouve le chant, le travestissement, le kitsch…

LIVE : L (Raphaële Lanadère). Son nouvel album s’appelle Chansons, il est sorti en février (Tôt ou Tard). Récemment aux Bouffes du Nord et à la Maison de la Poésie (Paris), elle poursuit ses concerts sur la route des festivals : le 20 avril à Rennes (Mythos), le 27 avril à Bourges (Le Printemps de Bourges), le 16 juin à Paris (Champs-Elysées Films festival).

Le morceau "Tant Pis" enregistré en studio :

Atelier de la nuit - "Tant Pis" L

3 min

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

COUP DE FIL A UNE SCÈNE NATIONALE : Francesca Poloniato, directrice du Théâtre du Merlan, Scène Nationale de Marseille. Elle nous parle de CONTEXTE(S), une série de rencontres et débats au Merlan les 13 et 14 avril, qui réfléchiront aux liens entre art et territoire. Intellectuels, artistes, acteurs socio-culturels, enseignants et professionnels se réunissent pour croiser les expériences et inventer ensemble des manières de penser la place de l’art sur des lieux de vies touchés par des questions liées à la laïcité, le racisme, les inégalités sociales…

Phia Ménard et Mark Tompkins
Phia Ménard et Mark Tompkins
L
L
Références

L'équipe

Aurélie Charon
Aurélie Charon
Aurélie Charon
Production
Inès Dupeyron
Collaboration
Delphine Lemer
Réalisation
Lionel Quantin
Réalisation