Maryam Madjidi
Maryam Madjidi
Maryam Madjidi
Maryam Madjidi
Maryam Madjidi
Publicité
Résumé

Maryam Madjidi est née à Téhéran, elle y passe ses six premières années. Ses parents militants communistes décident de s'exiler à Paris. Dans son premier roman "Marx et la poupée" elle écrit l'avant et l'après, entre deux pays, entre deux langues. Elle enseigne le français à des mineurs isolés.

avec :

Maryam Madjidi (Ecrivain).

En savoir plus

Il est 23h et l’exil c’est physique. Il n’y a pas de corps muet. Au début Maryam ne joue pas, ne parle pas, ne mange pas. Elle arrive en France, elle a 6 ans. Son corps sa voix : tout ça c’est iranien. Elle commence le récit par le ventre de la mère. Il y aura les mains du père. La vie est contenue dans les corps. Avant, quand elle était douce, on pouvait déposer son existence dans les lieux, les objets, les aînés. Mais plus tard, tout revient dans le ventre et les mains. Tout se lit ici. Maryam Madjidi écrit ses 6 premières années à Téhéran puis son arrivée à Paris et à Drancy et alors: Elle avala sa langue, elle engloutit sa langue maternelle. On ne devient adulte ni à 18 ni à 20 ans. La majorité c’est quand la majorité de ses lieux d’enfants ne peuvent plus contenir votre histoire. Il y a un jour, on vous rend votre enfance. On vous la redonne comme un petit paquet dans les bras. Voilà. Les années que vous avez déposées dans une cour d’école, un square, un jardin, d’autres les traversent, l’espace est à libérer. Les grands-parents qui gardaient ça pour vous ne sont plus là. Le paquet est là. Il n’y a pas de cérémonie, on n’est pas convoqué. Il y a juste une grand-mère qui n’est plus là, un nouvel enfant qui court là-bas, il faut tout reprendre avec soi -- comme quand dans la maison des parents, il n’y a plus de place pour votre chambre d’enfant finalement. Le temps où on peut laisser sa vie ici et là- est écoulé, il faut la prendre en entier – on espère que vos muscles sont solides, que votre vie intérieure est bien entraînée. Maryam Madjidi écrit son premier roman Marx et la poupée. Ses parents sont sortis dans la rue mais la lutte est finie, la Révolution islamique a enterré leurs espoirs, leurs livres, la petite a rendu ses jouets, il faut partir. On lui donne un nouveau pays et elle doit prendre puis rendre une nouvelle langue : on a besoin de son français pour les lettres administratives, pour la nouvelle vie. Sans le savoir, elle construit en France, la nostalgie de demain. Elle ne sait pas que plus tard à Pékin, elle rêvera du croissant chaud qu’elle avait refusé à 6 ans. La France et l’Iran sont en rivalité longtemps, jusqu’à se rendre compte qu’ils ont tous les deux intégré l’espace de la mélancolie.La question de Maryam Madjidi fait relais à Montesquieu : « c_omment peut-on être français ?_ ». Elle repense au monde silencieux de sa mère en arrivant : « à la place des mots, tu souriais. Le sourire qui s’excuse, le sourire gêné de ceux qui ne parlent pas la langue du pays ». Maintenant il n’y a rien à la place des mots, l’écriture a pris le relais des sourires des parents qui s’excusaient

Maryam Madjidi, auteur, son premier roman Marx et la poupée est sorti aux Éditions Nouvel Attila. Lectures par la comédienne Lyna Khoudri.

Publicité

Son ami d'enfance Nabil Irzi, ils se connaissent depuis leurs 12 ans.

Quentin Schoëvaërt, libraire, Librairie l'Atout-livre 12è à Paris. Il a été le premier lecteur du roman.

LIVE : CLARA LUCIANI. Le premier EP s'appelle Monstre d'amour

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Aurélie Charon
Aurélie Charon
Aurélie Charon
Production
Inès de Bruyn
Collaboration
Delphine Lemer
Réalisation
Lionel Quantin
Réalisation
Lucie Spindler
Collaboration