Publicité
Résumé

Le nombre des prix internationaux qu'il a reçus tout au long de sa vie, a même dépassé le nombre de ses films ! Des récompenses qui montrent en fait, avant tout, qu'à travers ses films, Akira Kurosawa a su parler aux cinéphiles du monde entier.

avec :

Nicolas Saada (Réalisateur, scénariste, programmateur musical et directeur de la photo), Michael Lucken (historien et directeur du Centre d'Etudes Japonaises de l'Inalco), Clélia Zernik (philosophe, professeure d'esthétique à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris), Fabrice Arduini (programmateur de films à la maison de la culture du Japon.), Vittorio dalle Ore (assistant d'Akira Kurosawa, de 1980 à 1998.), Catherine Cadou (Interprète et traductice), Alain-Nicolas di Méo (professeur de kendo.).

En savoir plus

Lion d’or à la Mostra de Venise pour Rashomon (1950), Lion d’argent pour Les Sept Samouraïs (1954), Palme d’or à Cannes pour Kagemusha, l’ombre du guerrier (1980) : comment des films d’époque, de guerriers du XIIème siècle peuvent-ils raisonner à ce point dans les esprits cinéphile occidentaux, alors sur le seuil de la Nouvelle Vague ? C’est sans doute parce que le samouraï d'Akira Kurosawa porte en lui des valeurs universelles que cette période de l’après-guerre a renforcées : une certaine idée de l’émancipation, l’affirmation de sa liberté, de son libre arbitre.

Ainsi le maître du cinéma japonais a-t-il cherché durant toute sa carrière, de 1943 à 1998, la figure parfaite de l’homme qui se libère de son apprentissage, et qui finit lui-même par montrer une voie. Lui qui a passé sa vie à se chercher des maîtres, son père, militaire, qui croyait en la valeur éducative du cinéma, son frère, commentateur de films muets, qui se suicidera lors de l’avènement du cinéma parlant, le réalisateur Isoroku Yamamoto, de qui Akira Kurosawa fut l’assistant. Autant de modèles qui forgent l’univers d’Akira Kurosawa, ses personnages, son cinéma en quête de liberté.

Publicité
30 min

Un univers fait de peinture, d’art du sabre (kendo), deux enseignements et passions qu’il suit depuis l’enfance. Un univers qu’il bâtit autour d’une équipe, « le Kurosawa-gumi », solide et fermée, parmi lesquels il compte, son acteur fétiche d’une quinzaine de films, Toshiro Mifune, ses fidèles assistants Teruyo Nogami, Takashi Koizumi, sa traductrice Catherine Cadou, son chef opérateur Takao Saito etc. Un univers, enfin, nourri de sa passion sans limite pour le cinéma occidental et notamment les films de John Ford. Le cinéaste américain dont il a même copié le style vestimentaire, avec son bob et ses lunettes de soleil légendaires qu’il portera sur tous ses tournages.

Il réalise son dernier film, Madadayo, en 1993, à l'âge de 83 ans, cinq ans avant sa mort, et laisse à ses héritiers de cinéma deux scénarios qui ont donné lieu à deux films posthumes, Après la pluie (2001) réalisé par son assistant Takashi Koizumi et La Mer Regarde, réalisé par Kei Kumai en 2003. Comme si l'urgence de créer, d'apprendre et de montrer la voie, ne l'avait décidément jamais abandonné.

Liens :

Biographie sur le site du ciné-club de Caen.

Qui êtes-vous Akira Kurosawa ? Une conférence donnée par Charles Tesson à la Cinémathèque française en juin 2010.

Dossier Kurosawa fait par Ciné Ressources, catalogue collectif des bibliothèques et archives de cinéma.

  • Par Emilie Chaudet
  • Réalisation : Gislaine David
  • Attachée de production : Claire Poinsignon
  • Avec la collaboration d'Annelise Signoret
Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Claire Poinsignon
Collaboration