Publicité
En savoir plus

Par Laetitia Le Guay et Jean-Claude Loiseau

Arnold Schoenberg
Arnold Schoenberg
© Radio France - Editions Buchet Chastel

« Quand les gens parlent de moi, ils commencent par associer ma personne à des idées d’horreur, d’atonalité, de composition avec douze sons, écrit Arnold Schoenberg en 1948. Pourtant, je ne pense pas que l’atonalité et la dissonance soient les caractères les plus marquants de mon œuvre. »

Publicité

Visionnaire, maitre à penser de la fameuse école de Vienne, Schoenberg reste celui par qui, à l’orée du 20e siècle, la musique s’est affranchie des règles séculaires qui la gouvernaient. Son œuvre, héritière de Brahms et Wagner, désintégra le système ancien pour créer une voie nouvelle. Contemporain de Schiele, Kokochka, Kandinsky dont il fut proche, Schoenberg pratiqua aussi l’autoportrait dans une grande violence expressive (en particulier son Regard rouge ).

Sur fond de décomposition de la société autrichienne, une nouvelle façon de concevoir la musique advient avec Schoenberg, Cri, moi déchiré, bouleversement des repères, en sont quelques mots clefs. Voilà par exemple dans l’incroyable Deuxième quatuor avec voix, la tonalité suspendue. Et voici, plus tard, les douze notes de la gamme chromatique mises à égalité.

« Monde sonore étrange, s’enthousiasme le pianiste Florent Boffard qui vient d’enregistrer l’intégrale de l’œuvre pour piano seul où l’on entendra des brumes, des stridences… Cette musique qualifiée de froide, de vide d’émotion est d’une invention époustouflante, d’une richesse d’expression inouïe ».

**Avec la participation de : **

Florent Boffard , pianiste, qui vient d’enregistrer l’œuvre pour piano de Schoenberg 1 CD et 1 DVD Mirare,

Jean-François Boukobza et Lucie Kayas , musicologues

Alain Poirier , directeur de recherche au Conservatoire National Supérieur de musique et de danse de Lyon, auteur de L’expressionisme et la musique , Fayard, 1995 et co-auteur de Arnold Schoenberg , Fayard, 1993,

Georges Zeisel , directeur de Proquartet, centre européen de musique de chambre.

Et avec les voix d’Arnold Schonberg et de Max Deutsch (1892 - 1982), compositeur et ancien élève d’Arnold Schoenberg, enregistré à Vienne en 1980.