Assia Djebar ©Getty -  Ulf Andersen
Assia Djebar ©Getty - Ulf Andersen
Assia Djebar ©Getty - Ulf Andersen
Publicité
Résumé

Assia Djebar est née en Algérie et morte à Paris, et sa vie et son œuvre littéraire sont exactement là, comme pour tenter de faire se rejoindre ces deux rives, comme le reflet de son itinéraire : d'une enfance colonisée à l'Académie française, en passant par la guerre d'Algérie.

avec :

Beïda Chikhi (universitaire franco-algérienne, professeur de littérature française et francophone à l'université Paris IV-Sorbonne.), Pierre Nora (Historien, éditeur, membre de l'Académie française), Sakina Bouchama (soeur d'Assia Djebar.), Ahmed Bedjaoui (journaliste, écrivain et figure du cinéma algérien.), Nassima Bougherara (germaniste, amie d'Assia Djebar. Maître de conférence de Philosophie, civilisation et histoire de l’Allemagne, à l’Université de Grenoble 3.), Christiane Klapisch-Zuber (Historienne, directrice d'études honoraire à l'EHESS), Wassyla Tamzali (essayiste, ancienne avocate à Alger et ancienne directrice des droits des femmes à l'Unesco, membre fondateur du Collectif Maghreb Egalité et directrice du centre d’art contemporain « Les ateliers sauvages »).

En savoir plus

Par Perrine Kervran. Réalisation : Marie-Laure Ciboulet. Attachée de production : Claire Poinsignon. Avec la collaboration d'Annelise Signoret.

Elle est, par son père instituteur, une fillette algérienne élevée dans l'amour de la langue française, un pur produit de la méritocratie coloniale et républicaine. Mais elle est aussi par sa mère, une berbère riche de son héritage arabo andalou, qui vit au cœur des assemblées de femmes, au rythme des mariages des circoncisions ou des après-midis au hammam.

Publicité

Assia Djebar est de celles qui inaugurent. Première de sa famille à ne pas être voilée. Première fille de sa famille à aller à l’école. Première maghrébine normalienne. Première romancière algérienne. Première à enseigner l’histoire de l'Algérie moderne à Alger. Première réalisatrice maghrébine. Et finalement première femme musulmane à l'Académie.

Elle écrit ses quatre premiers romans avant d’avoir trente ans, elle les écrit en français, de la même façon qu’elle enseigne en français…Mais face à l’arabisation forcée de l’Algérie, elle va se diriger vers le cinéma pour s’exprimer dans l’arabe oral maternel. Après dix ans de silence littéraire, elle va retourner à l’écriture. Désormais dans tous ses romans et ses essais, inlassablement, elle va dire l'histoire algérienne, sa propre histoire intime ainsi que celle des femmes algériennes, tout en cherchant par la forme à redonner oralité, nuances et complexité.

Mais toujours, elle restera entre deux, presque écartelée, entre la France et l’Algérie, le français et l’arabe, la grande histoire collective et l’intime, la pudeur et l’exhibition, entre culpabilité et liberté.

Liens :

Le Cercle des Amis d'Assia Djebar

Portrait d’Assia Djebar publié sur le site de Limag, Littératures du Maghreb

Assia Djebar, académicienne : biographie sur le site de l’Académie française

Blog d’Assia Djebar (janvier 2008 - octobre2011)

La Zerda ou les chants de l’oubli, film écrit et réalisé par Assia Djebar en 1982

Extrait du film de Kamal Dehane, Assia Djebar, entre ombre et soleil

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Claire Poinsignon
Collaboration