France Culture
France Culture
Publicité

par Virginie Bloch-Lainé

réalisation : Clotilde Pivin

Publicité
Françoise Giroud
Françoise Giroud
© Radio France - Grasset

A 14 ans, dans les années 1930, Françoise Giroud a eu le sentiment de devoir sauver sa peau en apprenant un métier : elle est devenue sténodactylo. Issue d’une famille turque de la grande bourgeoisie juive, aisée, elle avait perdu son père et vivait avec sa sœur et sa mère, qui élevait ses deux filles seule, sans un sou, sous le regard miséricordieux du reste de la famille. L’humiliation sociale fut pour la future patronne de L’Express un moteur : rapidement elle devint script, puis scénariste, et de rencontre en rencontre, son don pour l’écriture et son sens génial du moment furent connus dans Paris.

Françoise Giroud, belle, séduisante, excellente patronne de presse à l’origine d’une génération de femmes journalistes politiques, fut aussi secrétaire d’Etat à la condition féminine sous Giscard. Meilleure que tous les autres pour mettre en œuvre des idées et homogénéiser les plumes d’un journal, elle a formé avec Jean-Jacques Servan-Schreiber un couple de légende auquel on doit, avec L’Express , un journal né pour soutenir un homme, Pierre Mendes France, et une idée, la fin de l’Algérie française. Dans les années 1960, L’Express est devenu le magazine des cadres, de la modernité, de la consommation et du bonheur de vivre. Cette aventure intellectuelle, on la doit à une femme qui a construit un système pour échapper à la pauvreté et à la domination - des hommes, des riches, des puissants. Dans ce système, deux idées fortes : Françoise Giroud mettait un point d’honneur à savoir tout faire, et à ne pas s’effondrer.

**Avec ** :

Michèle Cotta , journaliste et essayiste, ancienne journaliste à L’Express

Serge July , ancien directeur de Libération

Laure Adler , journaliste, écrivain, auteur d’une biographie de Françoise Giroud

Michèle Manceaux , écrivain et journaliste

Fabrice d’Almeida , historien

Yves Sabouret , ancien chef de cabinet de Françoise Giroud en 1974