Camille Claudel et Jessie Lipscomb dans leur atelier à Paris en 1887
Camille Claudel et Jessie Lipscomb dans leur atelier à Paris en 1887 - William Elborne
Camille Claudel et Jessie Lipscomb dans leur atelier à Paris en 1887 - William Elborne
Camille Claudel et Jessie Lipscomb dans leur atelier à Paris en 1887 - William Elborne
Publicité

Élève, puis amante d'Auguste Rodin, sa vie et son oeuvre prendront un tout autre sens à la suite de leur rupture. Artiste et génie sans conteste, Camille Claudel n'obtiendra qu'une reconnaissance posthume.

Avec
  • Gérard Antoine philologue.
  • Jean Grosjean poète, traducteur français (1912-2006)
  • Nicole Barbier historienne de l'art, conservatrice.
  • Reine-Marie Paris Historienne de l’art, codétentrice du droit moral sur les œuvres de Camille Claudel, dont elle est la petite-nièce (conservatrice du Musée Rodin en 1994).
  • Brigitte Fabre-Pellerin psychiatre.
  • Anne Chappuis comédienne.

L’enfance de Camille Claudel s’inscrit dans un réseau familial dont le frère Paul est la pointe ardente. Le père Louis Prosper Claudel est receveur de l’enregistrement des impôts et la mère Louise Athanaïse Cerveaux assure les tâches matérielles de la maison. "Tout le contraire d’une femme du monde", selon Paul Claudel.

En 1876 à Nogent-sur-Seine la jeune Camille se passionne pour le modelage et Alfred Boucher lui donne ses premières leçons de sculpture. A l’été 1886 elle rencontre Rodin dont elle sera modèle, puis praticienne. Leur aventure passionnée tourne au drame et conduit à la séparation.

Publicité

Elle s’installe sur l’Île Saint-Louis et de 1893 à 1908 vit des années de création solitaire ; mais dès 1901 Maurice Pottecher écrit : "Elle est fatiguée jusqu’au désespoir. Elle veut abandonner son art et elle a déjà brisé une partie de ses moules. Son caractère ombrageux et un peu bizarre explique sans doute en partie la solitude, l’abandon et la quasi détresse matérielle où elle est réduite après avoir connu toutes les promesses d’un beau succès".

Enfin durant 30 années, cette vie sous le signe de la sculpture, du japonisme et de l’onyx se termine à l’asile psychiatrique de Montdevergues dans le Vaucluse.

Liens :

Site réalisé par l’association Camille Claudel

Site du musée Camille Claudel de Nogent-sur-Seine

Site géré par Reine-Marie Paris

Camille Claudel sort de ses réserves : à propos de l’exposition qui lui fut consacrée au Musée Rodin pour le 70ème anniversaire de sa mort.

A propos Camille Claudel 1915, le film de Bruno Dumont et de la folie attestée ou contestée de Camille Claudel. A lire sur le site de 3b productions_._

Camille Claudel : le relief de la passion. Portrait de l’artiste en archives sur le site de l’Ina.

Emission proposée par Bénédicte Niogret qui retrace à travers une série d'interviews, d'archives et de lectures, la vie et l'oeuvre de Camille Claudel. Réalisation : Christine Bernard-Sugy. Textes lus par les comédiens André Marcon et Christelle Wurmser. Rediffusion de l'émission du 10.02.1994. Avec la collaboration de Claire Poinsignon, Nathalie Salles et Annelise Signoret.