Lou Reed, en concert, au Richard's Rock Club à Atlanta (États-Unis, Géorgie, 28.12.1973) ©Getty - Photo by Tom Hill / WireImage
Lou Reed, en concert, au Richard's Rock Club à Atlanta (États-Unis, Géorgie, 28.12.1973) ©Getty - Photo by Tom Hill / WireImage
Lou Reed, en concert, au Richard's Rock Club à Atlanta (États-Unis, Géorgie, 28.12.1973) ©Getty - Photo by Tom Hill / WireImage
Publicité
Résumé

L’œuvre de Lou Reed est un véritable théorème. Elle s'est achevée avec sa mort, le 27 octobre 2013, fidèle à ses préalables : le refus de toute compromission. La décision artistique est radicale. L'œuvre, littéraire et musicale, est un scalpel froid.

avec :

Bruno Blum (Auteur compositeur interprète), Warren Ellis (Musicien et compositeur australien, membre de Dirty Three, Nick Cave and the Bad Seeds et Grinderman), Mick Rock (Surnommé "l'homme qui a photographié les années 1970" ("The Man Who Shot the Seventies"), Mick Rock a signé certains des portraits les plus célèbres de chanteurs rock, comme David Bowie ou Lou Reed. Il est décédé le 18 novembre 2021 à 72 ans.), Michka Assayas (Ecrivain, journaliste, critique), Florence de Mèredieu (philosophe, spécialiste de l’art moderne & contemporain.).

En savoir plus
De gauche à droite : Andy Warhol (1928-1987) et Lou Reed (1942-2013) lors d'un concert au "Studio 54" à New York en 1977.
De gauche à droite : Andy Warhol (1928-1987) et Lou Reed (1942-2013) lors d'un concert au "Studio 54" à New York en 1977.
© Getty - Photo by Rose Hartman/Getty Images

Lou Reed, Prince des ténèbres et de l’angoisse selon Warhol, incarne les pires démons des puritaines USA : rocker, junkie, alcoolique, bisexuel, gauchiste. Ce gamin de Brooklyn, né en 1942, n’a jamais nourri d’autre ambition que de mettre en musique "le grand roman des États-Unis", de son envers trash narré par Kerouac ou Selby. Lou Reed, dès les débuts fracassants du Velvet Underground, a définitivement déniaisé le rock’n’roll, le propulsant violemment à l’âge adulte, sans romantisme.
Deux aspects font la matière de ce documentaire :
L’écriture et l’électricité, toutes deux plongeant leurs racines dans un chaos fondateur : l’enfer des électrochocs subis par Lou Reed adolescent.

Au commencement, il y a la haine, Aw now do it just like Sister Ray says !

Publicité

Lecture, Kate Moran (Heroin, Run Run Run, Kill Your Sons, Oh Jim) - Avec les voix de Raphaël Kraft (Warren Ellis) & Pierre Willer (Mick Rock) - Traductions, Cédric Loison & Valérie Etheredge

Archives Ina

Lou Reed, My Old Man, extrait d’une lecture donnée au Centquatre-Paris (2008)
Interview de Lou Reed pour la chaîne de télévision australienne GTK (08.1974)

Musique (extraits)

Lewis Reed : Merry Go Round , Rockin’on Broadway – The Time Brent Shad Story (enregistré en 1962)
The Primitives : The Ostrich, 45tours, (Pickwick City, 1964)
The Velvet Underground : Venus in fur, Run, Run, Run, Heroin, The Velvet Underground & Nico (Verve, 1967) - There she goes again (demo), Symphony of sound, The Velvet Underground & Nico, 45 th Anniversary (Polydor, 2012) - Sister Ray, White light/White heat (MGM, 1968)
Lou Reed solo : Metal Machine Music, Part1, Metal Machine Music (RCA, 1975) - Oh Jim, Berlin, Men of God Fortune, (RCA, 1973) - Kill Your Sons, Sally Can’t Dance, (RCA, 1974) - Walk on the Wild Side, Take No Prisoners, (RCA, 1979) - The Blue Mask, Waves of Fear, The Blue Mask (RCA, 1982) - New sensations, New sensations (RCA, 1984) - The sword of Damocles, Magic & Loss (Sire, 1992) - Cheat on me, Lulu (Warner Bros, 2011)
John Cale & le Theatre of Eternal Music : 19 X 63. Fifth day of the hammer, B Flat Dorian Blues (1962. John Cale à l’alto & LaMonte Young au saxophone)
Sonny Rollins & Don Cherry : Dance of the Reed pipes, Live at the Village Gate (Solar Records, 1962)
Warren Ellis : Untitled #1 (inédit)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Bibliographie

Traverser le feu, Lou Reed (Seuil, 2008) - Chansons, L’Intégrale vol. I & II, Lou Reed (Seuil, 2008) - Rimes. Rhymes, Lou Reed (Photosynthèses, 2012) - The Raven, Lorenzo Mattotti & Lou Reed (Seuil, 2009) - Electric dandy, Bruno Blum (Le Castor Astral, 2013) - Lou Reed. Une Vie, Mick Wall (Robert Laffont, 2014) - Lou Reed. Between the lines, Michael Wrenn (Plexus, 1993) - White Light / White Heat. Le Velvet Underground au jour le jour, Richir Unterberger (Le Mot et le Reste, 2012. Nouvelle édition 2015) - What’s Welsh for Zen, the Autobiography of John Cale, John Cale (Au Diable Vauvert, 2011) - Warhol Unlimited, catalogue de l’exposition (02.10.2016-07.02.2017), Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris - Warhol Underground, catalogue de l’exposition, Centre Pompidou-Metz (01.07-23.11.2015)

Remerciements

Hamid Si Amer & Isabelle Lainé (Philharmonie de Paris) ; Jim Reid (The Jesus & Mary Chain) ; Serge Teyssot-Gay ; Robert Wilson ; Christopher Woolf ; Owen Laub ; Marion Glémet ; la Discothèque de Radio France ; Karine Huyghe (Documentation d’Actualité de Radio France) ; Edgar Allan Poe ; François Grünspan ; Gérard Malanga ; Sandrine Denis ; Bertrand Burgalat ; Philippe Manœuvre ; Annie Maurette ; Noémie Gotti (Centre Pompidou-Metz) ; Frankie Teardrop ; Céline Rouilly ; Sébastien Smirou ; Manon Elia ; Marthe Laurent & Clotilde Fyot (archives Ina) ; Clotilde Pivin ; Matt Jones (Castle Face Records, San Francisco) ; Alan McGee & Anita Heryet (Creation Records, Londres) ; Clifford Allen (The Watermill Center, New York) ; Marie-Claire Chalvet (éditions du Seuil, Paris) ; Lorenzo Mattotti & la Galerie Martel (Paris) ; Sarah Bertin (éditions Photosynthèses, Arles) ; Sister Ray ; Michaëlle Roch & Rodolphe Burger ; Cécile Ruelle (éditions Robert Laffont, Paris) ; François Bétremieux (éditions Le Castor Astral, Paris) ; Paul Deroche (Musée d’Art Moderne, Paris) ; Pascale Iltis (éditions La Découverte).

Lou Reed lors de la promotion de son album "NYC Man" (Tower Records, Hollywood, Californie, 23.06.2003)
Lou Reed lors de la promotion de son album "NYC Man" (Tower Records, Hollywood, Californie, 23.06.2003)
© AFP - Kevin Winter / Getty Images North America / Getty Images via AFP

Générique

Un documentaire d'Alexandre Breton, réalisé par Céline Ters. Prise de son, Olivier Dupré, Bernard Laniel. Mixage, Eric Boisset. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque centrale de Radio France. Nouvelle page web, Sylvia Favre.

Pour aller plus loin

Rediffusion du 02.04.2016

Références

L'équipe

Alexandre Breton
Production déléguée
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Coordination
Céline Ters
Réalisation
Claire Poinsignon
Collaboration
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Coordination
Sylvia Favre
Collaboration