Ravi Shankar (1920-2012)

France Culture
France Culture
Publicité

par** Michel Pomarède**

Réalisation : Gilles Mardirossian

Publicité
Ravi Shankar en concert à l'Opéra de Vienne en 2005
Ravi Shankar en concert à l'Opéra de Vienne en 2005
© Reuters - Herwig Prammer

Né à Bénarès en 1920, mort à San Diego en 2012. Ces deux lieux résument presque à eux seuls « les vies » du joueur de sitar : un pied dans la tradition indienne, un pied en occident. Bénarès : ville sainte pour les hindous qui viennent finir leurs jours près du Gange, San Diego : le nirvana des geeks en informatique…

D’abord danseur dans la troupe de son frère Uday, Ravi Shankar découvre jusqu’à 18 ans, la vie de bohème en Europe et notamment à Paris. Puis en 1938, lui le fils de Brahmane tourne le dos à cette existence frivole pour se retirer dans le village de son gourou musulman Allauddin Khan et mener une vie d’ascèse entièrement consacrée à la musique. De son maître dont il épousera la fille convertie à l’hindouisme, il gardera l’enseignement rigoureux des ragas, ces morceaux de musique « colorés » par les émotions et les moments de la journée.

Concertiste en Inde, compositeur des musiques de film de Satyajit Ray , Ravi Shankar devient progressivement l’ambassadeur de son pays en Occident et quitte les salles au public respectueux pour des festivals en plein air comme à Monterey en 1967 ou Woodstock en 1969. Il faut dire qu’il a été initié par celui qu’il considère comme « son ami, son fils, son disciple », George Harrison. Un pied dans la World Music, un autre dans le jazz ou la musique minimaliste, Ravi Shankar côtoiera le saxophoniste John Coltrane, le flûtiste Jean-Pierre Rampal, le compositeur Philipp Glass et aussi bien sûr le violoniste Yehudi Menuhim . Ce dernier impressionné par sa virtuosité, le qualifiera de « Mozart du sitar ». Ils enregistreront ensemble la trilogie « East Meets East ».

Un pied en Inde , un pied aux Etats-Unis, Ravi Shankar a aujourd’hui deux héritières : Anoushka Shankar, joueuse de sitar et sa demi-sœur, la chanteuse Nora Jones.

Avec :

Jonathan Glusman , auteur de Ravi Shankar, le maitre du sitar aux Editions demi-lune

Alain Weber , conseiller musical à la salle Pleyel

** Philippe Bruguière** , conservateur du Musée de la Cité de la Musique

** Michel Guay** , musicien, joueur de sitar

** François Plassat** , auteur de The Beatles discomania , publié chez Hugo et compagnie

Bibliographie :

L’autobiographie de Ravi Shankar, Raga Malan ma vie en musique publiée chez Intervalles

Ravi Shankar, le maître du sitar, Jonathan Glusman, publié chez Demi-lune

http://www.ravishankar.org/ : Fondation Ravi Shankar

Sélection discographique pour s’initier !

West meets East

Ravi Shankar, A life in music

The Master Ravi Shankar

L'équipe