Polyphonies corses : un enjeu politique

Concert de polyphonies corses dans une église par le groupe Chjami Aghjalesi - 2009
Concert de polyphonies corses dans une église par le groupe Chjami Aghjalesi - 2009

Les polyphonies corses : un enjeu politique

Publicité

Polyphonies corses : un enjeu politique

Par

Au départ chants de bergers ou chants sacrés, voici comment les polyphonies corses ont été sauvées de l’oubli en devenant des hymnes politiques dans les années 1970.

Il suffit de les entendre résonner pour être transporté immédiatemment dans le maquis corse. Les polyphonies corses, ces chants ancestraux, ont pourtant bien failli disparaître après la Seconde Guerre mondiale. 

Sur la route
48 min

Des origines mystérieuses

Les origines des polyphonies corses sont un mystère et deux versions s’affrontent. Dans la première, ce sont des franciscains venus d’Italie qui ont propagé des chants polyphoniques religieux. Dans l’autre, les polyphonies existaient depuis des temps immémoriaux et les bergers utilisaient ce chant qui s’entend de loin pour s’occuper. 

Publicité

Ça oui, c’était les bergers parce que c’était une vie paysanne et donc ils se rencontraient, ils se retrouvaient. C’était une manière de se défouler car après une journée de travail, c’est vrai qu’il fallait se changer les idées, mais c’était le peuple, ce n’était pas seulement les bergers, il y avait aussi des artisans, des menuisiers qui se retrouvaient et qui chantaient pour se changer les idées après une dure journée de labeur. Petru Guelfucci, chanteur de polyphonies

Ces paghjelle chantées à trois voix sont en fait une forme commune aux chants profanes et sacrés. Outre les messages religieux, elles racontent lors de veillées la vie quotidienne des hommes et femmes de l’île de beauté :  poésies, berceuses, chants d’amour, de travail et d’exil.

Les bergers corses ont joué un rôle important dans la diffusion des chants polyphoniques
Les bergers corses ont joué un rôle important dans la diffusion des chants polyphoniques
© Getty

Mais dans les années 1950, après les lourdes pertes des guerres mondiales et coloniales la pratique se perd et survit seulement dans une poignée de villages.

De jeunes corses, dont Petru Guelfucci, tentent de recueillir et d'archiver le plus de polyphonies possible pour en sauvegarder une trace avant qu’elles ne disparaissent.

Le "Riacquistu", renouveau de la culture corse

Avec son groupe Cantu u populu_,_ Petro Guelfucci relance la pratique polyphonique et impulse un Riacquistu, la réappropriation de ces mélodies par des chanteurs corses dans les années 1970.

Le groupe culturel phare Cantu u populu corsu donc Le peuple corse chante, déjà rien que dans le titre on retrouve l’idée de communauté. C’était un jaillissement, le jaillissement de la culture d’un peuple qui jusqu’à cette époque là avait été niée. Oui, il y a une très forte connotation politique. Françoise Albertini, enseignante-chercheuse en science de l'information, spécialiste de la culture corse 

Autrefois chantées dans la sphère intime, les polyphonies montent sur scène et se rediffusent auprès des Corses. Alors que la langue corse était parlée par les plus anciens, les polyphonies ont uni les générations autour d’elles. Même si les chants polyphoniques existent en Sardaigne ou dans l’est de l’Europe, ils deviennent le symbole de la tradition corse retrouvée.

Meeting du parti nationaliste corse en 1999
Meeting du parti nationaliste corse en 1999
© AFP

Les chanter devient un acte militant, la revendication d’un peuple, d’une culture, d’un territoire. Chant d’existence preuve d’une forte identité corse les polyphonies alimentent les revendications autonomistes.

Aujourd’hui on a plus d’autonomie et à la source de cette revendication, les "paghjelle" jouent un rôle prépondérant et majeur, puisqu'elles ont à la fois diffusé ces idées-là, ils les ont portées, ils les ont défendues, les gens les ont reprises, elles ont infusé dans la société. Petru Guelfucci, chanteur de polyphonies

La reconnaissance internationale

Après avoir reconquis le cœur des Corses les polyphonies s’exportent. Les concerts gagnent le continent, puis l’international. En 1992, des polyphonies sont chantées lors de la cérémonie d’ouverture des JO d’Albertville . Et trois ans plus tard, le groupe Voce di Corsica remporte les victoires de la musique. 

En 2009, Cantu a paghjella,  le chant polyphonique, est classé au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Ces moments importants ont fait comprendre aux gens la différence corse, qu’il y avait une langue, une façon de penser et d’être différente. Et aujourd’hui on ne peut plus en douter ou le remettre en cause, grâce en particulier aux chants polyphoniques. Petru Guelfucci, chanteur de polyphonies