Erri De Luca
Erri De Luca

Erri De Luca, intellectuel européen - #CulturePrime

Publicité

Portrait d'Erri De Luca en artiste européen

Par

Écrivain polyglotte, ouvrier alpiniste, militant écologiste, il est l'un des plus importants intellectuels européens. Voici sa vie polymorphe et magnifique, alors que sort son dernier essai, un recueil de texte sur l'Europe, ses espoirs, ses regrets, ses reproches.

"La Méditerranée est le fondement liquide de l’Europe. C’est la mer de la civilisation pour moi, et l’Europe se fonde sur cette mer de la civilisation". Écrivain polyglotte, militant écologiste, ouvrier alpiniste, Erri De Luca est l’un des auteurs italiens les plus lus au monde. Voici son parcours, au prisme de ses influences européennes. 

En savoir plus : Sacré Erri De Luca
La Grande table (1ère partie)
27 min

Enrico De Luca naît à Naples en 1950 dans une famille bourgeoise ruinée par la guerre. La famille déclassée s’installe dans un quartier populaire. L’italien est sa seconde langue, celle de sa “patrie”, de son père, alors que le napolitain est sa langue maternelle, littéralement, celle de sa mère.

Publicité

Son lit d'enfant est installé dans la bibliothèque de son père. 

D’abord, je suis un lecteur, et donc j’ai bien profité des écrivains d’Europe à l’époque où il y avait beaucoup de frontières. Avec la lecture, il n’y a pas de frontière. J’ai appris que les livres sont des privilégiés qui passent comme les oiseaux en haut des barrages.

À 16 ans, indigné de la mainmise des Marines américains sur l'Italie, il se déclare communiste. Il part à Rome s'engager dans l'action révolutionnaire. Il y dirige le service d’ordre du mouvement d'extrême gauche Lotta Continua jusqu’à sa dissolution en 1977. Refusant la clandestinité, il commence une vie d’ouvrier qui durera 20 ans.  

Il entre chez Fiat où il participe aux luttes ouvrières jusqu'aux licenciements massifs de 1980.  

Poursuivant sa vie itinérante et solitaire d’ouvrier sans qualification, il se lève à 5 heures du matin et peut ainsi écrire le soir. 

Il fuit les lois spéciales et se réfugie en banlieue parisienne où il travaille sur des chantiers. 

À 33 ans, alors qu’il se prépare à partir en Tanzanie pour une ONG, il découvre une Bible. Il se passionne pour l’Ancien Testament et apprend l’hébreu. Il devient parallèlement un alpiniste doué dans les Alpes ou l’Himalaya. 

À 39 ans, il publie son premier livre, autobiographique, pour le faire lire à son père mourant. 

Et je suis devenu écrivain. Mes pages sont directement passées à travers les Alpes dans les maisons d’édition françaises. j’ai voulu apprendre des langues européennes, parce que j’étais admiratif de certains écrivains et poètes. Je voulais aller chercher dans leur langue. Je me débrouille en anglais, en français, en espagnol, en russe, et j’ai voulu apprendre le yiddish, une langue européenne annulée, mutilée. Quand je cherche un mot en italien à partir d’une langue étrangère, voilà que j’apprends mieux mon langage. Par exemple, un mot yiddish, “luftmensch”, “un homme aérien”, “un être humain aérien”, qui me regarde, parce que je suis un “luftmensch” napolitain.

Pendant la guerre en Yougoslavie, il conduit des convois humanitaires destinés aux Bosniaques. Il s’engage dans le mouvement altermondialiste. En 2013, il obtient le prix européen de littérature et le prix Ulysse pour son œuvre : romans, poésie, chroniques, commentaires de la Bible... À 65 ans, il déclare que le chantier du TGV Lyon-Turin “doit être saboté”. 

Condamné à 8 mois de prison ferme pour incitation au sabotage, il est finalement relaxé. Il intervient depuis plusieurs années dans les médias italiens comme La Repubblica, ou le Corriere della Sera, où il défend notamment ceux qui aident les migrants dans les Alpes. 

À 67 ans, il embarque en Méditerranée avec les sauveteurs de MSF.

C’est urgent une plus étroite union européenne. L’Europe telle quelle n’arrive pas à tenir ses poussées désagrégatrices. Il faut relancer par contre. Passer à l’attaque. Il ne faut pas crier au danger. faut parler d’espoir et de courage.

Le Journal des idées
4 min