Publicité

Pourquoi l'OTAN continue à s'élargir vers l'est

Par
Soldats de l'armée du Monténégro, 2010
Soldats de l'armée du Monténégro, 2010
© AFP - Savo Prelevic

carte. Avec l'intégration du Monténégro, officialisée aujourd'hui à Bruxelles, l'OTAN continue de s'étendre, après trois premiers élargissements tournés vers l'Europe de l'Est. Un retour aux sources de la raison d'être de l'Alliance transatlantique vis-à-vis de la Russie ? Explication historique en cartes.

Ce mois de juin, le nombre de pays membres de l'OTAN passe de 28 à 29 membres : le Monténégro, petit pays des Balkans d'un peu plus de 650 000 habitants, intègre l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord. Créée au début de la Guerre froide comme instrument politique et militaire, l'OTAN cherche à l'origine à empêcher l'invasion des pays d'Europe par l'URSS. Aujourd'hui, après différentes phases d'évolution (interventions en Afghanistan, en Libye, au Kosovo...), l'OTAN se trouve à un tournant de son histoire. A présent semble se profiler un "retour aux sources", selon l'expression du professeur de relations internationales Frédéric Charillon dans l'émission Les Enjeux internationaux, soit une tension retrouvée vis-à-vis de la Russie. Voici en cartes l'état actuel de l'Alliance atlantique et les six vagues d'expansion en Europe depuis sa fondation. Cherchant une nouvelle légitimité après l'effondrement du bloc soviétique, depuis la chute du Mur de Berlin, le mouvement d'intégration s'est exclusivement dirigé vers l'est de l'Europe : anciens pays membres du Pacte de Varsovie, de la Yougoslavie, voire de l'URSS avec les pays baltes. Si bien que le président russe Vladimir Poutine prononçait ces mots lors de la Conférence sur la politique de sécurité de Munich le 10 février 2007 :

L'élargissement de l'OTAN est "un facteur représentant une provocation sérieuse."

Publicité
Les 29 pays membres de l'OTAN
Les 29 pays membres de l'OTAN
© Radio France - Camille Renard

A ECOUTER " Lutte contre le terrorisme : l’OTAN “obsolète” ?", L'Invité des Matins (24 mai 2017)

Une expansion vers l'est

Le quatrième élargissement actuel fait suite à trois premières vagues dirigées vers l'Europe de l'Est :

- 1999 : la Pologne, la République tchèque et la Hongrie, trois pays de l’ex-Pacte de Varsovie, intègrent l'OTAN.

- 2004 : l'OTAN s'élargit à l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, auparavant intégrés à l’URSS, à la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, auparavant appartenant au Pacte de Varsovie, et à la Slovénie, auparavant partie de la Yougoslavie. Il s'agit de la plus importante vague d'intégration de l'histoire de l'OTAN.

- 2009 : l'Albanie, qui a été membre du Pacte de Varsovie et la Croatie, auparavant intégrée à la Yougoslavie, rejoignent l'OTAN.

- En 2017, l'intégration du Monténégro, pays de l'ex-Yougoslavie indépendant depuis 2006, majoritairement slave et orthodoxe, permet à l'Alliance atlantique de couvrir la quasi totalité de la côte adriatique, à l’exception du corridor de Bosnie-Herzégovine, et partant, tout le littoral nord de la Méditerranée, de Gibraltar à la Syrie. C'est sa position géostratégique qui importe : le pays est frontalier avec l’Albanie et la Croatie, membres de l’OTAN, le Kosovo, la Serbie et la Bosnie-Herzégovine (partenaires de l’OTAN). Les deux ports du pays sont utilisables dans la Méditerranée. C'est le principal avantage de l'intégration de ce petit pays de 650 000 habitants, sa valeur militaire étant quasi nulle pour l'Alliance : une armée de 2 000 hommes et un budget militaire minime. De nombreuses manifestations des opposants hostiles à l'intégration dans l'OTAN ont récemment eu lieu, soulevant des enjeux politiques et économiques vis-à-vis de la Russie : la côte monténégrine est habituellement noircie de touristes russes l'été venant, comme le précise le correspondant de France Culture dans les Balkans, Laurent Rouy, dans le Journal.

L'élargissement de l'OTAN en Europe
L'élargissement de l'OTAN en Europe
© Radio France - Camille Renard

"Nous considérons que l'intégration du Monténégro à l'OTAN est profondément erronée, qu'elle va à l'encontre des intérêts primordiaux de ce pays, qu'elle porte atteinte à la stabilité des Balkans et de l'Europe en général", déclarait en avril le ministère des Affaires étrangères russe. Chaque nouvelle vague d'expansion est perçue par la Russie en termes d'agression et d'opérations de refoulement. Les importations de vin en provenance du Monténégro ont ainsi été bloquées suite à l'annonce de son adhésion prochaine. Après l'intégration des pays baltes en 2004, l'installation d'une base de l'OTAN en Lituanie avait été ressentie par la Russie comme une menace contre la sécurité intérieure, plaçant Moscou à portée directe des avions de combat des Occidentaux.

Au-delà de la perception russe, on peut s'interroger sur la viabilité interne du projet de l'OTAN ainsi élargie. Outre le questionnement sur l'équilibre de son financement porté par le président américain Donald Trump, les risques d'une perte d'identité et d'une perte de contrôle sont réels. Comme le souligne Frédéric Charillon, l'OTAN fait face à deux risques en s'élargissant : l'intégration de pays instables (Albanie), et celle de pays potentiellement menacés (pays baltes). "Qui en Europe ou aux Etats-Unis a envie de mourir pour défendre un État balte ?", souligne le professeur de science politique. L'OTAN ne serait ainsi plus en mesure, ni politiquement ni militairement, de défendre tous ses membres. La rhétorique de Guerre froide dans un contexte différent, discours selon lequel plus une alliance serait large, plus elle serait puissante, n'est plus aussi pertinente. Au contraire. L'Union européenne, dont les liens avec les élargissements successifs de l'OTAN sont flagrants, fait face aux mêmes apories. Henry Kissinger, conseiller à la sécurité américaine, le disait il y a plusieurs décennies, craignant déjà une ouverture à tout va de l'OTAN : "A force d'être allié avec tout le monde, on n'est allié avec personne."

A ECOUTER " Alliance atlantique. Quelle reconfiguration, à l’heure du sommet ?", Les Enjeux internationaux (25 mai 2017)