Publicité

Pourquoi lire Lou Andreas-Salomé ?

Par
Lou Andreas-Salomé (1861-1937)• Crédits :
Lou Andreas-Salomé (1861-1937)• Crédits :
© Getty - Heritage Images / Contributeur

Vidéo . Pour la leçon qu'elle donne aux hommes et pour son indéfectible acquiescement à la vie, voici deux bonnes raisons de (re)lire Lou Andreas-Salomé, par le philosophe Dorian Astor.

Entretien avec le philosophe Dorian Astor en lien avec la série en cinq épisodes Avoir raison avec... Lou Andreas-Salomé.

Il faut relire Lou Andreas-Salomé parce qu’elle donne une bonne leçon aux hommes. C’est une première chose, et je crois que les hommes, moi le premier, je parle pour nous les hommes, nous avons bien besoin qu’on nous dise ce que nous faisons avec les femmes et aux femmes depuis des siècles et des millénaires, ça me paraît d’une brûlante actualité et nous sommes loin d’être très évolués en ce sens, donc ça c’est une leçon, une très bonne leçon. Par ailleurs, il faut lire Lou Andreas-Salomé pour être capable de se lever le matin d’ouvrir sa fenêtre de voir le paysage et de dire “oui, c’est cela que je veux”.

Publicité

1) Pour la leçon qu'elle donne aux hommes

Lou Andreas-Salomé on l’a beaucoup vue comme l’égérie ou la muse de grands hommes puisqu’elle a été l’amie et la disciple du philosophe Nietzsche, elle a été la maîtresse du poète allemand Rilke, elle a été l’élève de Freud, l’inventeur de la psychanalyse. Mais c’est une femme qui est intéressante par elle-même, elle a écrit beaucoup de romans, de nouvelles, de poésies, d’articles sur le théâtre, sur la littérature et évidemment des articles de psychanalyse aussi. Elle a une pensée extrêmement singulière, à vrai-dire comme femme. Beaucoup d’hommes qui l’ont rencontrée sont tombés amoureux d’elle, Nietzsche par exemple l’a demandée en mariage très vite et chaque fois elle tombait un peu des nues en disant : “Mais est-ce qu’on ne peut pas être juste amis ? Est-ce qu’on peut pas avoir une relation intellectuelle ? Pourquoi faut-il tout de suite me parler de mariage ou de sexualité ?” C’est une femme qui étrangement a attendu très longtemps avant d’avoir des rapports sexuels, elle estimait que le désir et l’érotisme passaient par l’esprit. Elle était assez connue en Europe et tous ces hommes disaient : “Oh là là, mais elle pense comme un homme, elle est rationnelle, elle est froide, d’ailleurs elle n’a pas une grosse poitrine, c’est peut-être un homme”. Toutes les rumeurs ont circulé sur elle, ça me semble très important pour notre temps, elle leur a renvoyé l’image de ce qu’était l’homme ou le machisme au XIXe siècle. Les femmes sont faites pour la tendresse, la douceur, la sensibilité plutôt que l’intellectualité et surtout les femmes sont faites pour le mariage. 

2) Pour sa leçon d'acquiescement à la vie 

C’est une femme très positive, elle dit : “Oui, il y a des pulsions, des destructions mais ça, ce sont des phénomènes secondaires, la pulsion fondamentale c’est l’amour de la vie.” Et ça c’est très beau chez Lou Andreas-Salomé parce qu’elle a vécu vieille, elle meurt en 1937 donc dans l’Allemagne nazie et elle a vécu des choses difficiles comme tout le monde mais elle n’a jamais renoncé à ce grand acquiescement à la vie qu’elle a sans doute appris chez Nietzsche qui est le philosophe de l’affirmation et aussi de “l’amor fati” en latin, l’amour du destin. Elle n’a jamais renoncé à cette sagesse qui dit au fond de tout cela, au fond de toutes les pulsions, de toute la violence des désirs, au fond il y a quelque chose qui parle qui est la vie. Elle a toujours cherché une espèce de grande réconciliation avec le vivant, avec la nature, avec j’ose le dire, le cosmos, et elle parlait souvent du tout, de la totalité. Il y a une petite nouvelle qu’elle a écrit qui s’appelle Retour au tout où au fond l’individu de sa naissance et tout au long de sa vie doit chercher à se retrouver chez soi dans le monde. Elle a préservé cette qualité de regard assez contemplatif qui fait que, au fond, on se lève le matin et on voit un paysage, notre rapport au paysage ce rapport contemplatif nous connecte directement au monde dans son entier, ça sonne un peu mystique mais c’est une manière de travailler contre les forces de désagrégation.

29 min
29 min
En savoir plus : Érotisme et féminisme
29 min
En savoir plus : Profession psychanalyste
29 min
En savoir plus : Le roman d’une vie
29 min