Pourquoi on porte du noir aux enterrements - #CulturePrime

Publicité

Pourquoi on porte du noir aux enterrements

Par

En Occident, nous avons pour coutume de nous habiller de noir lors des enterrements, mais cela n'a pas toujours été le cas. D'autres cultures arborent au contraire des couleurs vives au moment du deuil. Retour sur l'origine du noir dans le deuil.

En Inde et au Japon on pleure ses morts en blanc, en Chine en rouge, en Iran en bleu… et en Occident c’est le noir qui est choisi pour porter le deuil. Une coutume qui n’existe que depuis le XVIe siècle.

En savoir plus : La question du deuil

Anne de Bretagne

1495. La reine Anne de Bretagne perd son premier enfant. À l’époque les reines portent le deuil en blanc. La couleur de la résurrection. Les hommes, eux, sont en violet.    

Publicité

Mais Anne décide que pour cet enterrement, tout le monde sera en noir. Elle aurait réclamé cette couleur en souvenir dans son enfance en Bretagne. Là-bas, les paysans s’habillaient avec des couleurs austères, souvent sombres. 

Anne de Bretagne
Anne de Bretagne
© Getty

Le reste de la royauté française suit cette nouveauté et dorénavant les enterrements royaux se passent tous en noir. Marie Stuart sera d’ailleurs considérée comme la dernière “Reine blanche” et Anne de Bretagne la première “Reine noire”. 

Mais la souveraine n’a pas inventé cette coutume du noir. Depuis l’Antiquité plusieurs peuples et cultures utilisent le noir lors de rites funéraires ou de période de deuil. Comme l'explique Michel Pastoureau dans une émission de France Culture en 2008 : “Déjà, le fait de porter le deuil n’existe pas de toute éternité. On trouve quelques traces dans la Rome Antique de magistrats qui portent le deuil de leurs prédécesseurs, quand ils entrent en fonction, et qui se vêtent de sombre. Puis, cet usage réapparaît un peu après l’an 1000 en Espagne, en Italie, dans l’aristocratie, [il faut] porter des vêtements particuliers pour montrer qu’on est en deuil, des vêtements sombres mais le noir n’est qu’une couleur parmi d’autres.”  

Le noir et son image négative

En Occident le noir est choisi car il est assimilé à la terre. Les défunts s’en vont rejoindre les ténèbres, les souterrains, la terre, leurs origines. On a retrouvé des traces du deuil en noir remontant au Néolithique. Mais il était alors associé à la fécondité, au passage vers l’au-delà, comme une promesse de renaissance.   

Une vision joyeuse de la couleur du deuil qui se perd en chemin, en partie à cause de la vision de la couleur noire dans la Bible. Elle est associée au diable, au péché et à la mort. Une couleur sans cesse opposée à la lumière, qui est dans la Bible l’espoir, le moyen d’être sauvé, d’être heureux. Sans lumière, le noir est ainsi privé de la joie. 

Si le noir n’est popularisé qu’à partir du XVe siècle, c’est aussi une question technique de teinture, qui rend le noir plus intense. 

En savoir plus : Le noir

La teinture noire était très difficile à faire, peu de teinturiers s’y risquaient, car pendant longtemps le noyer, base de la teinture, est peu cultivé. Il a, en effet, la réputation d’être maudit, nocif pour les plantations alentours. Pour avoir un noir intense il fallait aussi ajouter de la noix de galle, excroissance du chêne, un produit luxueux qui venait d’Afrique, et donc difficile à se procurer. La demande augmentant, les teinturiers vont peu à peu progresser et payer au prix fort les bons ingrédients. 

Le deuil dans le monde

Avant que l’ensemble de la population ne soit concerné par cette pratique dans toute l’Europe il faut attendre vraiment la fin du XVIIIe siècle.Et c’est tellement prégnant qu’aujourd’hui en effet on associe encore le noir à la couleur du deuil", explique Michel Pastoureau sur le plateau de France 2 en 2008. 

Jusqu’au XIXe siècle, la culture du deuil impose de s’habiller en noir parfois durant deux ans. Les veufs sont confinés pendant toute la durée du deuil, sans lien social. Mais le noir n’a pas le monopole du deuil. D’autres pays lui préfèrent des couleurs porteuses de joie. 

Au Japon, la couleur noire est associée à la mort, mais le deuil se porte plutôt en blanc, afin que le défunt se tourne vers la lumière, vers l’au-delà. De même dans les sociétés hindoues et bouddhiques, la couleur blanche prédomine, car elle représente la pureté de l’âme et le repos éternel. Pour les Iraniens le deuil est synonyme de paix éternelle et est incarné par le bleu. 

En Occident aussi de plus en plus de gens préfèrent célébrer la mort de leurs proches différemment.