Publicité

Presse écrite : priorité au mobile

Par

Libération a franchi le Rubicon numérique avec une nouvelle formule "mobile first". Début mai, Le Monde parlait déjà de «moment historique» à propos de son application du matin. En quête de lecteurs,la presse écrite s’adapte à nos usages, au prix de délicats arbitrages éditoriaux entre ses supports.

"Le chômage superstar", clame ce lundi la Une papier de Libération, avec une photo de Vincent Lindon. L’acteur a été primé il y a un peu plus d'une semaine, et pour le chômage, la nouveauté ne viendra peut-être que dans la soirée des chiffres du mois d’avril. Certains se demandent donc où est passée l’actualité ?

Le directeur de la rédaction qui se remet à peine d’un plan social, Laurent Joffrin, explique que le quotidien qui publiait une version numérique devient un site qui publie un quotidien. Et pour le directeur des éditions, Johan Hufnagel, expert du web et ancien de Slate, "la lecture au pouce" s'impose dans notre quotidien dès le matin, où le mobile est souvent aussi notre réveil . Plus de la moitié des Français sont d'ailleurs aujourd'hui équipés d'un téléphone intelligent, 38% d'une tablette. Johan Hufnagel, qui reconnaît au passage que "Libération a pris un peu de retard sur les usages internet" :

Publicité

La révolution avait en fait commencé de longue date avec la pression croissante du web, puis des réseaux sociaux. Mais aujourd’hui, la moitié du trafic web de Libération vient du mobile ! Le cycle de lecture de l'information en est bouleversé, avec toujours plus de "mobinautes". Libération estime que vous connaissez l’actualité quand vous arrivez au kiosque, via les alertes pour téléphones, les sites d'actualité, les réseaux sociaux, et évidemment radios et chaînes d'info en continu .

Sans oublier que Facebook vient de lancer un service d'articles instantanés avec plusieurs grands médias internationaux (pas encore de français). Précisions d'Eric Chaverou , dans le journal d'Amélie Perrier :

undefined

0 min

Le papier doit donc apporter autre chose : de l’analyse, du sociétal ou des sujets au long cours, au risque de paraître décalé, trop froid, ou magazine.

La notion de quotidiens n'est plus vraiment valable
Le 11 mai, "Le Monde" avait déjà changé de paradigme : le quotidien du soir passait à "une matinale", via une application. « C'est un moment historique pour nous puisque c'est notre première parution le matin en 70 ans d'existence », déclarait Gilles van Kote, son directeur d_'_ alors. Ajoutant pour l'AFP que « Notre objectif est à la fois de fidéliser les abonnés actuels et de toucher un autre public, actif, plus jeune que notre public moyen ».

"Nous assistons à un changement de système ", estime le sociologue des médias Jean-Marie Charon, interrogé par Chloé Cambreling :

undefined

0 min

Aujourd'hui, plus de la moitié des Français (65%) lisent au moins un organe de presse en format digital , selon la structure interprofessionnelle Audipresse. Soit une augmentation de 7 points en quatre ans pour cette mesure des sites, sites mobiles et applications. Les tablettes seront comptabilisées à partir de cet été.

La bascule est particulièrement significative chez les jeunes , et ils sont même désormais davantage à lire sur mobile que sur internet fixe . Notamment depuis les événements de janvier dernier, explique Gilbert Saint Joanis, directeur des études :

undefined

0 min

Diversification indispensable mais recettes papier toujours précieuses

C’est finalement tout le défi de la complémentarité des supports dans cette période de transition numérique qui dure.

Car aujourd’hui la presse écrite se doit d’être multi supports.

Elle y joue son avenir, avec déjà un boom de la vidéo, comme Le Figaro via ses propres studios. Le titre de Serge Dassault qui s'intéresse à LCI, après une offre du Monde.

Et Libé envisage sa "télé d'analyse" à la fin de l’année pour compléter sa nouvelle formule.

"Une marque médias" se décline donc, mais trouver un modèle économique avec le numérique est toujours aussi compliqué. Car pour la presse écrite, le papier reste encore la meilleure source de recettes , grâce aux recettes générées par la publicité et les lecteurs. Même si le digital tend à rapporter plus.

Photo de home : Denys Prykhodov / Fotolia Le Parisien, vaut mieux l'avoir en mobile ! France Inter

"L'Instant M", émission de Sonia Devillers, du 25 mars dernier. Avec Jean Hornain, DG du Parisien, Aujourd'hui en France, et la chronique du journaliste Jean Stern.

Le futur du Web est au push. Slate

Repéré par Cécile Chalancon. Publié le 14 mars.