Publicité

Prix littéraires 2016 : Leïla Slimani, Yasmina Reza, Ivan Jablonka, Serge Joncour, Aude Lancelin, Gaël Faye...

Livres
Livres
© Maxppp - JARRY

Du Prix Femina au prix Interallié : comme à chaque automne, retrouvez les prix littéraires sur le site de France Culture. Panorama des lauréats 2016.

Du 31 octobre au 2 novembre, écoutez LSD, La série documentaire : Les Prix Littéraires

Prix Goncourt des lycéens

Ce 17 novembre, le jury du Goncourt des lycéens a récompensé Gaël Faye pour son très remarqué premier roman Petit pays paru chez Grasset, récit de son enfance au Burundi au moment où débute le génocide. Un reportage diffusé dans la matinale racontait ce jeudi les dessous de ce Prix. Et vous pouvez réécouter Gaël Faye dans plusieurs émissions de France Culture en cette rentrée : le rappeur a été reçu dans Ping Pong au mois de septembre, puis dans Le Temps des écrivains, et son livre a été discuté dans La Dispute.

Publicité

"J'écris pour rassembler une identité éparpillée. L'écriture m'a permis de redérouler mon histoire, cette histoire." Gaël Faye dans Ping Pong, le 6 septembre dernier

Ecoutez aussi Gaël Faye réagir ce jour à l'attribution du prix au micro de Cécile de Kervasdoué. Il se dit heureux d'avoir ému de jeunes lecteurs, d'avoir sans doute réussi à toucher par-delà les époques et les cultures :

Pour Gaël Faye, la littérature comme "arme miraculeuse"

2 min

Prix Interallié

L'écrivain Serge Joncour, habitué de France Culture et de son émission Des papous dans la tête, a obtenu ce 8 novembre le Prix Interallié pour son roman Repose-toi sur moi paru aux éditions Flammarion. Ce livre conte l'histoire de Ludovic, un ancien agriculteur reconverti dans le recouvrement de dettes qui, dans son immeuble bobo peuplé de corbeaux envahissants, va peu à peu se rapprocher d'Aurore, jeune femme a priori d'un autre monde.

Vous pouvez entendre Serge Joncour dans la dernière émission des Papous incarner le PDG de Top Choco à travers une palpitante course aux Primaires jouée avec Lucas Fournier.

Prix Goncourt

Le Prix Goncourt 2016 a été attribué à Leïla Slimani pour son roman Chanson douce (Gallimard), fable tragique s’ouvrant sur le meurtre des deux enfants de la narratrice par leur nourrice. Suit un récit à rebours, dans lequel l’auteure conte l’arrivée de cette nounou au sein du cercle familial dans un style dépouillé.

Qui est Leïla Slimani ?

2 min

Dans "les Matins des écrivains", le 2 septembre dernier, Leïla Slimani signait une chronique sur le rapport des hommes politiques à l'Histoire. Et il y a quelques jours seulement, elle était reçue dans Ping Pong pour parler du roman qui vient d'être récompensé. Elle y décrivait sa volonté de dénuder autant que possible son écriture, d'aller au plus limpide :

“C’est très difficile pour moi de définir mon style. [...] C’est d’une certaine façon indéfinissable, indicible, on ne peut pas dire quel est notre style, on peut simplement dire ce vers quoi on va, et ce qu’on recherche dans notre travail d’écriture. Moi je sais que je recherche la clarté, la plus grande limpidité possible. J’aime ça dans l’écriture, j’aime les choses nettes, claires. Ça n’est pas pour rien que mon auteur préféré c’est Tchekhov, que j’aime beaucoup Camus. J’aime la simplicité dans l’écriture, le détail qui dit beaucoup de choses. Je retranche énormément, j’enlève beaucoup, je secoue pour que les adjectifs et les adverbes tombent. On m’a fait une remarque que j’ai trouvée assez intelligente sur la scène de la carcasse en me demandant si ça n’était pas une métaphore de mon écriture, et c’est un peu vrai : j’essaye d’arriver au squelette et d’enlever toute la chair qui n’est pas nécessaire."

Prix Renaudot

L'écrivaine Yasmina Reza a obtenu le Prix Renaudot 2016 pour son roman Babylone, paru chez Flammarion. Elle a été reçue au mois de septembre dans Les Matins pour parler de son écriture, entre critique de l'existence et récit :

"[La photo] est une intensité de vie maximale, même si c'est une personne qui dort, ou qui rit... et c'est un moment qui a disparu à jamais. Et ça c'est pour moi un départ de fiction qui est considérable. J'ai toujours considéré les photos comme des potentialités de fiction puisqu'il y a un hors-champ qui est vraiment très porteur."

Voici la première réaction de Yasmina Reza dans La Grande table quelques minutes après l'annonce :

Réaction de Yasmina Reza à son prix Renaudot

28 sec

En compagnie de l'écrivain Philippe Sollers, La Grande table réagissait à l'annonce des Prix Goncourt et Renaudot :

Annonce et réactions aux Prix Goncourt et Renaudot 2016

6 min

Durée : 6 min

Le Prix Renaudot de l'essai a pour sa part été attribué à la journaliste Aude Lancelin pour son ouvrage Le Monde libre paru cette année aux Liens qui libèrent, sous-titré "Une plongée sans précédent dans la servitude des médias". Le 13 octobre dernier dans le Journal de 12h30, elle abordait entre autres sujets le rapport de François Hollande aux médias ou l'avenir de la presse. Et quelques jours plus tard dans le Club du Grain à moudre, elle débattait sur l'indépendance et le pluralisme des médias.

Prix Médicis

Le Prix Médicis a été attribué le 2 novembre 2016 à Ivan Jablonka pour Laëtitia ou la fin des hommes, un récit-enquête sur l'affaire Laëtitia Perrais (enlevée et poignardée à 18 ans) publié aux éditions du Seuil. L'historien était passé le 6 octobre dans Les Discussions du soir et le 29 août 2016 dans La Grande Table pour parler du fait divers comme un "révélateur d'époque".

"J'ai rencontré quelqu'un qui était disparu. J'ai rencontré une absente. Alors c'est un peu bizarre... Mais Laëtitia Perrais est présente à nous parce qu'elle est absente, parce qu'elle est morte. Et tout mon livre a été de lui redonner cette force de vie qui était la sienne." Ivan Jablonka

Le Prix Médicis de l'essai a par ailleurs été attribué à Jacques Henric pour son essai Boxe (Seuil), qui relate l'histoire de ce sport et son attirance pour lui depuis l'enfance. Et le Prix Médicis étranger est allé à l'écrivain suédois Steve Sem-Sandberg pour son roman Les Elus publié chez Robert Laffont.

Prix Femina

Le Prix Femina a été attribué à Marcus Malte pour son roman Le Garçon publié aux éditions Zulma. Le 25 octobre au matin, jour de la remise du prix, François Angelier consacrait sa chronique dans Les Emois à ce roman. Prémonitoire ? Marcus Malte est "une des plus fines plumes du roman noir français, des plus acérées du roman noir français", nous dit-il. Avec Le Garçon, il retrace l'histoire du début du XXème siècle à la lumière de ce personnage taiseux, presque sauvage, né en Carmargue "dans un endroit hors du temps (...), presque homérique, quasi mythique" . Dans une langue qui ne craint pas le lyrisme, à l'échelle de 500 pages, le narrateur suit la vie de ce jeune garçon, ses rencontres, son inscription dans la société et dans l'Histoire.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Retrouvez des textes de Marcus Malte dans les Fictions de France Culture : Aimiez-vous Georges Brahms ? ; Les cow-boys

Le Prix Femina Etranger a été attribué à Rabih Alameddine pour son roman Les Vies de papier. Ghislaine Dunant a quant à elle reçu le Prix Femina Essai pour son ouvrage Charlotte Delbo, La vie retrouvée. En 2014, Alain Veinstein recevait l'auteure dans Du jour au lendemain pour parler de la revue de Belles-Lettres consacrée à Henri Thomas_._

A lire : Rentrée littéraire 2016 : les Français restent des lecteurs assidus