Publicité

Prostitution : de plus en plus de jeunes victimes

Par
40 000 personnes sont victimes d'exploitation sexuelle en France, dont 60% sont mineures. Les proxénètes utilisent de plus en plus internet et les réseaux sociaux pour recruter leurs victimes
40 000 personnes sont victimes d'exploitation sexuelle en France, dont 60% sont mineures. Les proxénètes utilisent de plus en plus internet et les réseaux sociaux pour recruter leurs victimes
© Maxppp - Bruno Levesque

Un rapport de la fondation Scelles publié ce mardi révèle que le nombre de mineurs qui se prostituent a fortement augmenté ces dernières années dans le monde. Sans pouvoir chiffrer cette tendance. Selon l’ONG, internet et les réseaux sociaux sont à l’origine de cette hausse.

Le 5e rapport mondial sur l’exploitation sexuelle de la fondation Scelles a été publié mardi 4 juin. Il fait un état des lieux de la prostitution dans le monde. Selon cette étude, 40 000 personnes, majoritairement des femmes, sont victimes d'exploitation sexuelle en France et 20 millions dans le monde.

Ce rapport met notamment en lumière la hausse de la prostitution chez les jeunes et en particulier les mineurs. Victimes des réseaux sociaux, ces jeunes lycéennes ou collégiennes sont parfois âgées d'à peine 13 ou 14 ans

Publicité

"Selon la police française, 60% des victimes de prostitution sont des mineurs. Les clients eux aussi sont de plus en plus jeunes", explique Yves Charpenel, le directeur du rapport mondial sur l'exploitation sexuelle et président de la fondation Scelles. D'après le rapport, 10% des personnes prostituées en France ont commencé leur activité lorsqu’elles étaient mineures et 39% entre 18 et 24 ans.

Des jeunes également acteurs de proxénétisme 

Actuellement, selon la fondation Scelles, les deux tiers des activités de la prostitution passent par les nouvelles technologies. Outre les sites internet, catalogues d'escorting ou annonces en ligne, les proxénètes n'hésitent pas à recruter directement via les réseaux sociaux. Souvent de plus en plus jeunes, ils utilisent aussi la technique du "loverboys" pour contacter les jeunes filles.  

"Des jeunes hommes entre 18 et 25 ans vont repérer des jeunes filles vulnérables ou manipulables sur les réseaux sociaux. Ils vont entrer en contact avec elles et les séduire. Ils leur font croire au grand amour, restent avec elles pendant un moment et isolent la jeune fille de ses amis et de sa famille pour l’amener petit à petit à se prostituer", détaille Sandra Ayad, la coordinatrice du rapport de la fondation Scelles.

Ces pratiques sont courantes en France mais aussi en Allemagne, aux Pays-Bas, au Canada ou encore dans les Balkans. Il est pour le moment difficile pour les juridictions de poursuivre ces faits, le phénomène étant nouveau et les poursuites pénales pas encore tout à fait adaptées pour l'incrimination et la répression de ces auteurs.

Selon Yves Charpenel, les jeunes proxénètes préfèrent l'exploitation sexuelle au trafic de drogue. "C'est tellement facile d'exploiter sur internet. Ils ne prennent pas de risques physiques et ils peuvent blanchir l'argent facilement", détaille le directeur du rapport. Parallèlement se développe un "proxénétisme des cités" qui concernerait 14% des victimes de la prostitution aujourd'hui en France. Des jeunes hommes, déjà habitués aux faits de délinquance, agissent en petits groupes structurés, souvent difficiles à repérer car tout se passe sur internet puis dans des appartements ou des chambres d'hôtel. En 2018, la justice a été saisie de plus de 120 affaires du type, contre une vingtaine en 2015, d'après Jean-Marc Droguet, directeur de l'office central pour la répression de la traite des êtres humains. Plus de la moitié des jeunes filles concernées étaient mineures, tout comme 15% des proxénètes. Les proxénètes parviennent à générer des profits allant jusqu'à un million d'euros en un an, sans doute l'une des raisons du développement de ces pratiques. 

Pour tenter d’enrayer ce phénomène, les ONG travaillent avec les géants du web, les GAFA. Il s'agit de les sensibiliser et d'établir ensemble un algorithme afin de repérer et d'arrêter les proxénètes. Un dialogue est aussi engagé avec l’aide à l’enfance pour les sensibiliser à la prostitution des mineurs.

Le choix de la prostitution comme "ascenseur social"

Un autre phénomène a également été remarqué lors de cette enquête, celui de la "glamourisation" de la prostitution. Les membres de la fondation Scelles le surnomme le phénomène "Zahia Dehar", du nom de la jeune fille au cœur d’une affaire de proxénétisme impliquant des joueurs de football de l’équipe de France à la fin des années 2000, alors qu’elle était mineure. 

Zahia a désormais réussi à devenir riche et beaucoup de jeunes filles s’identifient à elle. Elles considèrent que la prostitution a été une étape, comme un 'ascenseur social' pour pouvoir sortir de leurs milieux socio-professionnels. Ce sont des jeunes filles qui sont dans des familles défavorisées et elles imaginent qu’en rencontrant des hommes dans des boîtes de nuit de luxe, elles peuvent prétendre à une ascension sociale. Ce phénomène se développe de plus en plus. Les jeunes filles s’imaginent qu’en se prostituant elles vont pouvoir sortir de leur situation.                                        
Sandra Ayad, coordinatrice du rapport de la fondation Scelles

Cette banalisation du commerce du corps aboutit aussi parfois à un autre phénomène, baptisé le "michetonnage". Des adolescentes, elles aussi issues de quartiers paupérisés, entretiennent une relation avec un homme plus âgé afin d'obtenir des cadeaux ou autres avantages en retour. Une sorte de prostitution que les jeunes filles refusent de reconnaître, pensant être en position de force vis-à-vis de ces hommes alors que c'est généralement l'homme qui tire profit de leur vulnérabilité. 

De la pédagogie pour sensibiliser les jeunes

Pour alerter sur la prostitution des mineurs et éveiller les consciences des jeunes, l’organisation et la mission permanente de la France auprès de l'ONU se sont associés au youtubeur français Axel Lattuada. Ils ont réalisé en partenariat une vidéo pour parler directement aux jeunes. Elle est diffusée sur sa chaîne "Et tout le monde s’en fout" et a été vue plus de 209 000 fois depuis le 17 mai.

"J'aimerais bien qu'on arrête de mettre des pièces dans un mécanisme ignoble : la prostitution des mineurs" démarre le comédien. Il revient sur la définition de l'exploitation sexuelle et rappelle "certains estiment qu'on trouverait entre 6 et 10 000 mineurs prostitués dans le pays".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Reste que les ONG craignent que la prostitution des mineurs ne continue à augmenter avec l’expansion des réseaux sociaux qui prennent de plus en plus d’ampleur dans le quotidien des jeunes.

Les Chemins de la philosophie
59 min