Publicité

Quand le cirque explore de nouvelles pistes

Par

**Précurseur dès les années 70, le cirque contemporain est né de la mouvance du nouveau cirque, issu des expériences libertaires tentées à la fin des années 60. Et depuis, que s'est il passé ? Le cirque contemporain a-t-il muté ? Est-il toujours à la frontière d'une philosophie et d'une esthétique Punk, dérangeante et réaliste ? Éléments de réponses avec une compagnie, le Cirque Électrique, et un auteur, Marc Moreigne, au premier jour du Festival Hey ! **
Bye-bye dompteurs et animaux : depuis la fin des années 60, le cirque traditionnel a évolué vers le nouveau cirque, lui-même évincé par le cirque contemporain.

**Marc Moreigne, auteur de ** "Corps à Corps, vision du cirque contemporain" , s'intéresse à l'étendue des pratiques artistiques qui "font" le cirque contemporain d'aujourd'hui. Au coeur de cette métamorphose permanente, il y a le corps des artistes de cirque.

Publicité

Théoricien d'un art qui se refuse souvent à l'analyse intellectuelle, Marc Moreigne considère le corps comme "l'objet et le résultat du cirque contemporain" , par opposition au "spectacle d'un corps instrument " :

Écouter

1 min

Les artistes du Cirque Électrique répondent à cet équilibre. La compagnie, invitée par la mairie de Paris pour les trois prochaines années sur la Dalle aux chapiteaux, joue STEAM, sa dernière création. Dans un univers rétro-futuriste qui rappelle le steampunk, le spectacle illustre le déclin de l'Europe. L'occasion pour les trapèzistes, jongleurs et acrobates de relever le défi de leur propre maxime : "STEAM est un risque".

Le corps de l'artiste de cirque est "à la croisée d'un corps sportif, performatif, et d'un corps d'artiste qui doit créer un monde onirique". Marc Moreigne considère que "la qualité du corps de cirque est de passer de l'un à l'autre".

Des personnages incontrôlables ou poétiques
L'artiste est son propre metteur en scène, "il faut le rendre conscient de ce qu'il provoque, lui donner une vision de son image". D'après** l'écrivain** , "les artistes sont à la fois les interprètes et les auteurs de leurs performances" :

Écouter

1 min

Dans STEAM, Lalla Morte **et ** **Tapman ** mettent en lumièrecet instinct créatif. En lieu et place des archétypes traditionnels, il y a une construction des personnages et un appel au réalisme.

Le cirque contemporain supprime l'imagerie et gomme les modèles pour s'offrir des personnages incontrôlables ou poétiques. Ceux-ci passent d'une palette de sentiments à une autre. Leur identité est construite sur le mouvement et la contradiction.On sort des schémas classiques du cirque, avec par exemple, l'introduction du nu.

Les performeurs se joignent désormais aux acrobates, jongleurs, cordistes et trapèzistes. Les personnages ne sont plus seulement un médium qui transmet l'émotion : ils sont au coeur du processus de création.

Ecriture ** et dramaturgie** ** taillées pour un spectacle hors du temps**
Pour l'auteur de "Corps à Corps " , l'écriture d'un spectacle tient surtout au processus de création. Il se construit "à partir de séquences d'improvisation, on imagine une histoire puis on tente de l'incarner" :

Écouter

1 min

Depuis ses débuts en France et en Angleterre avec la compagnie Archaos, le cirque contemporain est marqué par la philosophie Punk. Il côtoie de près son esthétique, définie par le journaliste anglais Jon Savage comme "très noire par le style, le propos et l'humour".Il y a cette radicalité Punk dans STEAM. De plus, c'est un spectacle uchronique : il se situe dans un temps imaginaire. Basée sur l'oeuvre d'Alain Bosquet, "Sonnets pour une fin de siècle", l'intrigue s'inspire de l'univers de Blade Runner. Le film de Ridley Scott exprime la peur de la décadence de la société.

La narration se développe dans une époque post-industrielle. Il s'agit d'un spectacle de science-fiction. L'uchronie est au centre du processus de création et d'écriture de STEAM. S'y ajoutent la musique live et la vidéo, qui renforcent la visée expérimentale et universelle du langage du cirque.

Comme tout mouvement artistique, le cirque contemporain tend à s'institutionnaliser et jouit désormais de la présence d'un public averti. Et c'est aussi un moyen pour les institutionnels de communiquer par exemple un message écologique. En lien avec notre temps, les thèmes abordés sont exigeants et ambigus. Cette radicalité vient en partie du théâtre de rue : intensité du risque, parti pris dans les images et le rythme. Car c'est bien de cela qu'il s'agit : de corps, de risque et de chute. De lieux abruptes où l'inconscient peut s'immiscer et où "la proximité avec la mort fait du cirque contemporain l'art de la vie par excellence" confie un de ses amateurs.

La Dalle aux chapiteaux, Porte des Lilas (Paris XXe) :

Festival Hey ! O Let's go ! du 7 au 10 juin.

STEAM du 10 au 24 juin.