Publicité

Quand Marguerite Yourcenar entrait à l'Académie Française

Par
Marguerite Yourcenar entre à l'Académie Française, 22 janvier 1981
Marguerite Yourcenar entre à l'Académie Française, 22 janvier 1981
© Getty - Francis Apesteguy

Le 6 mars 1980, Marguerite Yourcenar était la première femme à entrer à l’Académie Française. Entre espoirs, résistances et franches hostilités, replongez dans le débat de l’époque en suivant, notamment, la voix de Jean d’Ormesson, artisan de son accession au Quai Conti.

Jusqu'à elle, l'Académie Française était un bastion réservé aux hommes, rien qu'aux hommes. Le 6 mars 1980, Marguerite Yourcenar est la première femme à accéder à la Coupole du quai Conti. Lorsqu'elle apprit la nouvelle de son élection, Marguerite Yourcenar était en croisière au large de la Floride. Depuis le paquebot "Mermoz", elle faisait part de sa surprise par téléphone : 

Quel peut être mon premier sentiment, excepté de la reconnaissance, pour les personnes qui ont bien voulu m’élire ? [...] Tout, mêmes les coupoles finissent par changer aussi. (...) J’ai l’habitude de ne jamais prévoir les choses qui vont se passer, de ne jamais demander d’avance à quoi les gens vont ressembler avant de les avoir vus, et par conséquent, de ne jamais me demander quand on va être élu, et à quel moment, et pourquoi.”

Publicité

En 1980, Jean d'Ormesson a été l'artisan de cette élection en proposant et défendant la candidature de Marguerite Yourcenar au sein de la Coupole. En août 2007, au micro de Clémence Boulouque dans le cadre d'une "Grande Traversée", il racontait son admiration pour les textes de Marguerite Yourcenar : 

Je voudrais dire tout de suite que je n’ai pas agi par féminisme. Même si je ne suis pas du tout un anti-féministe. Comment m’est venue l’idée de proposer la candidature de Marguerite Yourcenar ? C’est tout simplement en lisant Marguerite Yourcenar. Je ne la connaissais pas. Je n’avais jamais vu Marguerite Yourcenar, je ne l’avais jamais rencontrée, mais j’avais lu.”

Une femme sous la Coupole (Marguerite Yourcenar les détours du temps, 2 août 2007)

1h 30

(Durée : 1h30)

Prix Femina à l'unanimité en 1968 pour L'œuvre au noir, Grand Prix de littérature de l'Académie Française en 1977 pour son œuvre, auteure des Mémoires d'Hadrien : en 1980, la renommée littéraire de Marguerite Yourcenar n'est plus à prouver. Le parcours pour l'entrée à l'Académie n'est pourtant pas sans difficultés. 

Dans ce documentaire, diffusé en 2007, Jean d'Ormesson retraçait les coulisses de cette élection. Il racontait les résistances, parfois féroces, à la simple idée d'élire une femme. "Beaucoup ont été très réservés. Et un petit nombre a été franchement hostile, avec, quelquefois, violence", racontait-il. Elle est pourtant élue le 6 mars 1980 avec 20 voix, contre 12 pour Jean Dorst. 

Une entrée au nom de la littérature 

Lorsqu'elle accède à la Coupole du quai Conti, Marguerite Yourcenar n'est pas la première femme à avoir tenté d'y entrer. D'autres, avant elle, avaient candidaté comme ce fut le cas de Louise Weiss ou encore de Françoise Parturier. Dès le XVIIIe siècle, d'Alembert avait tenté d'y faire entrer Julie de Lespinasse. Pour Guillaume Bridet, professeur de littérature française, le choix de Marguerite Yourcenar répond aussi à une logique institutionnelle prudente : 

Yourcenar prend une pose modeste [...] qui vise aussi à ne pas discréditer l'institution. C'est très logique, elle n'entre pas avec fracas à l'Académie française. [...] Elle convenait assez bien pour opérer une entrée assez remarquée, digne de ce nom - c'était un grand écrivain, de manière incontestée - et qui n'allait pas mettre en cause de manière trop frontale le retard qu'avait pris l'Académie.  

Le 22 janvier 1981, dans son discours de réception, retransmis à la télévision, Marguerite Yourcenar fait un éloge de la tradition et prend la défense de l'Académie. Se réclamant de Madame de Staël, de George Sand et de Colette, elle s'inscrit dans une tradition littéraire, revendiquant par là son entrée au nom de la littérature pour sa qualité d'auteure plus que de femme. 

L'heure n'est pas encore à la parité à l'Académie française : depuis Marguerite Yourcenar, sept femmes ont accédé à la Coupole du Quai Conti, dont quatre siègent actuellement dans le giron des Immortels. 

En savoir plus : Portrait mosaïque
La Compagnie des auteurs
59 min

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.