Publicité

Quand Rony Brauman cinglait "la pornographie sentimentale" de l'humanitaire

Par
Rony Brauman en 2011
Rony Brauman en 2011
© Sipa - Baltel

1995. Rony Brauman a présidé MSF de 1982 à 1994. Ses débuts coïncident avec la grande famine d'Ethiopie, moment emblématique de mobilisation humanitaire. Dix ans plus tard il dira : "Nous, humanitaires et médias, nous sommes laissés happer par cette stratégie victimaire". Episode 3 sur le terme "victime".

Invité par France Culture pour l'émission "Le Bon plaisir" en 1995, Rony Brauman s'était montré très critique sur ce qu'il regardait comme un grand marché de l'humanitaire. A la tête de Médecins sans frontières durant douze ans, il venait de quitter la présidence de l'ONG lorsqu'il dénonçait au micro une "vente à l'encan de leurs victimes par gouvernements du tiers monde"

En dialogue avec Tzvetan Todorov qu'il avait convié dans ce "Bon plaisir" le 9 septembre 1995 et que vous avez pu découvrir dans l'épisode précédent de cette série, il expliquait que sa diatribe amère, froide et "obsédante" plongeait ses racines sur deux souvenirs - la guerre du Biafra ( de 1967 à 1970) puis la grande famine en Ethiopie, au tournant de l'année 1984 :

Publicité

La victime comme homme nu, dépouillé, sans attache, inconsciente de la réalité matérielle de ses véritables intérêts, se voit offerte à tous les appétits jusqu'à la compassion des assistantes sociales de l'humanitaire.

Et le médecin de dénoncer encore "l'obsénité" de cette "pornographie sentimentale" qui consiste à "faire tourner le cercle odieux de la production victimaire". Dans ce troisième épisode d'une série d'archives sur l'usage de l'idée de victime, écoutez-le en 1995 alors que le gouvernement Valls II vient d'exhumer un "secrétariat d'Etat à l'aide aux victimes", onze ans après la disparition du premier maroquin du genre, brièvement étrenné sous Jacques Chirac.

Rony Brauman sur l'instrumentalisation des victimes, "Le Bon plaisir" 09/09/1995

8 min

 Archive INA - Radio France

A découvrir aussi : René Girard et Tzvetan Todorov dans les épisodes précédents de cette série sur l'usage de l'idée de victime.