Red Team : quand la science-fiction vole au secours de l'armée
Red Team : quand la science-fiction vole au secours de l'armée

Red Team : la SF au secours de l'armée

Publicité

Red Team : la science-fiction au secours de l'armée

Par

C'est une alliance atypique que celle de la littérature et de l'armée et pourtant c'est le nouveau projet de l'armée française, la Red Team. Son objectif : utiliser l'esprit créatif des auteurs de science-fiction pour imaginer les menaces du futur et, peut-être, mieux les anticiper.

"La Red Team a pour but de mettre à mal l’armée", voici en quelques mots un résumé du projet par l'un de ses participants, Xavier Mauméjean écrivain et philosophe. Ils sont une dizaine d’écrivains, romanciers, scénaristes, qui travaillent en collaboration avec des experts scientifiques et dessinateurs de la Red Team.

58 min

Développer les réflexes de l'armée

Sélectionnés en 2019 par un conseil scientifique de l’université Paris Sciences & Lettres, ils doivent apporter un oeil inédit, original et créatif sur un possible futur. Ce projet unique en Europe, vient des États-Unis et a été développé pendant la guerre froide. Le but : permettre à l’armée d’anticiper de prochaines menaces dans un futur pas si éloigné, 2030-2060.

Publicité

On n’imaginera jamais toute la variété des attaques qui peuvent se produire, mais c’est plutôt d’avoir des réflexes face à des situations inhabituelles. Je pense que c’est ça l’intérêt de l’exercice, on ne pourra jamais tout prévoir.                                                                            Fabienne Casoli, astrophysicienne, membre du conseil scientifique du projet

Tout prévoir non. Mais plutôt nourrir les réflexions stratégiques de l’armée française autour de préoccupations géopolitiques, démographiques, technologiques et environnementales actuelles. Les prochaines productions de la Red Team seront classées secret-défense. Mais les deux premiers scénarios tests ont été rendus publics.   

Une esquisse des pirates du futur
Une esquisse des pirates du futur
- François Schuiten

L’armée a fourni aux auteurs le premier thème : "pirates du futur". Deux équipes d’écrivains ont travaillé et écrit collectivement pour produire des scénarios.

Des réfugiés climatique aux implants neuronaux

Dans P-nation par exemple, les auteurs ont imaginé un monde où le réchauffement climatique a poussé des millions de réfugiés près des côtes. Ils forment sur l’eau une nation pirate, la P-nation prête à attaquer une base spatiale française dédiée à la récupération de minerais depuis l’espace. Un scénario de science-fiction, mais avec une base très réaliste.

Le jeu lui-même est contraint à un réalisme fort. Je sais que je quitte un peu une sorte de confort intellectuel qui est celui du romancier, où je n’ai pas de comptes à rendre à la réalité.   
Laurent Genefort, écrivain et membre de la Red Team

Autre sujet de science-fiction : le transhumanisme. Dans le scénario Barbaresque 3.0, la Red Team a imaginé des soldats qui contrôlent des navires à distance via des implants neuronaux. Quand ceux-ci sont piratés, c’est une bataille navale entraînant tous les acteurs de la Méditerranée qui commence.

La cheffe des pirates dans le scénario Barbaresque 3.0
La cheffe des pirates dans le scénario Barbaresque 3.0
- Red Team

Impossible ? La Red Team s’inspire de Neuralink, d’Elon Musk.

Dans le scénario "Barbaresque 3.0", il y a des éléments qui ont été coupés. Parce qu’on était vraiment trop proches, sans le vouloir on est tombés juste, de la réalité. Peut-être pas de la réalité publique, mais de la réalité.     
Xavier Mauméjean, écrivain et philosophe, membre de la Red Team

SF et univers militaire, un lien de longue date

Les thèmes de la guerre, du militaire et du militarisme traversent le genre de la science-fiction depuis ses débuts, en particulier avec La Guerre des mondes de H. G. Wells (1898)   

Ce traitement du monde militaire par la science fiction est une des raisons de cette collaboration exceptionnelle.

Ce qui est aussi intéressant c’est le pourquoi, et c’est souvent dans des bouquins qualifiés d'antimilitaristes que l'on trouve de très bons développements de la guerre. C’est justement des sentiers qui ne sont pas explorés par les équipes de recherche et développement, ou ce genre de choses liées à l’armée et c’est là où nous, on essaye d’aller, en fait. Laurent Genefort, écrivain et membre de la Red Team