Publicité

Regain de tension en Ukraine

Par

Après un week-end sanglant pendant lequel ont péri une cinquantaine de soldats ukrainiens et de civils, et l'échec de pourparlers de paix, les rebelles prorusses ont annoncé ce lundi vouloir mobiliser 100.000 hommes. «Extrêmement inquiet», Vladimir Poutine a appelé les deux camps à la fin des combats, alors qu'aux Etats-Unis de hauts responsables souhaitent équiper l'armée ukrainienne. Aucun répit. Les rebelles séparatistes pro-russes ont continué ce lundi à pilonner les positions des forces gouvernementales ukrainiennes dans la ville de Debaltseve, un noeud ferroviaire stratégique entre leurs bastions de Donetsk et Louhansk. Donetsk où les roquettes, les obus de mortiers ou les missiles s'abattent souvent par hasard au milieu des habitations. Et les hôpitaux ne désemplissent pas, comme en témoigne ce reportage de Marc Crépin et Gilles Gallinaro :

Située sur les rives de la mer d'Azov, la ville portuaire de Marioupol est une autre cible des séparatistes pro-russes . A ce jour, c'est l'une des dernières grandes cités de l'Est de l'Ukraine toujours fidèle aux autorités de Kiev. Sur place, la population résiste aux assauts des rebelles. Regardez le reportage de nos envoyés spéciaux, Marc Crépin et Gilles Gallinaro :

Publicité

Les mots suivent aussi avec l'annonce toujours ce lundi par le dirigeant (prorusse) de la république séparatiste de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, d'une « mobilisation générale (...) dans dix jours ». « Jusqu'à 100.000 hommes » rejoindraient ainsi les troupes actuelles, selon ses affirmations rapportées par l'agence officielle séparatiste DAN.D'après l'agence Reuters, Vladimir Poutine serait lui « extrêmement inquiet » et souhaiterait un cessez-le-feu de la part des deux parties.

Ukraine : les buts de l'offensive russe
Ukraine : les buts de l'offensive russe

Armer l'Ukraine ?
Dans cette situation et après l'échec de négociations encadrées par l'OSCE samedi à Minsk entre émissaires rebelles et représentants de Kiev et de Moscou, l'équipement de l'armée ukrainienne est mise en question. Est-il suffisant face aux rebelles prorusses ? Et l'Ukraine ne pourrait-elle recevoir une aide militaire que les Occidentaux soupçonne de la part du Kremlin pour ses partisans ? Huit hauts responsables américains ont publié ce lundi un rapport et demandent à la Maison Blanche de livrer armes défensives et équipements pour un montant de 2,6 milliards d'euros, Eric Biegala :

Écouter

1 min

Écoutez aussi plus globalement au sujet de la situation régionale Jacques Rupnik ,

directeur de recherche au CERI/Sciences Po, ancien conseiller du Président Vaclav Havel.Il était l'invité des Matins, interrogé par Marc Voinchet, le 20 janvier dernier.

Il a dirigé l’ouvrage : Géopolitique de la démocratisation, l’Europe et ses voisinages (Presses de Sciences Po)