Publicité

Régionales : score historique du Front national au 1er tour

Par

Avec une abstention de 50,02%, le Front national arrive en tête cumulant 27,73% des suffrages, contre 27,9% pour la droite (LR, Udi, Modem) et 25,2% pour le PS et ses alliés (PRG, MRC). Le parti de Marine Le Pen domine dans six régions sur treize, dont PACA et Nord Pas de Calais Picardie.

Nicolas Sarkozy maintient tout de même pour Les Républicains son ni, ni : ni retrait, ni fusion en vue du second tour. Alors que le PS se retire dans le Nord, en PACA et le souhaite en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, avec un appel à un « barrage républicain ».

Marine Le Pen au soir du 1er tour des régionales de 2015. A Hénin-Beaumont, le 6 décembre
Marine Le Pen au soir du 1er tour des régionales de 2015. A Hénin-Beaumont, le 6 décembre
© Reuters - Pascal Rossignol

« La France relève la tête. C’est un résultat magnifique que nous accueillons avec humilité, gravité et un sens profond des responsabilités » , a expliqué Marine Le Pen lors de sa première intervention. Ajoutant que les Français n'ont pas « cédé aux injonctions politiques et médiatiques » , avec un Front national qui est le « seul front républicain » qui a « vocation à réaliser l’unité nationale dont le pays a besoin » . Avec plus de 6 millions de suffrages, le parti de Marine Le Pen se rapproche des 6,4 millions de voix qu'elle avait obtenues lors de la présidentielle de 2012. > Ecoutez la, ainsi que les premières analyses à ce sujet dans notre édition spéciale diffusée de 20h à 21h :

Publicité

Écouter

1h 00

1er tour des Régionales 2015 : résultats par régions
1er tour des Régionales 2015 : résultats par régions

**> Découvrez tous les résultats en temps réel dans notre carte interactive

**_la progression régionale du Front national en 4 cartes électorales

_et un décryptage du "front républicain" à travers les archives

Dans le détail, le Front national dominerait donc ces dernières élections intermédiaires du quinquennat de François Hollande en PACA, Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Centre-Val-de-Loire, Bourgogne-Franche-Comté, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un succès personnel pour Marine Le Pen et sa nièce dans deux régions clés au nord et au sud du pays. A la surprise générale, Marion Maréchal Le Pen devance Christian Estrosi de plus de dix points. Le maire de Nice et ancien ministre étant donné au coude à coude dans les sondages . Sans oublier la pole position dans l'Est du numéro 2 du FN, Florian Philippot.

Avec une forte abstention, mais moindre que lors des régionales de 2010 : 50,02% contre 53,6 % .

D'où vient la dynamique du Front national ? Écoutez les analyses de Stéphane Robert et de Stéphane Rozès dans le journal de 12h30 d'Antoine Mercier de ce lundi :

Écouter

6 min

Le Front national qui a été dimanche le 1er parti des 18-24 ans qui ont voté , selon Étienne Mercier, d'Ipsos France. Pourquoi une telle adhésion des jeunes ? La réponse d'Anne Muxel, du CEVIPOF, interrogée par Stanislas Vasak pour le journal de 22h de ce lundi :

Le PS se retire en PACA et dans le Nord

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a d'abord souligné que le total des voix de gauche « doit dépasser les 36% » , ce qui en « fait le premier parti de France » .

Mais un peu plus tard, le Premier secrétaire du Parti socialiste a annoncé que le PS se retirait dans le Nord et en PACA. Et ce lundi matin, Jean-Christophe Cambadélis a enjoint Jean-Pierre Masseret, troisième dans la grande région Est, de se retirer, ce que ce dernier refuse pour l'heure.

Jean-Christophe Cambadélis qui avait indiqué dimanche soir que « le PS et la gauche seront présents au second tour là où le total gauche permet de l'emporter » *.* Pas question d'un front républicain, mais d'un *« barrage républicain.»_ Côté écologistes, Emmanuelle Cosse (EELV) a déclaré à France 2 :« Ce que nous pouvons faire, c’est *travailler à la fusion des listes de gauche et des écologistes au second tour *»* , afin d’« avoir des régions demain qui soient dirigées par cette majorité-là »_ . Autre appel à la fusion des listes de gauche, celui du PCF, dans un communiqué signé de son Secrétaire national Pierre Laurent.Sur France Info, l'élu communiste de Paris Ian Brossat affirmant qu'* « Il y a une responsabilité écrasante de ce gouvernement dans le score réalisé par le FN, qui n'a jamais été à un tel niveau.»

*Ni retrait ni fusion demande Nicolas Sarkozy, suivi par son parti

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Nicolas Sarkozy a réagi à peine une demi-heure après 20h depuis le siège parisien des Républicains. L'ancien président qui n'a pas vu sa stratégie de rempart contre le FN payer a tendu la main aux abstentionnistes et aux électeurs du Front national : *« Ce soir, toutes les expressions de cette exaspération doivent être considérées. Celles qui se sont portées sur les candidats des Républicains et du centre mais aussi celles qui ont fait le choix du Front national. Je veux leur dire que nous entendons leurs inquiétudes mais qu’ils n’obtiendront aucune réponse d’un parti qui aggraverait dramatiquement la situation de la France et créerait les conditions de dangereux désordres dans leur région comme dans le pays.» * Et de maintenir malgré la contre performance de son parti la volonté de refuser toute fusion et tout retrait de liste.

Volonté entérinée par Les Républicains ce lundi matin, à l'exception de Nathalie Kosciusko-Morizet et de Jean-Pierre Raffarin.

Le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, a pris le contre pied de son allié Nicolas Sarkozy : « Là où nous ne serions pas dans les deux premiers, on doit se retirer » , a-t-il affirmé sur France 2, citant notamment l'exemple de la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon .

Et ce alors que Jean-Christophe Fromantin, le député-maire de Neuilly-sur-Seine, a annoncé ce dimanche soir qu'il quittait l'UDI qui *«* ne constitue pas une alternative indépendante » et « n'échappe pas » aux « travers politiciens » de la droite comme de la gauche. « Ces élections régionales marquent la fin des partis traditionnels et le profond ras-le-bol des Français vis à vis de ceux qui depuis des années ne pensent qu'à la conquête du pouvoir au détriment des évolutions dont la France a besoin » , estime-t-il.* *

Les résultats définitifs du 1er tour des élections régionales 2015
Les résultats définitifs du 1er tour des élections régionales 2015