Publicité

Rémy Ourdan: "A Bangui, des gars patrouillent désormais à moto avec des kalachnikovs et des machettes"

Depuis une opération menée par la Minusca, les environs du quartier musulman PK5, à Bangui connaissent un regain de violence.
Depuis une opération menée par la Minusca, les environs du quartier musulman PK5, à Bangui connaissent un regain de violence.
© AFP - FLORENT VERGNES / AFP

Nous avons reçu Rémy Ourdan, grand reporter du Monde, qui nous revient tout juste de Centrafrique. Le journaliste de guerre était à Bangui où plane la menace grandissante d’une attaque de rebelles.

Rémy Ourdan revient de Centrafrique, un pays qu'il suit depuis plusieurs années. Il s'est notamment rendu sur place en 2013. A cette époque, le pays avait sombré dans la guerre civile conduisant la communauté internationale à envoyer, en 2014, via l’ONU, une mission de stabilisation du pays, la Minusca. Cette mission de l’ONU qui est beaucoup critiquée et dont il sera —entre autre— question aujourd’hui puisqu’elle est au cœur du regain de violence qui touche le pays.

Interview de Rémy Ourdan - revenu de Centrafrique

10 min

En effet, les 8 et 10 avril dernier, à Bangui, deux opérations militaires de la Minusca dirigées contre le QG d’un chef de guerre, le général Force  —dans le quartier « PK5 », l’enclave musulmane de la ville— se sont soldées par un échec total. Ceci, non seulement car le général Force était prévenu et avait disparu, mais surtout en raison de la mort d’une vingtaine de personne et une centaine de blessés provoqués par cette opération compromise dès son lancement. 

Publicité

Depuis, la capitale, qui semblait connaître un calme relatif depuis presque 1 an, sombre à nouveau dans la violence confessionnelle. 

Remy Ourdan: "Aujourd'hui des gars patrouillent à moto avec des kalashnikov et des machettes, qui n'appartiennent pas aux forces de sécurité. Ce sont des anti-balaka."

Remy Ourdan évoque également la présence opaque des Russe qui ont pris en charge la sécurité de la présidence, occupent Bangui avec des forces armées et prennent des rendez-vous dans des zones rebelles. Comment expliquer cette présence russe ?  Une chose est sûre, ce débarquement spectaculaire soulève de nombreuses questions. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Une émission préparée par Samuel Bernard et présentée par Florian Delorme.