Publicité

René de Obaldia : "Peut-être, ce que j'aime le plus d'une certaine manière, c'est le délire"

L'académicien René de Obaldia, le 4 décembre 2003 dans la bibliothèque de l'Institut de France à Paris.
L'académicien René de Obaldia, le 4 décembre 2003 dans la bibliothèque de l'Institut de France à Paris.
© AFP - Jean-Pierre Muller

1970. L'écrivain et dramaturge René de Obaldia parle de son œuvre, de son intérêt pour la jeunesse, de sa recherche de parti pris et de sa volonté farouche à l'émerveillement.

René de Obaldia était l'invité de l'émission "La Boîte de Pandore" en 1970. Il vit alors à Paris dans une tour du quartier de Reuilly, quartier qui a beaucoup changé. Depuis son treizième étage, il voit la tour de l'Université de Jussieu, "cette monstruosité, une sorte d'hérésie", selon lui : "Quand on voit la merveilleuse ordonnance de Paris, on se demande qui préside aux destinées de l'urbanisme de Paris ?"

René de Obaldia invité de "La Boîte de Pandore" le 24/07/1970.

32 min

L'écrivain de la fantaisie explique que l'art sert à "communiquer", "à transposer le délire". "Mon œuvre s'est fait en marge, par une nécessité en moi impérieuse, mais je n'ai jamais été mêlé à une école, à une chapelle, en fin de compte je suis toujours d'une certaine manière, un franc-tireur, s'explique-t-il, j'étais un homme complètement coupé de Saint-Germain-des-Prés".

Publicité

Il fait ensuite l'éloge de la jeunesse, de sa "générosité merveilleuse", de "l'idéalisme", du "romantisme" qui sont lui sont inhérents. Il en conclue sur la période qui s'ouvre avec l'année 1970, que "la jeunesse est sensible au verbe et fatiguée peut-être du verbiage". 

Toute œuvre créatrice, toute œuvre d'art est ce regard, cet œil avec énormément d'étonnement, un étonnement immense et aussi je l'espère, un émerveillement. Je suis de ceux qui sont émerveillés. Je suis un auteur tragique dans le fait que je ne peux pas m'apercevoir de la condition, du sentiment tragique de la vie - comme le disait Unamuno - mais, c'est peut-être tragique, mais pas du tout désespéré chez moi.

  • "La Boîte de Pandore"
  • Première diffusion : 24/07/1970
  • Production : Jean-François Noël
  • Archive Ina Radio-France