Publicité

Rentrée littéraire 2016 : les Français restent des lecteurs assidus

Par
En cette rentrée littéraire 2016, les projecteurs sont braqués sur les 560 nouveaux romans
En cette rentrée littéraire 2016, les projecteurs sont braqués sur les 560 nouveaux romans
© AFP - MYCHELE DANIAU

Rentrée littéraire. Les préjugés ont la vie dure sur la baisse de la lecture en France, notamment auprès de la jeune génération. Alors que, chiffres à l'appui, les Français sont toujours de grands consommateurs de livres.

En 2015, près de 85% des Français se considèrent lecteurs de livres selon une étude Ipsos. Un constat qui contraste avec l’idée d’une baisse exponentielle de lecture des citoyens de l’Hexagone qui se tourneraient vers les écrans. « La graphosphère », pour reprendre les termes de Régis Debray, a encore de beaux jours devant elle.

Certes au cours des 12 derniers mois, 78% des Français utiliseraient internet tous les jours ou presque peut-on lire dans l’ouvrage d’Olivier Donnat publié en 2008, « Les pratiques culturelles des français à l’ère du numérique ». Pour autant auraient-ils abandonné le livre ?

Publicité

Non, selon une étude publiée par le Centre national du livre. Entre 7 et 19 ans, les 1500 jeunes interrogés lisent globalement six livres par trimestre. Et internet n'est pas forcément un frein. Plus d'un jeune sur deux lit au moins une fois par semaine, et ce sont les enfants du primaire qui sont les plus intéressés, puisqu'en moyenne ils lisent trois fois plus qu'un lycéen lambda.

Du côté des ventes, en l’espace de 5 ans, le nombre d’exemplaires vendus en France a très légèrement baissé de 3,54%. Alors que sur le long terme les dépenses des ménages en livres en France depuis 1971 a quant à lui bondit de 61,47 %.

Evolution des dépenses des ménages en livres
Evolution des dépenses des ménages en livres
© Radio France - Antoine Guerrier

Pour l’année 2015, plus d’un Français sur deux a acheté au moins un livre, dont 53 % au moins un livre imprimé. En 1966 ils étaient 58% à ne pas lire de livre et les débats étaient déjà à l’ordre du jour :

En l’espace de 45 ans les habitudes de lecture des Français ont peu évolué. La littérature reste le secteur qui capitalise 24,9% des ventes dans notre pays loin devant ses concurrents.

Répartition des ventes par secteur
Répartition des ventes par secteur
© Radio France - Antoine Guerrier

Cependant la part totale des dépenses de livres dans le budget des ménages est en baisse constante depuis 1971.

Evolution de la part du livre dans le budget des ménages
Evolution de la part du livre dans le budget des ménages
© Radio France - Antoine Guerrier

Cette baisse n’est cependant pas créée par la génération connectée qui serait moins disposée à lire des livres souligne l’Insee. Les ménages ne sont cependant pas égaux face au livre. Les cadres consacrent une part de leur budget 70% supérieur à la moyenne des ménages quand les ouvriers en consacrent entre 30 et 40% de moins.

Une disparité au sein même du ménage existe. Les femmes consacrent une part de leur budget 15% supérieur à la moyenne. Une tendance qui se confirme par le profil des lecteurs. En 2014, les lecteurs auraient été composés de 57% de femmes et de 43% d’hommes selon une étude Ipsos en collaboration avec le Centre national du livre et le Syndicat national de l’édition.

A lire : Rentrée littéraire 2016 : une production littéraire constante

A lire :  Rentrée littéraire 2016 : la France privilégie les auteurs nationaux

A lire : Rentrée littéraire 2016 : les auteurs de plus en plus précaires