Publicité

Renzo Piano : "Pour moi, tout doit encore se faire !"

Renzo Piano le 7 mai 2015 dans son bureau parisien.
Renzo Piano le 7 mai 2015 dans son bureau parisien.
© AFP - Eric Feferberg

1990. Quatrième et dernière partie de la série "A voix nue" avec Renzo Piano qui s'intéresse aux convergences entre nature et architecture et livre ses réflexions sur la notion de forme architecturale. Il explique en quoi la pièce, le morceau, sont toujours au cœur de ses œuvres.

Dans ce dernier entretien de la série "A voix nue", l'architecte Renzo Piano s'exprime sur son rapport à la nature, vis-à-vis de laquelle il ne cherche pas l'imitation, ce serait "ridicule et académique", il évoque plutôt des "convergences parallèles".

Vous prenez d'un petit peu partout, vous avez des références et le fait que la nature existe et qu'il y a une présence très forte dans l'inspiration, n'empêche pas d'être rigoureux, scientifique, mathématique et très hautement technologique. Ce sont deux choses qui marchent l'une avec l'autre, il n'y a pas de contradictions.

Publicité

"A voix nue" avec Renzo Piano le 15/11/1990 sur France Culture.

28 min

Renzo Piano s'agace de toutes ces discussions autour de la forme en architecture. "Je ne parle pas beaucoup de forme, ni d'expression ou d'art, c'est un petit tic nerveux !". Il poursuit sa réflexion : "La forme ? Mais pourquoi l'expliquer ? Les gens la voient, ils sont contents ou non, ils aiment ou non mais c'est la chose qu'on voit le mieux."

Au début, ce n'était même pas de l’architecture, c'était des morceaux d'architecture et peu à peu les morceaux d'architecture sont devenus architecture faite de morceaux et peu à peu c'est devenu architecture même sans morceaux.

Renzo Piano évoque le stade de Bari et sa forme en feuille, le centre commercial de Bercy : "La forme est beaucoup plus forte, plus présente mais il y a toujours la pièce !"

Dans le centre commercial de Bercy et dans le stade de Bari encore plus, la mathématique est fondamentale. D'un côté vous avez l’inspiration d'un objet qui se confronte avec le contexte [...] et qui semble sortir d'une inspiration complètement libre et pourtant ce n'est pas ça puisque c'est construit d'une façon strictement mathématique et géométrique. Parfois, la perfection, la précision scientifiques arrivent à quelque chose de très naturel, qui a l'air d'être complètement organique. [....] Il y a beaucoup de folie mais il y a aussi beaucoup de rigueur.

L'architecte s'attarde sur un de ses travaux récents : l'aéroport du Kansai au Japon, construit sur une île. Il a voulu faire revivre le mystère de l'avion, "la magie du voyage".

Ce que les Japonais ont compris c'est qu'il ne fallait pas perdre le rendez-vous, il fallait faire quelque chose dans lequel la beauté de l'aventure de voler était quand même célébrée, qu'elle était sentie. 

Pour conclure cette série d'entretiens, Renzo Piano s'ouvre sur le futur :

Pour moi, tout doit encore se faire ! Je pense pratiquement seulement en terme de futur. Remarquez, je ne suis pas sans mémoire, j'ai des chagrins, j'ai des souvenirs mais je suis complètement dirigé vers ce qui n'est pas encore fait et c'est peut-être une petite astuce pour vivre longtemps !

29 min
  • "A voix nue" 4/4
  • Première diffusion le 15/11/1990
  • Producteur : Annick Pely Audan
  • Réalisation : Marie-Andrée Armynot
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation sonore de Radio France