Publicité

Réviser le bac avec le rap, oxymore ou pléonasme ?

Par
Molière passe le bac
Molière passe le bac
© Getty

Fort de son succès, le rap est aujourd’hui le style musical le plus écouté en France. À l’approche des épreuves anticipées du baccalauréat de français qui débuteront le 16 juin prochain, pourquoi ne pas entamer une session de révision empreinte de flow ?

Dans les artistes les plus streamés ces dernières années, du phocéen Jul à PNL ou encore Nekfeu, les rappeurs français remportent encore une nouvelle fois la palme d’or des écoutes dans l’Hexagone. Vous avez entre 15 et 25 ans ? Il est fort probable que comme pour 70% de la population française, votre style de prédilection soit le rap. Au-delà de sa dimension purement esthétique, ce genre musical entretient des liens parfois étroits avec la littérature. En retard dans les révisions ou simplement curieux d'étendre ses connaissances, voici une petite session de rattrapage avant le coup d’envoi des épreuves du baccalauréat de français…

Les difficiles révisions du baccalauréat
Les difficiles révisions du baccalauréat
© Getty

Commentaire ou dissertation ?

Stricto sensu, la littérature serait l’ensemble des œuvres écrites auxquelles on reconnaîtrait une finalité esthétique. Le rap - même s’il s’agit d’un art oral de prime abord - puise une grande partie de son essence dans son rapport au texte. Car même si rap et littérature sont des domaines artistiques différents, ils sont liés par une analogie textuelle qui ne saurait être remise en cause.

Publicité

Le rap français s’inscrit dans une culture et un héritage littéraire, "un bagage en partie transmis par l’école" selon Bettina Ghio, docteur en littérature. Le rappeur Disiz - qui a sorti son dernier disque L’Amour en mars 2022 - était en avril l’invité d’"Affaires culturelles" sur France Culture. Il ironise au sujet de son rapport à la littérature : "j’ai plein de souvenirs de lecture. Mes tantes m'offraient des livres à Noël ou aux anniversaires. Quand on est petit on se dit que c'est nul les livres, donc quand on ouvre la première page et que l’on voit qu'il y a un billet dedans, on est content et on met le livre de côté."

Mais ce goût pour l’écriture lui a bel et bien été inculqué grâce à l’école et ses dissertations : "J'étais très imaginatif et j'avais déjà des idées romanesques d'écrire. En tout cas, j'aimais bien le rapport à l'écrit. Et après, avec les chansons, ça s'est vraiment concrétisé".

55 min

Ménélik, le chanteur du tube Bye-Bye s’est, lui aussi, épris de la langue française au lycée. Passionné par Ronsard - qui restera sa principale référence littéraire - il garde un souvenir remarquable de l’exercice du commentaire de texte : "Si sur une phrase le prof peut arriver à décrypter trois quatre sens mis en rapport avec ce que l’auteur disait à son époque, il faudrait que les gens puissent le faire par rapport à mes textes". (Bettina Ghio, Sans fautes de frappe, Le mot et le reste, 2016).

Si vous optez plutôt pour le commentaire de texte, vous pouvez toujours réaliser le rêve de Ménélik en vous entraînant sur un couplet de Je me souviens :

"Je me souviens ce matin-là, amer
Le discours que me tins la femme qui me servait de mère
Je me souviens de mes frères, de l'expression de mes frères
Je suis parti, en silence ils me regardèrent
Le soleil brille à nouveau dans ma vie j'y vois plus clair
Aveuglé par les néons, comme Icare je perds
Donne-moi la main, maintes fois par toi j'ai voulu être choyé
Je me suis dévoyé pourquoi n'as-tu jamais su m'écouter
Je me souviens des discours qui enflammaient nos liens
Tout allait si bien mais il fallait recoller au quotidien
Ne dors pas car la mort se sert du somme comme appât
Je pars, pardonne-moi pour la paix que tu ne connais pas"
Ménélik

Commentaire ou dissertation ?
Commentaire ou dissertation ?
© Getty

À l’inverse, la rappeuse Casey regrette que la seule forme d’écriture existante à ses 12-13 ans ait été la rédaction à l’école. Au micro d’Arnaud Laporte dans "Affaires culturelles" le 22 novembre 2021, elle confiait : "Le rap m'a permis ce que l'école ne m'a pas permis, à savoir avoir le droit d'être médiocre, le droit de me tromper, de ne pas être écrasée parce qu'en France, pays de littérature, on peut être écrasé par la grande littérature. Le rap permet d’avoir le droit d'être fun, d'être frais, d'être fringant, de flamber, de frimer".

Pour Casey, rapper rime de facto avec jouer. En particulier lorsque la chanteuse trouve que ses allitérations ne sont pas toujours très heureuses : "C'est jouer avec des mots, c'est jouer avec des teintes ou des couleurs". Des propos qui nous rappellent étrangement la théorie défendue par la poésie Rimbaldienne et ses mots colorés…

55 min

Si vous optez plutôt pour la dissertation, écoutez alors les conseils méthodologiques de MC Solaar. Le rappeur nous rappelle en chanson le procédé de la composition argumentative : "la première solution dès l’introduction, après le développement, voici la conclusion" (Dévotion). L’artiste construit d’ailleurs sa chanson Matière grasse contre matière grise sur un plan dialectique de la dissertation, qu’il énonce en rappant : "Thèse, antithèse, synthèse, un doute, une hypothèse" car telle est la méthode à respecter pour une dissertation de qualité !

Au programme, Hugo, Molière, etc.

Le rap s’est inspiré du monde des lettres, puisqu’il puise dans de nombreuses références littéraires pour alimenter ses punchlines… De Molière à Victor Hugo - tous deux au programme des épreuves de français de cette année 2022 - cet héritage culturel transmis par l’école est bien présent dans les morceaux de rap. Le groupe IAM affirmait d’ailleurs que Gavroche revenait sur le devant de la scène en 1993 avec la chanson Achevez-les : "Gavroche est de retour, c'est pas la faute à Voltaire". Cette fois-ci, c'est donc dans vos copies que l'on retrouvera les protagonistes hugoliens, l'occasion de se mettre à la page.

Prenez exemple sur le groupe 113 qui scandait avec Karlito et Rohff en 2003 dans Assoce de : "Appelle-moi misérable si tu veux, c'est pour les Jean Valjean du 94". Car à l’image de Jean Valjean, victime des injustices de la société du début du XIXe siècle, puiser dans ce patrimoine littéraire engagé sert à illustrer le quotidien des jeunes de banlieues. Cette liste n’est pas exhaustive et les morceaux de rap où l’on retrouve Hugo comme figure de proue sont nombreux. L’écrivain romantique incarne encore aujourd’hui toute une symbolique de la marginalité et des victimes de la discrimination.

Suivez donc les conseils d'Orelsan dans son titre Jimmy Punchline, et répétez vous avant de commencer l'épreuve : "Je suis le seul écrivain potable depuis Victor Hugo".

Procès de Jean Valjean à Arras, illustration pour Les Miserables de Victor Hugo
Procès de Jean Valjean à Arras, illustration pour Les Miserables de Victor Hugo
© Getty - De Agostin

Le rappeur Booba choisit quant à lui de relier deux figures disparates : "Bras levés, tête haute, j’ai rêvé que je mourrai au combat, j’veux pas mourir sur scène". (Bettina Ghio, Sans fautes de frappe , Le mot et le reste, 2016). Amalgame entre le mythe de la mort sur scène du dramaturge Jean-Baptiste Poquelin - plus connu sous le nom de Molière - et de la chanteuse Dalida, faites, vous aussi, preuve d'imagination si vous tirez au sort le thème du théâtre !

Les exemples littéraires dans le rap sont foisonnants. Par conséquent, si vous avez du retard sur vos révisions optez pour la musique de Nekfeu truffée de références au monde des lettres. Sur son album Feu sorti en 2015, on retrouve en effet pas moins de trois titres éponymes à des références littéraires incontournables : Martin Eden inspiré de Jack London, Le Horla de Guy de Maupassant ou encore la chanson Risibles Amours, qui rend hommage à son recueil préféré de Milan Kundera. Si les rappeurs s’approprient des classiques de la littérature de manière parfois ubuesque, certains revendiquent malgré tout cet héritage culturel et cela pourrait bien vous être utile.

Tout est une question de flow

Si vous êtes néophytes, le flow est la scansion esthétique du rap. C’est une performance vocale qui s’appuie sur le rapport au rythme, à l’élocution ainsi qu’au débit vocal. Ce flow est propre à chaque rappeur puisque lui seul a sa manière de poser ses mots à l’oral. Si l’on osait la comparaison avec la littérature classique, cela s’apparenterait à la scansion poétique. D’ailleurs, selon la journaliste et critique musicale Véronique Mortaigne, le rap s’est emparé d’un devoir poétique avec des effets de langage très riches. Le rap redonnerait ainsi sa place aux mots et n’amoindrirait en rien sa portée musicale. Le rap résulte par conséquent d’un véritable travail sur le langage, inhérent à ce style musical.

Le rappeur Oxmo Puccino en est un parfait exemple. En quête de la beauté du texte, il manie les mots avec une extrême précaution. Il était l'invité de "Par les temps qui courent" sur France Culture le 17 septembre 2019.

"Je connais la force des mots, je connais leurs conséquences, les poids. Et puis, l'autre n'est pas toujours apte à recevoir les mots, tout simplement. Moi, je les économise, j'utilise les mots à bon escient. J'ai toujours à apprendre de leurs effets. Je suis moi-même encore souvent dépassé par les mots. Peut-être même les miens". Oxmo Puccino

L'occasion de bien réfléchir aux termes que vous emploierez lors de l'épreuve, car si vous suivez les conseils d'Oxmo Puccino, le pouvoir des mots réside dans l'écrin dans lesquels ils se placent et ils seront alors déterminants dans votre notation finale. Une bonne relecture de votre copie s'impose et sachez manier la langue dans les règles de l'art.

Oxmo Puccino à l'Olympia à Paris en 2018
Oxmo Puccino à l'Olympia à Paris en 2018
© Getty - Richard Bord
1h 00

Rap et poésie : rimes riches

Si vous tombez sur le thème de la poésie, le rap sera votre allié. En poésie, la versification est déterminée par la prosodie qui étudie la longueur des syllabes brèves ou longues et par la métrique qui concerne les mètres ou les pieds, ainsi que leur disposition dans le vers. La scansion est l'application de la prosodie et de la métrique pour la prononciation des vers. C’est donc tout simplement la manière de déclamer le vers.

Dans le cadre du rap, la prosodie traduit la musicalité de la voix et de ses énoncés et rend par conséquent les émotions et les intentions plus intelligibles à ses interlocuteurs. Plusieurs paramètres comme le volume de la voix, le timbre ou encore le débit vocal constituent cette prosodie que l’on appelle le "flow". La scansion poétique stricto sensu est bel et bien utilisée dans ce genre musical. Preuve en est avec le rappeur Lionel D :

"ll faut toujours que ton nom rime avec galère
qu’on le confonde avec le mauvais sur cette drôle de terre
ceci n’est pas pessimiste mais juste réaliste

un méfait commis quelque part, il y a ton nom sur la liste" Pour toi le Beur - Lionel D

Lionel D fait, dans cette chanson, honneur à la prosodie française classique avec ses vers en alexandrin à canon métrique comportant 12 syllabes : "Il/faut/tou/jours/que/ton/nom/rim/ea/vec/ga/lère". Les rimes sont ici des rimes plates également appelées rimes suivies. Elles sont calquées sur le modèle AABB avec les termes "galère-terre" et "réaliste-liste". Certains rappeurs font donc le choix de répondre à une méthodologie poétique.

Arthur Rimbaud âgé de17 ans, portrait de Etienne Carjat, 1871
Arthur Rimbaud âgé de17 ans, portrait de Etienne Carjat, 1871
© Getty - History/Universal Images Group

Pour Akhenaton, chanteur du célèbre groupe IAM et invité d’"Affaires culturelles" le 7 avril 2021, il faut se calquer sur ce modèle : "les écritures, la métrique, c'est très souvent sur quatre mesures dans mes morceaux. Parfois il y a quelques rimes embrassées, quelques rimes croisées. Il y a beaucoup de rimes plates, je vais adapter mon écriture en fonction du type d'instrument et du type de morceau".

Réfractaires aux lettres, essayez donc plutôt d'analyser la prosodie et la versification de Rimbaud ou Baudelaire à la manière de Jul ou PNL !

55 min

Et le vocabulaire dans tout ça ?

Quand on entend le mot rap, certains pensent, presque instinctivement, au "verlan", ce principe argotique qui consiste à inverser les syllabes d’un mot. Par exemple, le mot méchant deviendrait en verlan "chanmé". Mais le rap ce n’est évidemment pas que ça. Certains rappeurs s’amusent même à réactualiser l’utilisation d’anciens mots de notre langue. Si vous souhaitez laisser une trace indélébile dans la mémoire de votre correcteur prenez exemple sur le groupe de rap Ministère AMER avec son titre : Les rates aiment les lascars. Le mot lascar date en fait du XIXe siècle et désignait à l'époque, les matelots indiens embarqués sur les vaisseaux français dans les Indes orientales. D’abord utilisé de manière péjorative - car les marins n’avaient pas bonne réputation étant d’origine clandestine, un lascar signifie à présent un jeune homme débrouillard.

Pesée de l'ancre à bord du HMS Serapis en Inde,1875, Les lascars
Pesée de l'ancre à bord du HMS Serapis en Inde,1875, Les lascars
© Getty

Plus récemment, le rappeur Hatik a également réemployé le terme "daron" dans Daron dès demain paru en 2021. Entré dans le langage courant des jeunes générations actuelles, le mot "daron" a pourtant fait son apparition au XIIIe siècle pour qualifier un lieu. C’est en 1680 que le mot a changé de sens, puisque le terme renvoyait au maître de maison, contraction de "dam" signifiant seigneur et de "baron" pour le titre de noblesse. Le daron est la personne qui dirigeait son foyer et renvoyait donc au père. Un daron, c'est en fait un papa. Le linguiste Claude Hagège va même jusqu'à qualifier les rappeurs de "vaillants défenseurs de la langue française" (Le Français, histoire d’un combat, ed. Michel Hagège,1996).

Le mot "daron" au même titre que "lascar" pourrait donc tout à fait s’inscrire dans votre copie, si vous savez justifier leurs étymologies…

L'art de la punchline

La "punchline", c'est cette phrase percutante qui se retrouve souvent en fin de chanson. Elle est la condition sine qua non pour faire un texte de rap. Equivalente à la chute, dernière phrase d’un roman, elle consiste ainsi à être encore plus persuasive. A vous donc, de créer de bonnes "punchlines" pour permettre à votre copie de se démarquer des autres.

Pour cela, misez sur les figures de style car ce procédé d'écriture s'écarte de l'usage ordinaire de la langue et donne une expressivité particulière au propos. Voici une liste non exhaustive de figures de style pour vous aider à maîtriser l’art de la rhétorique à travers le prisme du rap :

Réviser ses figures de styles pour le baccalauréat
Réviser ses figures de styles pour le baccalauréat
© Getty
  • L’allégorie : elle consiste à exprimer une pensée sous une forme imagée et permet de concrétiser un concept et le rendre plus marquant. Par exemple, on trouve ici l’allégorie de la mort :

"Seul au milieu du passage piéton, la faucheuse me fait des appels de phares" Lomepal - Bécane

"Spectre, fantôme, ou diable, je veux voir ce que c'est. Le Spectre change de figure avec sa faux à la main". Molière - Dom juan

  • L’anaphore elle, est la répétition d’un ou de plusieurs mots en début de phrase. Elle permet d’obtenir un effet de renforcement ou de symétrie :

"Un peu d'oseille, un peu de toi, un peu de haine, un peu de joie, un peu de elle, un peu de moi, un peu de peine, un peu d'émoi" Dinos - Spleen

"J’ai vu lever le jour, j’ai vu lever le soir, j’ai vu grêler, tonner, éclairer et pleuvoir. J’ai vu peuples et rois, et depuis vingt années, j’ai vu presque la France au bout de ses journées" Pierre de Ronsard - Dédicace à Nicolas de Neufvillet

  • L'oxymore, consiste quant à lui, à allier deux mots de sens contradictoires pour créer un effet de surprise dans vos phrases :

"On aime voir l’ombre briller" PNL - Oh lala

"Comme le soleil dans son enfer polaire" Charles Baudelaire - Chant d’Automne

  • Si vous souhaitez créer un effet d'insistance, utilisez plutôt le pléonasme qui répète par un terme ou une expression, ce qui vient d’être énoncé mais d'une autre manière :

"Oui, c'est grave de mourir défunt". Virus - Des fins

"Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe, un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur". Victor Hugo - Demain dès l’aube

  • L’hyperbole, vous aidera à exagérer une idée qui tend souvent vers l'impossible. Cela permet d’exprimer un sentiment extrême ou de caricaturer comme Jul ou Musset :

"Et les gros bras à Jean-Claude Van Damme". Jul - JCVD

"Console-moi ce soir, je me meurs d'espérance". Alfred de Musset - La Nuit de mai

  • La métaphore : très fréquemment utilisée dans le rap, ce procédé de langage permet de rapprocher deux éléments qui ont en commun une ou plusieurs caractéristiques similaires :

"J'suis trop en avance pour leur demander l'heure". Booba - Pitbull

"Tu es la terre qui prend racine". Paul Eluard - Tu te lèves

A ce sujet, Booba est à l’origine d’une nouvelle figure de style appelée la "métagore". Ce néologisme est un mot valise qui associe le terme "métaphore" et "gore" et qui déverse une suite de mots dont l’ensemble provoque quelque chose d’extraordinaire et d'ultra-violent. ("Booba ou le démon des images", dans La Nouvelle Revue française, octobre 2003).

Mais attention, ne l’utilisez pas lors de votre épreuve, vous risqueriez de frôler le hors sujet …

In fine, si l'on part du postulat qu'il y a des bons et des mauvais livres, il y a par conséquent, du bon et du mauvais rap. Mais ce rap peut parfois nous offrir de véritables bouquets de prose. C'est à vous de briller maintenant !