Richard Stallman, penseur d'un internet libertaire
Richard Stallman, penseur d'un internet libertaire

Richard Stallman : un internet libertaire

Publicité

Richard Stallman, inventeur du logiciel libre et penseur d'un internet libertaire

Par

Wikipédia fête ses 20 ans en ce mois de janvier 2021. Mais l’encyclopédie collaborative n’existerait pas sans la vision de Richard Stallman, programmeur de génie, initiateur du logiciel libre et fervent défenseur d’un partage des savoirs.

C’est souvent le premier site que vous consultez lors d’une recherche sur internet, Wikipedia. Cette encyclopédie collaborative avait été pensée par un visionnaire, Richard Stallman, qui a mené dans les années 1980 une révolution numérique et intellectuelle avec le logiciel libre. Cet univers numérique alternatif propose une vision libertaire et décentralisée d’internet, à l’opposé de la vision des Gafam.

Sébastien Broca, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 : "Il y a un bâtiment au sein du MIT qui s’appelle le bâtiment Bill Gates et Stallman raconte que sa propre coutume est de lui faire un doigt d’honneur lorsqu’il passe devant."

Publicité

De quoi donner un aperçu de l'aspect iconoclaste du personnage. Mais revenons en 1999. A cette époque, Richard Stallman imagine une encyclopédie universelle, libre qui serait mise à jour en temps réel par des contributeurs à travers le monde et non par des chercheurs qui seraient salariés pour rédiger les fiches.

Sébastien Broca : “Il faut vraiment entendre 'libre' au sens du logiciel libre, c’est-à-dire comme une encyclopédie qui est accessible à tous, mais surtout dont le contenu est librement modifiable par n’importe qui pour l’améliorer.” 

Wikipédia est lancé en 2001. Richard Stallman ne participe pas à son élaboration mais le site s'inscrit dans son héritage. Il compte désormais plus de 6 millions de pages en anglais et reste l'un des 10 sites les plus consultés au monde.

Une culture du partage chez les hackers 

Pour comprendre comment Richard Stallman a eu cette idée de génie, revenons dans les années 1970. Les ordinateurs sont encore ces dinosaures développés dans les départements de recherche. Richard Stallman, brillant étudiant en sciences à Harvard, est recruté par le prestigieux Massachusetts Institute of Technology. Le jeune new-yorkais a alors à peine une vingtaine d'années.

Sébastien Broca : "Il arrive un peu comme un outsider au début dans ce laboratoire d’intelligence artificielle du MIT, il découvre ce milieu hacker, mais aussi un état d’esprit et une culture libertaire. Les relations sont beaucoup moins hiérarchiques entre les enseignants et les étudiants quel que soit leur niveau et l’accès aux ordinateurs est beaucoup moins contrôlé.”

Le jeune prodige se passionne pour la programmation et la fabrication de logiciels et se sent à l’aise dans cette communauté de hackers solidaires entre eux. Mais à la fin des années 1970, c’est la révolution du Personal Computer.  

Le micro-ordinateur devient un marché, l’informatique une affaire de grandes firmes, Microsoft en tête. Les entreprises recrutent ces chercheurs avec des salaires très élevés.

Sébastien Broca : “On a des informaticiens qui passent d’un environnement de recherche académique, universitaire où le code informatique était quelque chose de librement diffusé et partagé à un milieu d'éditeurs de logiciels, d’entreprises, où ils signent des clauses de confidentialité et ne peuvent plus partager le fruit de leur travail.”

Richard Stallman ne rejoint pas ses collègues et entre en résistance. Pour lui, l’informatique est une chance de développer les échanges et les savoirs. Un jour, alors qu’il répare son imprimante, et tente d’améliorer le pilote du logiciel, il réalise qu’il ne peut accéder au code source. Le logiciel, très imparfait, ne peut être bidouillé, ni amélioré, il est verrouillé par son éditeur.

C’est un déclic pour Stallman qui réfléchit à créer un système d’exploitation concurrent de Microsoft ou Unix. En 1983, il présente ce projet, baptisé GNU.

Sébastien Broca : “C’est un système d’exploitation qui serait composé uniquement de logiciels libres, c’est-à-dire des logiciels qui pourraient être librement exécutés, copiés, modifiés, redistribués par tous leurs utilisateurs.”

39 min

GNU est l’ossature de ce qui sera plus tard le célèbre système GNU-Linux . Stallman défend la notion de Copyleft, en opposition au Copyright : les versions modifiées d’un logiciel libre doivent être également libres.

Un mouvement éthique

Dans les années 1990, le programmeur souffre de douleurs aux poignets, il délaisse un peu le code et fait du logiciel libre un mouvement militant et éthique et international. Il reprend un dogme bien connu pour le défendre : Liberté, égalité, fraternité.

Liberté, parce que les programmes libres respectent la liberté des utilisateurs, égalité, parce qu’à travers un programme libre, personne n’a du pouvoir sur personne. Et fraternité parce que nous encourageons la coopération entre les utilisateurs. Richard Stallman

Aujourd’hui vous utilisez probablement des logiciels libres sans le savoir, VLC, Firefox, LibreOffice. Richard Stallman et les "libristes" continuent leur combat contre toute entrave à la libre circulation des savoirs. Ils se sont notamment opposés à Hadopi et au TAFTA.  

Face à l’émergence des Gafam dans les années 2000, les “libristes” mènent un nouveau combat, celui de la protection de la vie privée et des données personnelles.