Détail d'une peinture de Richie Nath
Détail d'une peinture de Richie Nath

Richie Nath : la mythologie birmane tendance queer

Publicité

Richie Nath : la mythologie birmane tendance queer

Par

Jeune artiste birman, Richie Nath est en exil à Paris. Ses œuvres où s'entremêlent mythologie indienne et scènes queers, sont une ode à la liberté du corps, à la tendresse et à la sexualité, mais sont aussi des prises de positions contre le coup d'État de février qui a renversé Aung San Suu Kyi.

Si Richie Nath a commencé à peindre c'est pour une bonne raison : "J'ai voulu me réapproprier mon héritage culturel depuis ma propre perspective, qui est celle d’un homme gay, mais qui est aussi birman", explique le jeune plasticien en résidence à l'atelier des artistes en exil à Paris. 

58 min

Être gay dans un pays où l'homosexualité est interdite

Richie Nath a grandi à Rangoun, en Birmanie. L’homosexualité y est interdite depuis des lois héritées de l'époque coloniale. Et c’est justement cette partie de son identité, son homosexualité, qui a d’abord été la source d’inspiration de son art.

Publicité

Richie Nath : "J’aimais la mythologie égyptienne et la mythologie grecque. Et je pense que ça a été ma porte d’entrée vers les œuvres que je crée aujourd’hui. J’aimais l’art grec et ses sculptures, car en grandissant en tant que petit garçon gay, c’était ma première initiation à des figures masculines dénudées."  

Ces hommes et ces femmes nus dans une totale liberté de corps, évoluent avec des personnages légendaires issus des mythologies indienne et birmane. L’homo-érotisme est rare mais bien présent dans d’anciennes illustrations indiennes, car l’homosexualité était plus tolérée avant la colonisation et l'imposition des codes sociaux puritains britanniques.

Les peintures de Richie Nath sont inspirées de la mythologie indienne.
Les peintures de Richie Nath sont inspirées de la mythologie indienne.
- Richie Nath

Les œuvres de Richie Nath sont ainsi inspirées des contes et légendes de son enfance.

Richie Nath : "J’ai commencé à peindre à la fin de mon université. J’avais décidé de m’intéresser à mon héritage culturel indien - je suis moitié indien, moitié birman - c’était plus une exploration de moi-même. J’ai voulu créer ces figures dans un style très traditionnel, inspiré des miniatures indiennes moghols, et je les ai mises dans des scènes ouvertement queers et gays. Et si j’ai voulu que ce soit exagérément sexuel, exagérément gay, c’est parce que ce sont deux parties de moi que j’ai dû réprimer et que j’ai dû cacher dans mon propre pays." 

Les miniatures mogholes sont une source d'inspiration pour Richie Nath
Les miniatures mogholes sont une source d'inspiration pour Richie Nath
- Richie Nath

Le coup d'État a tout changé en Birmanie

Ces dernières années en Birmanie, une lente évolution des mentalités avait quand même permis à Richie Nath d’exposer à Rangoun.  

Une exposition au nom revendicatif : A Chauk, un mot péjoratif pour désigner les personnes de la communauté LGBTQ.

Richie Nath : "Je pouvais voir qu’il y avait beaucoup plus d’acceptation et d’ouverture d’esprit de la part des gens en Birmanie.
Mon projet c’était simplement d’être un artiste là-bas, je viens de là-bas. Mais avec le coup d’État de février, tous les plans que j’avais fait pour le futur se sont juste envolés, tout est tombé à l’eau."

Depuis le coup d’État militaire qui a renversé Aung San Suu Kyi en février 2021, les œuvres de Richie Nath sont devenues plus politiques. 

Comme dans ce tableau :  

Bitch better have my democracy
Bitch better have my democracy
- Richie Nath

Richie Nath : "J’ai créé cette œuvre contre le régime militaire et bien sûr ça a circulé. Donc c’est probablement dangereux pour moi de retourner là-bas en ce moment."

Accueilli par l’atelier des artistes en exil à Paris, Richie Nath continue à peindre son univers mystique, coloré et sensuel. Ses peintures s’exposent à New York ou à Londres, qu’elles soient engagées pour la démocratie ou pour les causes homosexuelle et queer.

Richie Nath : "C’est comme un espace de liberté. Je veux montrer de la tendresse et de la liberté sans jugement. C’est principalement ça que je veux créer."