Publicité

Robert Hossein : "J'ai tellement peur de la routine, du confort et de la sécurité"

Robert Hossein, le 08 février 2002 à la Comédie de Reims.
Robert Hossein, le 08 février 2002 à la Comédie de Reims.
© AFP - François Nascimbeni

1995. Dans cette quatrième émission d' "A voix nue", Robert Hossein parle de ses mises en scène théâtrales dans lesquelles il insufflait toujours du cinéma qui l'a tant nourri dans sa jeunesse. Il évoque avec nostalgie ses premiers grands succès, ses ambitions et ses rêves alors qu'il avance en âge.

Quatrième entretien d'une série d' "A voix nue" diffusée en 1995, dans lequel Robert Hossein raconte avoir très tôt utilisé le son et la lumière dans ses mises en scène, "je transmettais dans le théâtre, une forme de cinéma". Il reconnaît avoir toujours aimé créer un "climat un peu fantastique" afin que les gens "soient fascinés par quelque chose, qu'ils subissent une espèce d'envoûtement".

La déprime est venue d'une lucidité terrifiante. Je me demandais simplement sur quoi ça devait déboucher ? Et j'aboutirai à quoi ? [...] J'ai compris soudain que je m'étais fourvoyé quelque part, par rapport à moi. J'aimais trop le cinéma et trop le théâtre et ce climat, cette vie nocturne. Je continuais à vivre l'artifice sur lequel mon imaginaire d'enfant commençait à se transposer et à se trouver des attaches, mais comme la réalité n'était pas celle de l'imaginaire, donc il a fallu que je me crée une vie imaginaire dans la réalité, ce qui n'est pas commode !

Publicité

Robert Hossein dans "A voix nue" (4/5) le 13/04/1995 sur France Culture.

27 min

Lorsque j'ai monté "Crime et châtiment", à la fin lorsque le rideau s'est baissé, il y a eu exactement montre en main trente secondes de silence, on n'entendait rien... Je me suis dit, ça y est... échec. Et puis on a ouvert le rideau et tout à coup... waow!!! Explosion d'au moins dix minutes.

Robert Hossein se souvient avec émotion de ses huit années passées au théâtre populaire de Reims qu'il a quitté quand celui-ci est devenu scène dramatique nationale et que les subventions ont afflué : "J'ai remercié et je me suis tiré. Ce qui est un grave défaut, ça m'arrive souvent. Au moment où ça va le mieux, je me tire." Il se considère avant tout comme un "itinérant" mû par un "but".

J'ai une sorte de soif terrible, d'aspiration d'aller vite vers ce but pour essayer de parvenir au moins un peu à ce à quoi j'aspirais, aux visions qui correspondent à mes aspirations. Et pour l'instant je suis encore loin du compte et je sens que ma vis s'abrège de plus en plus, la preuve c'est qu'on me file un hommage aux Molières.. c'est un avertissement, tu es déjà près de la fin. Je fais du ravalement maintenant, je fais semblant, je me déguise.

  • "A voix nue" avec Robert Hossein
  • Première diffusion le 13/04/1995
  • Producteur : Véra Feyder
  • Réalisation : Nicole Salerne
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France
  • Archive INA - Radio France