Publicité

Roger Planchon : "Ma vie a été attachée à la décentralisation française"

Roger Planchon, nouveau directeur du TNP de Villeurbanne en 1972
Roger Planchon, nouveau directeur du TNP de Villeurbanne en 1972
© Sipa - Universal Photo

1989. Quatrième volet de la série "A voix nue" diffusée en 1989 avec comme invité l'homme de théâtre Roger Planchon qui revient sur l'expérience du Théâtre de Villeurbanne, l'importance de la décentralisation dans la création théâtrale et son combat pour un théâtre populaire.

Dans ce quatrième volet de la série "A voix nue" diffusée en 1989, le metteur en scène Roger Planchon raconte l'ouverture du Théâtre de Villeurbanne en 1957 et sa découverte en parallèle de Shakespeare à travers la pièce La Nuit des rois qu'il considère comme une grande pièce d'amour, l'une des rares pièces où "l'on montre la naissance de l'amour"et il en a été bouleversé.

Le directeur de théâtre rappelle quel a été son combat en faveur de la décentralisation : "Il ne faut pas jouer une fois dans trente villes, mais il faut essayer dans une ville de jouer trente fois." Il raconte des anecdotes qui montrent l'hostilité du conseil municipal de Villeurbanne à son encontre, "une espèce de petit tribunal dont j'ai le souvenir toute ma vie". Maintenant il reconnaît que le théâtre de Villeurbanne est "devenu une institution, mais faut pas penser que ça s'est passé tout seul."Il revendique une certaine radicalité dans sa démarche d'implantation théâtrale. Il se remémore avoir fait "sans exagérer 1000 ou 2000 prises de parole dans les usines"  mais s'il confie avoir "tellement donné qu' [il n'a] plus le courage de donner", Roger Planchon insiste bien sur la nécessité de créer un dialogue avec le public et "le public ce n'est pas les critiques"! Il se souvient avec une certaine émotion combien la parole pouvait se libérer dans les cantines d'entreprises et d'usines.

Publicité

Roger Planchon "A voix nue" 4/10 le 05/10/1989

28 min

Il faut essayer au maximum d’amener les ouvriers au théâtre, c'est très important. En vérité, nous n'avons jamais amener les ouvriers au théâtre, mais nous avons et c'est pas rien du tout, amener les militants ouvriers au théâtre et ça c'est profondément vrai. Je crois que les ouvriers ne sont jamais venus au théâtre, qu'ils ne viennent pas plus aujourd'hui. Enfin ce qu'on appelait la classe ouvrière, on peut dire qu'elle construisait les théâtres mais qu'elle n'y mettait pas les pieds dedans quand c' était construit.

  • "A voix nue" avec Roger Planchon 4/10
  • Première diffusion le 05/10/1989
  • Producteur : Jean Mambrino
  • Réalisation : Anne Kobilak
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France
  • Archive INA - Radio France