Publicité

Roger Vadim sur Bardot : "C'est une actrice instinctive mais pas capable d'entrer dans des personnages différents"

Roger Vadim et Brigitte Bardot le 8 février 1962.
Roger Vadim et Brigitte Bardot le 8 février 1962.
© Maxppp - Keystone/Zumapress

1992. Dans "Le Bon plaisir" de Roger Vadim, le réalisateur évoque son travail avec Brigitte Bardot et explique le plaisir qu'il a eu à la diriger.

Conçu comme un abécédaire, "Le Bon plaisir" avec Roger Vadim diffusé en 1992, s'arrête à la lettre B comme... Bardot. Brigitte Bardot a été son épouse de 1952 à 1957 et a tourné dans cinq de ses films. Le cinéaste décrypte alors sa relation avec la comédienne qu'il qualifie au plus fort de sa gloire comme "la grande, grande star internationale connue dans le monde entier, sans doute la personne la plus connue sur la planète après le général de Gaulle à cette époque".

"Le bon plaisir" avec Roger Vadim qui évoque Brigitte Bardot (extrait) le 12/09/1992 sur France Culture.

7 min

C'était une enfant, je l'ai connue avant son quinzième anniversaire. Elle en faisait dix-huit. Elle était faite comme on le sait... comme on l'imagine. Danseuse classique, donc beaucoup de tenue, d'allure. Une sorte d'aura, d'éclat, de joie... et pourtant déjà c'était une fille cyclothymique. Elle avait déjà des moments d'inquiétude. C'est le genre de personne, et elle a toujours été comme ça, qui gâche sa vie et tout le potentiel de bonheur, par des petites choses qui la tourmentent et qui l'angoissent dans sa vie. Elle a toujours été merveilleuse un soir, riant, s'amusant et le lendemain au bord du suicide. C'est une nature.

Publicité

Quant à tourner avec elle, il dit apprécier de travailler avec des acteurs qu'il connaît bien, cela lui permet facilement de "provoquer des réactions", grâce "aux petits secrets" qu'il maîtrise.  Il précise au sujet de Brigitte Bardot actrice, qu'"elle a toujours été totalement naturelle, vraie et instinctive".

Brigitte, par exemple, si j'avais une scène où elle devait pleurer parce qu'elle apprenait la mort de son père, je lui disais : "Pense très très fort que ton petit chat vient de se casser la patte en tombant de la fenêtre !" Et j'obtenais un meilleur résultat que si je lui disais : "Pleure parce que tes parents viennent de mourir dans un accident de voiture !"... bon c'est anecdotique, je ne prends pas d'exemple réel...

Roger Vadim poursuit sur la capacité limitée de Brigitte Bardot d'entrer dans ses rôles, il y voit une force mais aussi une faiblesse.

Il n'y a jamais rien eu de triché chez Brigitte, au point d'ailleurs qu'elle se limitait un peu dans ses rôles mais c'est aussi la raison pour laquelle elle est devenue une grande star. Elle n'a jamais été une actrice capable de jouer des rôles entièrement différents.

  • "Le bon plaisir" avec Roger Vadim
  • Première diffusion le 12/09/1992
  • Production : Teri Wehn Damisch
  • Réalisation : Judith d'Astier
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France
  • Archive INA - Radio France