Publicité

Roman, exposition, film... 5 idées pour votre week-end

Par
5 idées pour votre week-end 20.04
5 idées pour votre week-end 20.04
© Radio France - CM

Chaque vendredi, Arnaud Laporte et les critiques de La Dispute vous proposent une sélection de rendez-vous culturels pour votre week-end.

Toute cette semaine, les critiques de La Dispute ont une fois encore débattu pour vous du meilleur de l'actualité culturelle. Résultat de ces échanges en 5 récréations, un oneman show, deux expositions, un roman et un film. Bonnes découvertes !

DVD Vincent DEDIENNE "s'il se passe quelque chose..." et en tournée en mai et juin

Si le jeune humoriste fait salle comble partout en France, c’est qu’il y a de bonnes raisons. La sortie en DVD va permettre une séance de rattrapage ou de revoir le spectacle qui a reçu le Molière de l’humour 2017, notamment co-écrit et co-mis en scène par le génial François Rollin, autre gage de qualité.

Publicité

L'avis des critiques : 

"Ici le travail est intéressant, cela est dû à la formation de comédien de Vincent Dedienne. Il y a une réelle théâtralité et la forme dépasse le simple one-man-show d’ordinaire futile." Jean-Christophe Brianchon

"Le début n’est paradoxalement pas engageant. Le spectacle ne cesse d’interroger ses propres codes. C’est assez intello et c’est un peu (trop) un spectacle France Culture." Lucile Commeaux

Exposition Al musiqa - Voix et musique du monde arabe - Philharmonie de Paris

Al Musiqa © Philharmonie de Paris
Al Musiqa © Philharmonie de Paris

Depuis la période pré-islamique jusqu’aux musiques qui ont accompagné les printemps arabes, en passant par les appels à la prière, les comédies musicales égyptiennes ou la musique de cour, la très bienvenue exposition de la Philharmonie trace un chemin historique et mélodique extrêmement riche pour montrer, s’il en était besoin, le caractère central de la musique au sein des sociétés arabes.

L'avis des critiques : 

"J’ai un avis partagé sur cette exposition : son idée même me ravit, la scénographie est très bien réalisée, il y a des choses incroyables mais il y a un ratage sur la partie allant des années 30 à 60 réduite simplement au Caire". Philippe Azoury

"C’est une très bonne exposition d’art contemporain. Les pièces et les objets sont magnifiques." Mathilde Serrell

Subodh Gupta : Adda / Rendez-vous. Du 13 avril au 26 août à la Monnaie de Paris

Very Hungry God, 2006 © Subodh Gupta Pinault Collection
Very Hungry God, 2006 © Subodh Gupta Pinault Collection

L’artiste indien nous donne rendez-vous à la Monnaie de Paris, et c’est une très bonne nouvelle. Si l’on a souvent vu des pièces isolées de Subodh Gupta dans des expositions collectives ou des biennales, c’est la première rétrospective en France d’un artiste extrêmement prisé dans le monde entier, leader d’une scène artistique indienne d’une très grande vitalité. On reconnaîtra sûrement ses sculptures composées d’ustensiles de cuisine en inox, mais on découvrira ici la grande diversité de son travail, sur le plan formel, avec toujours la même obsession : dévoiler les rituels dans notre quotidien, pour révéler leur caractère spirituel. Avec Subodh Gupta, de la cuisine au cosmos, il n’y a qu’un pas, ou plutôt qu’un regard, le sien, qui nous fait voir et envisager le monde autrement.

L'avis des critiques : 

"Il y a toujours ce paradoxe entre le prosaïque et le métaphysique, le trivial et le spectaculaire chez Subodh Gupta. J’ai été un peu déstabilisé par cet entre-deux, n’arrivant pas à trouver l’équilibre entre l’abondance et le minimalisme." Florian Gaité

"C’est une œuvre surprenante ici, il y a quelque chose d’un après Duchamp mais sans discours. Il y a une naïveté qui est une qualité de Subodh Gupta". Corinne Rondeau

Keila la Rouge, de Isaac Bashevis Singer, aux Editions Stock 

Keila la rouge d'Isaac Bashevis Singer (Stock)
Keila la rouge d'Isaac Bashevis Singer (Stock)

Isaac Bashevis Singer, Prix Nobel de littérature en 1978, mort en 1991, avait livré un feuilleton dans un quotidien yiddish new-yorkais, dont la publication s’était étalée sur les années 1976 et 1977. C’est ainsi que paraît pour la première fois sous forme de livre ce roman rédigé par un écrivain au sommet de son art. Un cadeau posthume inattendu qui mêle fantaisie et noirceur.

L'avis des critiques :

"C’est à la fois très joyeux et toujours sinistre, tranchant. Il y a des questionnements sur le monde remplis de la fraîcheur de la jeunesse et tout cela dans la forme d’un feuilleton". Philippe Chevilley

"La langue ne sauve personne mais on sauve une langue. C’est un auteur qui incarne la littérature de langue yiddish, et la résurrection de cette langue est l’élan fondamental de Singer". Florent Georgesco

"Allons enfants" de Stéphane Demoustier, en salles depuis mercredi 18 avril 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Si Jacques Doillon est le maître français du film d’enfants, il a trouvé avec Stéphane Demoustier un digne héritier. Cléo, 3 ans et demi, s’éloigne trop de sa nounou dans le Parc de la Villette, envahi par des hordes d’amateurs de Pokemon Go, et se retrouve seule. Coup de chance, elle tombe sur Vimala Pons. Filmé à hauteur de Cléo, le film bouleverse par sa grâce.